Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le Brésil face au covid. À Manaus, « on se croirait dans un film d’horreur »

Du Nicaragua au Chili, en passant par le Venezuela ou El Salvador, la réponse des gouvernements face à la crise sanitaire du Covid varie du tout au tout. Manaus, la métropole amazonienne qui affiche le plus haut taux national de contaminations et de décès dus à la pandémie, lance un appel à l’aide. En cause, une urbanisation anarchique, un système de soins en crise et centralisé à l’extrême. À l’avenir, la hausse de la déforestation pourrait aggraver la situation sanitaire.

En bordure de la forêt, un champ de cercueils. Dix-sept rangées de vingt-sept croix bleues plantées à la va-vite. À quelques mètres des familles qui n’ont pu accompagner leur proche en fin de vie, des tractopelles s’activent pour creuser des fosses communes. Devant les cimetières, un embouteillage de corbillards. Manaus est dépassée par l’ampleur de l’épidémie. « On se croirait dans un film d’horreur », admet le maire Arthur Neto. La métropole amazonienne accuse le plus haut taux des vingt-sept capitales d’État du Brésil.

Les morts côtoient les vivants

Tout manque : les soignants contraints de travailler même contaminés, les lits d’hôpitaux, le matériel sanitaire, les respirateurs, les fossoyeurs malades ou morts à leur tour, les cercueils dont les stocks n’excèdent pas cinq jours. « J’utilise une cape de pluie pour me protéger », explique un physiothérapeute. Au sein des unités de soins, les morts côtoient les vivants. Ceux qui meurent chez eux ne peuvent bénéficier d’aucune assistance médicale. Dans des camions frigorifiques, les cadavres s’entassent en attendant une sépulture. Depuis une semaine, la moyenne des enterrements y est d’une centaine par jour au lieu de vingt à trente en temps normal. L’État d’Amazonas dénombre officiellement 380 décès du nouveau coronavirus pour 5 511 au Brésil, le pays le plus durement touché d’Amérique du Sud. Les chiffres réels seraient douze à quinze fois plus élevés, selon les spécialistes.

« Un état de calamité absolue »

Selon le syndicat des médecins, plus de 500 professionnels ont quitté la zone en quête de meilleures conditions de travail. Tous décrivent un système de santé déjà en apoplexie. La ville ne compte qu’une cinquantaine de lits en soins pour deux millions d’habitants. « On ne peut plus parler d’état d’urgence, c’est un état de calamité absolue », concède Arthur Neto. La région a fait appel en urgence à des médecins de tout le pays, construit un hôpital de campagne et demandé des fonds au gouvernement fédéral pour faire face. Si tout cela se révélait insuffisant, Manaus pourrait demander l’aide d’autres pays. La ville, développée à la va-vite autour d’une zone franche durant la dictature, oscille entre l’insolence de ses tours et l’indignité de ses bidonvilles. Cette explosion démographique anarchique est aujourd’hui la meilleure alliée du virus.

L’extrême centralisation des soins en Amazonas

« Si j’habitais à Manaus, je serais très inquiet », expliquait, le 7 avril, dans une impuissance quasi totale, Luiz Henrique Mandetta, le ministre de la Santé depuis limogé par le président d’extrême droite Jair Bolsonaro avec lequel il était en désaccord sur la gestion de la crise. La situation est d’autant plus préoccupante que, dans cet État, les unités de soins intensifs et 80 % des médecins habilités aux traitements sont concentrés à Manaus. « La plupart des villages ne sont reliés à Manaus que par voie fluviale, les liaisons aériennes sont très limitées », rappelle Bernardo Albuquerque, spécialiste des maladies infectieuses à l’Université d’amazonas (UFAM). Les malades doivent parfois supporter plusieurs jours de navigation pour espérer être soigné. « Quand le patient parvient à arriver en vie, il se trouve souvent dans un état déplorable, sans aucune garantie de pouvoir être soigné. C’est une situation dramatique », conclut le maire.

Boom de la déforestation

Autre paradoxe : alors que la destruction des écosystèmes favorise l’émergence des épidémies, la déforestation de la partie brésilienne de l’Amazonie a augmenté, en mars, de 30 % par rapport à la même période l’an dernier. Le niveau mensuel le plus élevé depuis dix ans. Selon l’Institut national de recherche spatiale du Brésil (INPE), 326 km2 de forêt auraient été rasés, soit l’équivalent de trois fois la superficie de Paris. Les orpailleurs et voleurs de bois profitent de la réduction des patrouilles de la police environnementale pour s’adonner à ces raids illégaux, d’une certaine manière encouragés par Jair Bolsonaro qui donnait son feu vert en février dernier à un projet de loi favorisant l’exploration minière et agricole des territoires indigènes. « J’espère que ce rêve va se concrétiser », disait-il alors, faisant une nouvelle fois montre de son inconséquence.

Lina Sankari, l’Humanité (30/04/2020)

»» https://www.humanite.fr/bresil-manaus-se-croirait-dans-un-film-dhorreur-688555
URL de cet article 36079
   

Cuba Miracles
Ramon CHAO
(précipitez-vous pour acheter Cuba Miracles, cet "objet -livre", merveille de couleurs, d’odeurs et de musiques) Le « dictateur » cubain Fidel Castro vient de passer les rênes de l’Etat à son frère Raúl. C’est bien la première fois qu’un chef d’État abandonne ses fonctions motu proprio. Un certain nombre d’hommes politiques n’ont pas, eux, daigné se démettre de leur fonction avant de mourir. Souvenons-nous par exemple des longues agonies des entubés Georges Pompidou, François Mitterrand, ou Jean-Paul II, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"J’ai déjà parlé des tueries aux points de contrôle. Dans un incident, après qu’une voiture ait été criblé de balles et examinée, selon ces rapports militaires américains internes, l’homme tué était un médecin qui emmenait une femme enceinte à l’hôpital."

Julian Assange - Wikileaks
interviewé sur Democracy Now, donnant un exemple des crimes commis en Irak et révélés par Wikileaks

Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.