RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’Ouest emmène le monde vers la guerre

Parallèlement à son succès diplomatique surprise en réunissant l’Arabie saoudite et l’Iran, le plan de paix de la Chine pour l’Ukraine a semé la consternation en Occident. Son plan en 12 points appelle à un cessez-le-feu, à des pourparlers de paix, à la protection des prisonniers de guerre et des civils et à l’interdiction des armes nucléaires, chimiques ou biologiques. Il appelle également à la fin des blocs militaires et des sanctions et au respect de l’intégrité territoriale.

L’Ukraine n’a pas rejeté le plan. Le ministre chinois des Affaires étrangères Qin Gang s’est entretenu avec Kuleba, son homologue ukrainien (Morning Star, 17 mars), et un appel téléphonique entre Xi et Zelensky a été proposé. Le vice-Premier ministre ukrainien a déclaré qu’un tel appel "serait une étape importante".

L’économiste étasunien et conseiller spécial de l’ONU Jeffrey D. Sachs, loin d’être un homme de gauche – Sachs a aidé à superviser la privatisation rapide des industries dans les anciens pays socialistes – affirme que la base de toute paix est claire : « L’Ukraine serait un pays neutre non membre de l’OTAN. pays. La Crimée resterait le foyer de la flotte navale russe de la mer Noire [comme c’est le cas depuis 1783]. Une solution pratique serait trouvée pour le Donbass, comme une division territoriale, une autonomie ou une ligne d’armistice... Un tel accord aurait pu être conclu en décembre 2021 ou en mars 2022 (Common Dreams, 18 févr. 2023).

Les États-Unis ont rejeté le plan de la Chine du revers de la main. Il se sont toutefois donnés beaucoup de mal pour gérer la réception de la proposition.

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby, a déclaré que la proposition était « en fait la ratification de la conquête russe » et « reconnaîtrait les gains de la Russie » (Daily Mail, 17 mars 2023). Un cessez-le-feu serait inacceptable, a-t-il déclaré – malgré le fait que les États-Unis ont fait grand cas en prétendant que l’Ukraine décide de son sort de manière autonome (Washington Post, 5 avril 2022).

Le Secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré lors d’un point de presse (20 mars 2023) qu’un cessez-le-feu serait non seulement inacceptable, mais illégal : geler la guerre selon ses propres termes. Une telle décision violerait la charte de l’ONU.

Pour les États-Unis, un cessez-le-feu négocié par la Chine porterait un coup majeur à sa suprématie mondiale. Non seulement cela minerait encore plus la division et le pouvoir des États-Unis après le rapprochement saoudien-iranien, qui représente un recul stratégique au Moyen-Orient, mais s’il était mis en œuvre, cela mettrait réellement fin à la guerre en Ukraine, un résultat que l’administration étasunienne actuelle veut éviter.

En renforçant les forces ukrainiennes pour une offensive de printemps annoncée depuis longtemps, mais qui n’a pas encore commencé, l’Occident vise à prolonger la guerre et à imposer un changement de régime et un démembrement à une Russie affaiblie. Alexander Gabuev, directeur du Carnegie Russia-Eurasia Center, a déclaré : "Ce n’est pas le bon moment pour la diplomatie" (Bloomberg News, 19 mars 2023).

La sénatrice républicaine Lyndsey Graham, qui préconisait l’assassinat de Poutine l’année dernière, demande la destruction en vol d’avions russes (Daily Mail, 15 mars 2023) après qu’un drone espion étasunien, avec son dispositif de suivi éteint, a volé près du territoire russe et a été intercepté par des avions de guerre russes – le même drone que la Russie a suivi l’année dernière volant près du pont de Kertch le jour où il a été bombardé.

