RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’esclavagisme, ou le stade Qatar du capitalisme

Le bilan des Népalais morts sur les chantiers de la Coupe du monde au Qatar a été revu à la hausse. Une délégation internationale de défense des travailleurs est attendue lundi à Doha. Le pays tarde à ratifier les conventions internationales.

C’est un phénomène météorologique unique au monde, presque un microclimat. Au cœur de la minuscule et désertique péninsule du Qatar, les thermomètres, qu’ils soient à alcool ou à mercure, n’affichent jamais de températures excédant 49 °C.

À l’origine de ce dérèglement climatique, la famille Al Thani et un quarteron d’entreprises, qui entendent contourner l’interdiction pour les ouvriers de travailler lorsque la température grimpe à 50 °C. Or, pour parachever ses désirs d’influence, l’émirat a besoin d’une main-d’œuvre abondante et corvéable à merci. Selon un recensement de 2010, le Qatar comptait seulement 180 000 nationaux pour 1,5 million d’étrangers. Au-delà des chantiers pharaoniques qui ont transformé les maisons de terre et les pistes de sable de Doha en une forêt de gratte-ciel, les travailleurs immigrés se font les soutiers du « miracle » qatari.

L’organisation de l’événement planétaire de la Coupe du monde de football de 2022, une vitrine sans pareille, a une nouvelle fois levé le voile sur l’esclavage moderne auquel a recours le Qatar pour assouvir ses rêves de puissance. La semaine dernière, le quotidien anglais The Guardian révélait la mort de 44 migrants népalais sur les chantiers de la Coupe du monde entre le 4 juin et le 8 août, dont la moitié auraient succombé à des attaques cardiaques ou à des accidents du travail. Hier, ce bilan était revu à la hausse avec 70 décès – pour la seule communauté népalaise – depuis le début de 2012, dont 50 sur des infrastructures dédiées à l’événement sportif pour l’année en cours. En 2010, l’ambassade du Népal à Doha recensait déjà 103 morts par crise cardiaque et 19 par accident du travail comme des chutes d’échafaudages.

À ces allégations, les gouvernements de Katmandou et de Doha opposent un déni sans pareil. Ainsi, Mohammad Ramadan, conseiller népalais aux 340 000 migrants installés au Qatar, tente de persuader que les chantiers sont «  sûrs  ». Avant la réunion de la Fifa, à Zürich, sur la sécurité des travailleurs et l’arrivée, lundi, d’une délégation internationale de défense des travailleurs à Doha, le Comité national des droits de l’homme qatari nie tout recours à «  l’esclavage ou au travail forcé  », comme l’indiquait Human Rights Watch dans un rapport de juin 2012. Si le Qatar invite un cabinet d’avocats à enquêter sur ces «  allégations  », il tarde toujours à ratifier les conventions internationales relatives aux droits de l’homme et des travailleurs.

« Des jeunes hommes meurent au travail »

Aux yeux de Sharan Burrow, secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale, cette situation rappelle pourtant «  la révolution industrielle  ». «  Des jeunes hommes en bonne santé meurent au travail, au Qatar. Certains meurent d’épuisement par la chaleur et de déshydratation après douze heures de travail sous un soleil de plomb. La nuit, ils dorment dans les camps de travail insalubres et exigus, sans ventilation, et aux conditions d’hygiène épouvantables.  » Recrutés par des agences dans leur pays d’origine, les migrants voient souvent leur passeport confisqué par les entreprises ou par leur «  tuteur  » légal, dont chaque étranger dépend pour louer une voiture, bénéficier du téléphone ou sortir du territoire. L’ambassadrice du Népal à Doha qui avait eu l’outrecuidance d’évoquer une «  prison à ciel ouvert  » a gentiment été expulsée par l’émir aux pétrodollars, qui ne supporterait pas de voir sa Coupe du monde virer au scandale et par la même occasion, les investissements de 156 milliards de dollars et la manne financière qu’ils promettent partir en fumée.

Entre soupçons de corruption et Météo. Il n’y a pas que sur le plan des droits de l’homme 
et de l’exploitation des travailleurs migrants que 
le Qatar est pointé du doigt. De nombreux soupçons de corruption entourent l’attribution 
du Mondial 2022 à ce minuscule mais richissime émirat gazier, inexistant sur la carte du football mondial, et ce, au nez et à la barbe des États-Unis, pourtant grand favori parmi les cinq pays candidats. Une enquête a été lancée par le comité d’éthique de la Fifa. Autre polémique, faut-il maintenir le Mondial en juin et juillet, ou le déplacer en décembre et janvier pour éviter les températures caniculaires du golfe (45 °C 
à 50 °C) ? Mercredi, à la veille du comité exécutif de la Fifa qui s’achève vendredi, le comité d’organisation s’est déclaré prêt à organiser la Coupe du monde «  en été ou à n’importe quelle autre période de l’année  ». Reste à la communauté internationale du football à trouver un consensus sur le bouleversement du calendrier des championnats. Ce qui est loin d’être évident, tant les intérêts financiers divergents sont énormes...

Lina Sankari

»» http://www.humanite.fr/monde/lesclavagisme-ou-le-stade-qatar-du-capita...
URL de cet article 23157
  

Julian Assange parle
Karen SHARPE
200 citations qui reprennent les mots d’Assange, privé de la parole depuis si longtemps maintenant. A travers différentes thématiques, on comprend l’homme et les raisons qui ont poussé les États-Unis à le poursuivre sans raison. APPEL POUR JULIAN ASSANGE De Julian Assange vous avez beaucoup entendu parler. Souvent en mal. Mais lui-même, l’avez-vous entendu ? Savez-vous ce qu’il a vraiment dit et fait, pourquoi il a fondé Wikileaks, ce qu’il pense de la guerre, d’Internet, du journalisme et de bien (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Depuis 1974 en France, à l’époque du serpent monétaire européen, l’État - et c’est pareil dans les autres pays européens - s’est interdit à lui-même d’emprunter auprès de sa banque centrale et il s’est donc lui-même privé de la création monétaire. Donc, l’État (c’est-à -dire nous tous !) s’oblige à emprunter auprès d’acteurs privés, à qui il doit donc payer des intérêts, et cela rend évidemment tout beaucoup plus cher.

On ne l’a dit pas clairement : on a dit qu’il y avait désormais interdiction d’emprunter à la Banque centrale, ce qui n’est pas honnête, pas clair, et ne permet pas aux gens de comprendre. Si l’article 104, disait « Les États ne peuvent plus créer la monnaie, maintenant ils doivent l’emprunter auprès des acteurs privés en leur payant un intérêt ruineux qui rend tous les investissements publics hors de prix mais qui fait aussi le grand bonheur des riches rentiers », il y aurait eu une révolution.

Ce hold-up scandaleux coûte à la France environ 80 milliards par an et nous ruine année après année. Ce sujet devrait être au coeur de tout. Au lieu de cela, personne n’en parle.

Etienne Chouard

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.