RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

À Paris, Séoul vend son capitalisme autoritaire

En visite en France jusqu’à vendredi, la présidente Park Geun-hye multiplie les atteintes aux libertés démocratiques. Militants syndicaux et politiques font l’objet d’une répression acharnée.

En renforçant son arsenal nucléaire et en multipliant les provocations depuis le début de l’année, Kim Jong-un a offert l’occasion à la présidente de la République de Corée du Sud, Park Geun-hye, d’intensifier la répression dans son pays. Avec l’adoption d’une nouvelle loi antiterroriste en mars, l’exécutif jouit d’un nouvel instrument de répression des organisations politiques et syndicales, justifié auprès de l’opinion par le regain de tensions avec la partie septentrionale de la péninsule.

Mais la répression est surtout l’affirmation d’un capitalisme à visage autoritaire qui ne supporte aucune contestation, comme ce fut le cas avec la révision du Code du travail permettant de faciliter les licenciements en fin d’année dernière. Le sujet sera-t-il au menu des discussions entre Park Geun-hye, en visite en France jusqu’à vendredi, et François Hollande ? Il est permis d’en douter. Dans le cadre de la stratégie de pivot de la France en Asie, la Corée du Sud, partenaire privilégié des États-Unis en Asie, occupe une place particulière. Troisième client des industriels français de l’armement en 2015, après le Qatar et l’Égypte, Séoul s’est également engagé à multiplier les contrats dans les domaines des nouvelles technologies, de l’énergie, de la sûreté nucléaire et des transports. Une manne qui invite peu aux critiques.

Ces derniers mois, les atteintes aux libertés démocratiques sont pourtant allées crescendo. Après l’interdiction en 2013 du Syndicat des enseignants (KTU), celle du principal parti de gauche en Corée du Sud,le Parti progressiste unifié (PPU) en 2014, la répression se poursuit. Et 57 prisonniers politiques croupiraient dans les geôles du pouvoir, selon le Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud, animé par le philosophe Jean Salem et l’économiste Samir Amin.

Un rapport d’accusation long de 40 000 pages

Fin mai, la cour d’appel de Séoul a également confirmé l’application d’une peine de deux ans de prison ferme pour Kim Hye-yong et Lee Mi-sook, deux militantes de l’Alliance coréenne (émanation du PPU interdit), et de son coprésident, Lee Sang-hun. S’appuyant sur un rapport d’accusation long de 40 000 pages, la justice reproche à l’Alliance coréenne ses thèses socialistes. Une preuve, selon l’État, d’obédience à la Corée du Nord. Kim Hye-yong, qui souffre d’un cancer de la thyroïde et se voit interdire l’accès à un traitement approprié, mène une grève de la faim depuis le 27 mai afin de dénoncer la situation dont elle est l’objet. Des manifestations de soutien à une seule personne – qui ne nécessitent aucune déclaration auprès des autorités – se multiplient. Mais ce type de protestation donne désormais lieu à des arrestations et des placements en détention provisoire.

»» http://www.humanite.fr/paris-seoul-vend-son-capitalisme-autoritaire-608730
URL de cet article 30477
  

Déposséder les possédants - La grève générale aux « temps héroïques » du syndicalisme révolutionnaire (1895-1906)
Miguel CHUECA
Textes de Édouard Berth, Henri Girard, Jean Jaurès, Hubert Lagardelle, Paul Louis, Fernand Pelloutier, Émile Pouget, Georges Sorel et Henri Van Kol Réunis & présentés par Miguel Chueca La grève générale exprime, d’une manière infiniment claire, que le temps des révolutions de politiciens est fini. Elle ne sait rien des droits de l’homme, de la justice absolue, des constitutions politiques, des parlements ; elle nie le gouvernement de la bourgeoisie capitaliste. Les partisans de la grève générale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Dire que l’on ne se soucie pas de la protection de la vie privée parce qu’on n’a rien à cacher équivaut à dire que l’on ne se soucie pas de la liberté d’expression parce qu’on n’a rien à dire. » - Edward Snowden

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.