Pendant ce temps, en Pologne, le gouvernement le plus belliciste et pro-EU de l’UE a déclaré qu’il interviendrait directement dans la guerre si l’Ukraine risquait de perdre (Top War, 19 mars 2023), et le président Duda a annoncé son intention de créer la plus grande armée terrestre d’Europe (Simplicius The Thinker, 25 mars 2023). La Pologne, qui a annoncé l’établissement de la première base de commandement étasunienne permanente sur son territoire (TVN24, 21 mars 2023), a hâte de mettre la main sur l’ancien territoire polonais de l’est de l’Ukraine.

Attaques sur le territoire russe, y compris la Crimée, et fourniture d’avions de combat MiG 29 depuis la Slovaquie et d’obus antichars à l’uranium appauvri depuis la Grande-Bretagne – obus condamnés par l’ONU en raison des cancers et des malformations congénitales qu’ils provoquent (Reuters, 21 mars 2023) – tous indiquent une escalade continue à l’ouest.

Bien qu’une telle escalade soit la preuve d’un engagement sans faille dans la guerre, ce n’est pas un signe de succès. L’Asia Times (20 mars 2023) rapporte : « Toute l’armée que l’OTAN a formée entre 2014 et 2022 en vue d’une attaque russe est morte, et les recrues sont jetées sur les lignes de bataille avec trois semaines d’entraînement.

L’article continue : « Une sombre évaluation des perspectives de victoire de l’Ukraine contre la Russie a émergé d’un récent rassemblement privé d’anciens hauts gradés étasuniens, de responsables du renseignement et d’universitaires... Les dizaines de participants, dont beaucoup avaient occupé des postes au sein du cabinet ou de sous-cabinet, rencontré selon les règles de Chatham House, qui interdisent l’identification des participants individuels mais autorisent la présentation du contenu lui-même.

Essentiellement, l’article conclut que : « Dans leur très grande majorité, le sentiment des participants penchait vers une escalade sous la forme de la fourniture d’armes supplémentaires à l’Ukraine. La grande majorité des participants était prêts à tout risquer pour une victoire totale contre la Russie.

Cela correspond à l’avertissement du président serbe Alexsandar Vucic l’année dernière selon lequel "nous allons entrer dans un conflit mondial à grande échelle comme nous n’en avons pas vu depuis la Seconde Guerre mondiale" (Euronews, 21 septembre 2022).

Le jinisme et ses mécontents

La campagne pour la paix en Grande-Bretagne n’a jusqu’à présent pas réussi à faire face à la gravité de la menace que cette guerre fait peser sur la paix mondiale. Les députés travaillistes qui s’opposent aux conservateurs sur des questions intérieures ont été réduits au silence quant au rôle joué par l’OTAN dans la création d’une situation aussi dangereuse. Le Trades Union Congress [syndicats] a voté une motion désastreuse soutenant l’augmentation des dépenses de défense, quoique de justesse, infirmant son objection précédente quant à l’augmentation des budgets de la défense. Les travaillistes ont réitéré leur soutien à l’OTAN, le Parti vert a renversé sa politique anti-OTAN et les principaux dirigeants syndicaux et députés de gauche ont appelé à l’envoi de plus d’armes en Ukraine. Les médias grand public ont privé le public britannique de toute opinion dissidente ou alternative.

L’effondrement socialiste dans le chauvinisme qui a eu lieu en 1914 se répète, et pour la même raison, la subordination de la classe aux intérêts nationaux bourgeois – une complaisance et une identification erronée enracinées dans le privilège impérial. Le résultat a été une sous-estimation invalidante du rôle destructeur de l’OTAN, surtout des intentions étasuniennes et britanniques, et équivaut à un soutien sans réserve à la même position interventionniste libérale qui a provoqué la catastrophe en Irak il y a 20 ans.

La majorité des pays du monde refuse de se conformer à la ligne des États-Unis

Le point de vue interventionniste libéral n’est pas, comme on pouvait s’y attendre, reflété à l’échelle mondiale. L’ancien président bolivien démocratiquement élu, Evo Morales, renversé lors d’un coup d’État soutenu par les États-Unis en 2019, a récemment déclaré : « L’envoi de chars et de nouveaux envois d’armes par les États-Unis, l’OTAN et certains pays européens vers l’Ukraine est une provocation irrationnelle qui nous mènera vers une Troisième Guerre mondiale » (Awutar, 2 février 2023). Le président brésilien Lula refuse d’envoyer des armes brésiliennes et des pièces de rechange pour les chars Leopard en Ukraine parce que "notre guerre à nous vise à améliorer la vie de notre peuple".

