RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Le soldat fonde une famille, puis le lendemain retourne au "travail" tuer... des enfants

L’humain soldé

Soldat

Homme qui sert dans une armée (comme mercenaire ou comme engagé volontaire) au service d’un prince, d’un État qui lui verse une solde. 

B. − P. anal. Soldat de.Personne qui combat pour la défense de quelqu’un ou de quelque chose, pour le triomphe d’une croyance, d’un idéal. Soldat du Christ, de Dieu, de la démocratie, du droit, de la liberté, de la philosophie, du progrès, de la vérité. Source 

***

Le soldat fonde une famille, s’étonne de la vie devant son premier enfant, puis le lendemain retourne au "travail" tuer... des enfants. Si ce ne sont pas des enfants ce sont des vieillards ou de futurs vieillards. Peu importe... Il ne fait pas le lien entre la vie et la Vie. Il est un soldat. Et nous sommes tous des soldats puisque nous travaillons selon une certaine "logique" du bien et du mal. Nous travaillons pour nous nourrir, nous loger, et pour un certain luxe. Comme si dans ce luxe résidait le "bonheur". Et c’est ainsi que chacun, peu importe son métier ou sa profession, participe à cette bombe à faire sauter les autres. Nous sommes, en fait, tous des terroristes qui s’ignorent. Ou des esclaves qui ignorent l’être. Car, nous voilà tous à la solde...

Comme dirait l’Amérindien, nous empruntons de la lumière pour vivre. Nous empruntons des vivres à la vie sauvage, des pousses, des plantations, des arbres, des plantes, des fruits, des bêtes. Des oiseaux... Tout ! Tout ! Tout !

Pourtant, dans le vocabulaire actuel, le mot emprunt ne réfère qu’au vocabulaire du banquier. Mais les banquiers eux-mêmes, transforment l’humain en citoyens. Sorte de machine à usiner... Malmené par la bureaucratie navrante et éloignée. Volé, engouffré, désâmé. Qui donc le remarque ?

La Terre est une banque, un don malheureusement violé depuis des décennies. Mais en terme spirituel, nous ne faisons que passer. Les statistiques sur les survivants de cette vie sur la planète ont de quoi nous effrayer : il en serait resté un qui est "monté au ciel".

Emprunter de l’argent n’est rien. C’est en un sens utile... Mais ce qui tue davantage, c’est emprunter des idées. Sous forme de religions ou sous formes "d’idéologie" implantées dans le cerveau par les régimes "propres" du monde occidental et maintenant du reste du "monde".

La Terre donne : nous empruntons.

L’Homme crée et prend un peu de cet espace de "dieu", il emprunte. Il achète les humains, les transforme en citoyens, les paie pour la "causa nostra mondialiste"... Il crée des recettes à la Big Pharma sous couvert de "science", il réinvente les modes d’apprentissage sous couvert d’améliorer la "connaissance", mais il ne sait pas qu’il ne fait qu’emprunter tout ce qui peut s’avaler sur une planète.

Mais dans cette division de bouffons bouffis, il sait cadrer les soldats sociaux comme on dérive un courant de rivière pour en faire de l’électricité.

C’est là son "savantisme"....

Il ne donne pas, il prend.

Alors, tous ceux qui passent, tous ceux qui vivent, dans une perspective un tant soit peu spirituelle, ne font qu’emprunter. Sans les richesse de la Terre, il n’y aurait pas de vie. Mais surtout pas de banquiers et d’hommes d’affaires qui ont compris que le cerveau n’est qu’une éponge. Les "grands " de ce monde ne sont peut-être que les plus petits. Quel État a donc décerné un prix au soudeur du Titanic ? Quel pays a donc donné une médaille à l’employé du mois dans votre épicerie ?

C’est la maladie des "grands" que de voir petit. Ils n’ont pas de vision du "TOUT". Ils n’ont que la vision du tigre devant la gazelle. Mais à force de propagande déviante, ils ont fini par laisser la gazelle engraisser un peu avant de lui tailler l’artère.

« De toute ma vie, je n’ai désiré que peu de choses : pouvoir travailler, avoir où m’abriter avec ma femme et mes enfants et avoir de quoi manger. C’est à cause de cela que vous m’avez arrêté ? Les Roumains ont envoyé le gendarme pour me réquisitionner – comme on réquisitionne les choses et les animaux. Je me suis laissé réquisitionner. Mes mains étaient vides et je ne pouvais lutter ni contre le roi ni contre le gendarme qui avait des fusils et des pistolets. Ils ont prétendu que je m’appelle Iacob et non Ion comme m’avait baptisé ma mère. Ils m’ont enfermé avec des juifs dans un camp entouré de barbelés, – comme pour le bétail – et m’ont obligé à faire des travaux forcés. Nous avons dû coucher comme le bétail avec tout le troupeau, nous avons dû manger avec tout le troupeau, boire le thé avec tout le troupeau et je m’attendais à être conduit à l’abattoir avec tout le troupeau. La Vingt-cinquième heure

Nous voilà des travailleurs empruntés. Soldés. Croyants ou pas. Proie. Mais le pire, oui le pire, est que nous fournissons tout ce qu’il faut pour faire pousser les dents du Grand Prédateur. Et à mesure que nous avançons, nous reculons dans notre développement humain. Le 21 ième siècle, c’est l’homme-outil parfait, sculpté, croyant, mais... laïc.

Toute la magie du monde "moderne" est basée sur l’illusion. L’illusion est un science... On nous la cache. Mais à force de souffrir d’être dévêtus jusqu’à l’âme, il pourrait advenir que l’avenir soit différent des perspectives mathématiques des barbares instruits.

La Terre est une pomme... Mais si on la mange toute, graines y compris, il ne restera plus rien pour semer quelque chose.

***

Un beau jour, toutes les couleurs du monde entier se
mirent à se disputer. Chacune prétendait qu’elle était
la plus belle, la plus importante, la plus utile, la
préférée !

Arc en ciel

Gaëtan Pelletier

2 décembre 2013

URL de cet article 23499
  

Même Thème
Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.