Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La CIA cherche à couler Correa

Il y a un mois j’ai demandé à un ancien collègue de l’Office britannique des Affaires étrangères et du Commonwealth ce que Hagues envisageait comme fin de partie dans l’impasse sur l’asile politique de Julian Assange, et quelles étaient les marges de manoeuvres en terme de négociations. Mon ami fut méprisant - la politique consistait tout simplement à attendre l’élection présidentielle en Equateur en février (2013). Les Etats-Unis et leurs alliés sont convaincus que Correa va perdre, et mon ami et moi ayant été deux anciens diplomates pendant de nombreuses années, nous avons compris ce que les États-Unis feraient pour assurer ce résultat. Avec Correa remplacé par un président pro-US, l’asile politique d’Assange sera retiré, la police métropolitaine invitée à l’arrêter à l’ambassade de l’Équateur, et Assange sera envoyé immédiatement en Suède d’où il pourrait être extradé vers les Etats-Unis pour faire face à des accusations d’espionnage et de soutien au terrorisme.

J’ai été frappé par la naïveté de ceux qui se demandent pourquoi les Etats-Unis ne peuvent pas simplement demander l’extradition d’Assange à partir du Royaume-Uni. La réponse est simple : gouvernement de coalition. Les accords d’extradition sont des traités internationaux de gouvernement à gouvernement, et la décision de leur mise en oeuvre est en dernier ressort politique et gouvernementale - c’est pourquoi c’est Teresa May (Ministre Intérieure UK - NdT) et non un juge qui a pris les décisions politiques finales et très différentes sur (NdT-l’extradition de) Babar Ahmad et (NdT-le refus d’extrader) Gary Mackinnon.

Les partisans de la CIA au Royaume-Uni soutiennent avec véhémence qu’il serait impossible que la Suède donne des garanties qu’Assange ne sera pas extradé vers les États-Unis, grâce auxquelles il serait prêt à retourner en Suède pour en finir avec la tentative pathétique d’un coup monté. En fait, si les accords d’extradition n’étaient pas des instruments juridiques gouvernementaux, il serait tout à fait possible pour le gouvernement suédois de donner cette garantie. Ceux qui prétendent le contraire, comme Gavin Smith et Joan Essler ici, ne disent pas la vérité - je soupçonne que leur véhémence indique même qu’ils le savent.

La plupart des députés libéraux démocrates sont heureux d’approuver l’idée qu’Assange devrait être renvoyé en Suède pour faire face à des accusations d’agressions sexuelles. Cependant, même les députés du Lib Dem, humiliés à plusieurs reprises, se révolteraient à l’idée qu’Assange soit envoyé en prison à vie en isolement carcéral aux États-Unis pour le travail de Wikileaks. C’est pourquoi la demande d’extradition des Etats-Unis a lieu en dehors du Royaume-Uni, afin d’éviter les problèmes que cela causerait à Cameron. Je ne spécule pas, il y a eu des échanges diplomatiques directs de très haut niveau sur ce point entre Washington et Londres.

Le Département d’Etat était convaincu que le problème Correa allait bientôt s’évanouir, mais il a été choqué depuis par le retour d’Hugo Chavez. Comme Correa, de hauts diplomates américains s’étaient convaincus - et ont convaincu La Clinton (tel quel dans le texte NdT) - que Chavez allait perdre. La fureur provoquée par le retour de Chavez a conduit à un diktat selon lequel la même erreur ne devait pas se reproduire en Equateur.

Les opérations de la CIA à l’intérieur de l’Equateur sont en tout cas beaucoup moins perturbées qu’au Venezuela. J’apprends que le budget américain, en utilisant principalement des fonds du Pentagone, consacré à influencer la prochaine élection présidentielle équatorienne a, depuis le résultat du Venezuela, presque triplé pour atteindre 87 millions de dollars. Une somme qui finira dans les coffres de campagne de l’opposition et sera utilisée pour financer, soudoyer ou favoriser le chantage des médias et des officiels. Attendez-vous à un certain nombre de scandales médiatiques et de corruption contre le gouvernement de Correa dans les prochaines semaines.

J’ai peu de connaissances approfondies sur la politique équatorienne et je ne sais vraiment pas quelles sont les chances de réélection de Correa. J’ignore également si l’un des partis de l’opposition est respectable ou sous la coupe des Etats-Unis. Mais je sais que les États-Unis tiennent beaucoup à ce que Correa perde, qu’ils étaient très confiants qu’il allait perdre, et que maintenant ils ne le sont pas. De leur point de vue, le danger est qu’en faisant de la surenchère, leurs efforts seront tellement évidents qu’ils provoqueront en retour un réaction nationaliste. Ma source américaine est toutefois catégorique que l’administration Obama n’utilisera pas réellement les fonds pour inciter une autre tentative de coup d’Etat militaire contre Correa. Cette option a apparemment été écartée. Un Assange expulsé vers les bras de la CIA par une dictature militaire fraîchement installée sera difficile à faire avaler, même pour nos épouvantables grands médias.

Craig Murray

Source : http://www.craigmurray.org.uk/archives/2012/10/cia-look-to-swamp-correa/

Traduction par Romane

URL de cet article 18053
   


Vous avez une minute ?

Les enfants cachés du général Pinochet - Précis de coups d’Etat modernes et autres tentatives de déstabilisation
Maurice LEMOINE
Le 15 septembre 1970, onze jours après l’élection de Salvador Allende, le président Richard Nixon, en 15 minutes lors d’une réunion avec Henry Kissinger, ordonne à la CIA de « faire crier » l’économie chilienne. Le 11 septembre 1973, Allende est renversé… En 1985, Ronald Reagan déclare que le Nicaragua sandiniste « est une menace pour les Etats-Unis » et, le 1er mai, annonce un embargo total, similaire à celui imposé à Cuba. Depuis le Honduras et le Costa Rica, la « contra », organisée et financée par la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Si les gens devaient découvrir ce que nous avons fait, nous serions pourchassés dans les rues et lynchés"

Président George H.W. Bush (père)
cité par Sarah McClendon (reporter à la Maison Blanche) dans sa lettre d’infos datée de Juin 1992.


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.