Lula remet également en question le discours occidental quant aux causes de la guerre. « Je pense que la raison de la guerre entre la Russie et l’Ukraine doit également être clarifiée. Est-ce à cause de l’OTAN ? (Reuters, 5 mai 2022).
De même, l’Afrique du Sud – ainsi que la grande majorité des nations du monde, dont l’Inde, la majeure partie de l’Afrique, du Moyen-Orient et de l’Asie – a refusé d’imposer des sanctions à la Russie (Daily Maverick, 19 septembre 2022).

Les seuls pays à recourir à des sanctions contre la Russie ont été les États-Unis, le Royaume-Uni, l’UE, le Canada, l’Australie, le Japon, Taïwan, la Suisse et la Corée du Sud. Comme l’a dit Newsweek : « Près de 90 % du monde ne nous suit pas en Ukraine » (15 septembre 2022).

Face à ce rejet écrasant, les États-Unis continuent d’imposer des sanctions unilatérales à 40 pays. Les nations ayant une expérience directe de l’agression impérialiste voient une telle agression économique pour ce qu’elle est : la violation du droit international protégeant les droits de tous les pays au développement et à l’autodétermination (Rahmat Mohamad, « Economic Sanctions under International Law », 1er janvier 2015).

Ces pays comprennent bien l’avenir désastreux auquel l’Ukraine est confrontée. Comme le dit le journaliste Chris Hedges : « Il viendra un moment où les Ukrainiens, comme les Kurdes, deviendront inutiles. Ils disparaîtront, comme beaucoup d’autres avant eux, de notre discours national et de notre conscience... L’empire américain continuera à utiliser d’autres peuples, peut-être le peuple « héroïque » de Taiwan, pour poursuivre sa vaine quête d’hégémonie mondiale » (Consortium News , 14 mars 2023). Hedges ajoute : « L’amour de la liberté pour les États-Unis ne s’étend qu’aux personnes qui servent son « intérêt national ».

Pour la majorité des pays du monde, qui ont été la cible des 251 interventions militaires étasuniennes depuis 1991, l’OTAN n’est ni défensive ni garante de la paix. Depuis la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont tué 12 millions de personnes directement dans leurs guerres, de sorte que la déclaration des États-Unis selon laquelle ils ne permettront jamais à une autre puissance de partager sa position mondiale prééminente sonne l’alarme à travers le monde. Le président Biden a déclaré l’année dernière : "Nous sommes dans une compétition pour gagner le XXIe siècle, et le coup d’envoi a été donné."

Pas étonnant qu’il y ait de l’incrédulité lorsque Ned Price, porte-parole du département d’État américain, affirme que : "Aucun pays sur Terre n’a fait plus pour construire un Moyen-Orient plus stable et plus intégré" (tweet de Mint Press, 14 mars 2023).
Au lieu de cela, les gens voient un plan de paix chinois viable pour l’Ukraine, conforme au droit international, contre le gangstérisme unilatéral anarchique des États-Unis.

Menace pour la Chine

Les plans de guerre des États-Unis et de l’OTAN s’étendent bien au-delà de l’Ukraine. La pression militaire contre la Chine s’intensifie – avec le récent accord entre la Grande-Bretagne et le Japon sur l’utilisation militaire de l’espace, des exercices navals occidentaux et japonais réguliers dans la mer de Chine méridionale et la construction de quatre nouvelles bases étasuniennes dans le nord des Philippines et sur des îles japonaises. près de Taïwan, complétant « l’arc autour de la Chine » des États-Unis (BBC, 2 février 2023).

Taïwan est armé jusqu’aux dents, malgré le fait que la politique officielle des États-Unis et du Royaume-Uni soit que Taïwan fait partie de la Chine. Le pacte AUKUS entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie donnera à l’Australie des sous-marins nucléaires pour bloquer les routes commerciales de la Chine et, en échange, remettra effectivement la souveraineté de l’Australie aux États-Unis.

Le général 4 étoiles Mike Minihan prédit une guerre avec la Chine "d’ici deux ans", une prédiction approuvée par le président des affaires étrangères du Congrès républicain (NBC News, 27 janvier 2023).

La marche vers une guerre totale – une guerre dans laquelle les États-Unis ne joueraient pas pour perdre, conduisant à un engagement nucléaire presque certain – s’accélère.

La guerre est inévitable… à moins que

La dépendance des États-Unis à la violence militaire comme solution à son économie improductive et sujette aux crises signifie que la guerre mondiale est de plus en plus probable. Les fabricants d’armes tels que Lockheed Martin et Raytheon ont tout intérêt à promouvoir les conflits – tout comme les fabricants d’armes britanniques tels que BAE, Babcock, Rolls Royce et Qinetiq dont les actions ont bondi de plus de 24 % de 5 milliards de livres sterling (This is Money, 24 mars 2022 ) au cours du premier mois du conflit en Ukraine.

La course massive aux armements des puissances occidentales porte les budgets de défense combinés des pays de l’OTAN à plus de 2 000 milliards de dollars par an. Les dépenses de défense des États-Unis à elles seules (Biden propose un budget de 1 billion de dollars l’année prochaine) dépassent le reste du monde réuni – plus de 14 fois plus que la Russie et plus de 3 fois plus que la Chine. Une telle course aux armements précède historiquement une grande guerre.

Les lois de la concurrence capitaliste conduisent inévitablement à la guerre, à moins que les gens ne se mobilisent pour l’empêcher. La campagne de paix britannique pourrait apprendre des manifestations anti-OTAN de plus en plus visibles qui ont émergé à travers l’Europe – en Slovaquie, en République tchèque, en Bulgarie, en France, en Italie, en Grèce – et notamment en Allemagne où une pétition pour la paix a maintenant attiré plus de 750 000 signatures, et où les sondages montrent que 59% de la population allemande s’oppose à la livraison d’armes lourdes à l’Ukraine.

Comme le dit le militant de la paix afro-américain Ajamu Baraka, les États-Unis sont « une menace existentielle pour l’humanité collective sur notre planète » (Black Agenda Report, 17 mars 2023), de loin le plus grand danger pour la paix mondiale de toutes les puissances mondiales. L’ancien président Jimmy Carter a fait écho à ce point de vue, qualifiant les États-Unis de "pays le plus belliqueux de l’histoire du monde" (Common Dreams, 18 avril 2019). Dans un tel contexte, les propositions chinoises pour la paix en Ukraine représentent un changement radical dans la politique mondiale. Pour la première fois, la Chine utilise son poids significatif pour tenter de contenir la violence des EU. Les socialistes doivent voir cette violence pour ce qu’elle est.

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/pfbid0VMVykp9...
URL de cet article 38586
  

Même Thème
Impérialisme humanitaire. Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ?
Jean BRICMONT
Jean Bricmont est professeur de physique théorique à l’Université de Louvain (Belgique). Il a notamment publié « Impostures intellectuelles », avec Alan Sokal, (Odile Jacob, 1997 / LGF, 1999) et « A l’ombre des Lumières », avec Régis Debray, (Odile Jacob, 2003). Présentation de l’ouvrage Une des caractéristiques du discours politique, de la droite à la gauche, est qu’il est aujourd’hui entièrement dominé par ce qu’on pourrait appeler l’impératif d’ingérence. Nous sommes constamment appelés à défendre les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ne nous flattons pas trop de nos victoires sur la nature ; elle se venge de chacune d’elles.

Friedrich Engels

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.