RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
17 

La crise de la démocratie européenne - (The New York Times)

S’il était besoin d’une preuve de la maxime disant que le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions, la crise économique en Europe, en fournit une. Les bonnes - mais étroites - intentions des décideurs de l’Union européenne ont été insuffisantes pour une économie européenne saine et ont produit, au lieu de cela un monde de misère, de chaos et de confusion.

Il y a deux raisons à cela.

Tout d’abord, les intentions peuvent être respectables sans être lucides, et les fondements de la politique d’austérité actuelle, combinée avec les rigidités de l’union monétaire de l’Europe (En l’absence d’une union fiscale), n’ont guère été un modèle de puissance et de sagacité. Deuxièmement, une intention qui est bonne en soi peut entrer en conflit avec une priorité plus urgente - dans ce cas, la préservation d’une Europe démocratique qui se préoccupe du bien-être sociétal. Ce sont des valeurs pour lesquelles l’Europe a combattu, pendant de nombreuses décennies.

Certes, certains pays européens ont depuis longtemps besoin d’une meilleure politique économique et d’une gestion économique plus responsable. Cependant, le timing est essentiel, une réforme sur un calendrier bien pensé doit être distinguée d’une réforme faite dans l’extrême hâte. La Grèce, pour l’ensemble de ses problèmes de trésorerie, n’était pas en crise économique avant la récession mondiale en 2008. (En fait, son économie a augmenté de 4,6% en 2006 et 3% en 2007 avant de commencer sa détérioration continuelle.)

La cause de la réforme, peu importe son degré d’urgence, n’est pas bien servie par l’imposition unilatérale de réductions soudaines et sauvages dans les services publics. Ces barres de coupe aveugles exigent - une stratégie contre-productive, étant donné le chômage énorme et le ralentissement de la productivité des entreprises qui ont été décimées par l’absence de demande du marché. En Grèce, l’un des pays laissés derrière pour compte par les gains de productivité ailleurs, la stimulation économique par la politique monétaire (La dévaluation de la monnaie) a été empêché par l’existence de l’union monétaire européenne, alors que le paquet fiscal exigé par les dirigeants du continent est sévèrement nuisible à la croissance. La production économique dans la zone euro a continué de baisser au quatrième trimestre de l’année dernière, et les perspectives ont été si sombres qu’un récent rapport trouvant une croissance nulle au premier trimestre de cette année a été largement salué comme une bonne nouvelle.

Il existe, en fait, beaucoup de preuves historiques indiquant que le moyen le plus efficace pour réduire les déficits est de combiner la réduction du déficit avec une croissance économique rapide, qui génère plus de revenus. Les énormes déficits après la Seconde Guerre mondiale ont en grande partie disparu avec la croissance économique rapide, et quelque chose de semblable s’est passé pendant la présidence de Bill Clinton. La réduction saluée du déficit budgétaire suédois de 1994 à 1998 a eu lieu parallèlement à une croissance assez rapide. En revanche, les pays européens sont aujourd’hui appelés à réduire leurs déficits tout en restant coincés dans une croissance économique nulle ou négative.

Il y a sûrement des leçons à tirer ici de John Maynard Keynes, qui avait compris que l’Etat et le marché sont interdépendants. Mais Keynes avait peu à dire sur la justice sociale, y compris les engagements politiques avec lesquels l’Europe a émergé après la Seconde Guerre mondiale. Ces négociations ont abouti à la naissance de l’État-providence moderne et des services nationaux de santé -à ne pas soutenir une économie de marché, mais à protéger le bien-être de l’homme.

Bien que ces questions sociales n’engagent pas Keynes profondément, il y a une vieille tradition en économie de combiner l’efficacité des marchés avec la fourniture de services publics que le marché ne peut pas être en mesure de délivrer. Comme Adam Smith (Souvent considéré de manière simpliste comme le premier gourou de l’économie de marché) l’a écrit dans "The Wealth of Nations," il y a "deux objets distincts" d’une économie : "premièrement, de fournir un revenu ou un moyen de subsistance abondant au peuple, ou, plus correctement, de leur permettre de se fournir un tel revenu ou moyen de subsistance pour eux-mêmes, et d’autre part, de fournir à l’Etat ou au groupe d’Etats un revenu suffisant pour les services publics" .

Peut-être l’aspect le plus troublant du malaise actuel de l’Europe est-il le remplacement des engagements démocratiques par des diktats financiers - opérés par les dirigeants de l’Union européenne et la Banque centrale européenne, et indirectement par des agences de notation, dont les jugements ont été notoirement malsains.

Le débat public participatif - le "gouvernement par la discussion" exposé par des théoriciens de la démocratie comme John Stuart Mill et Walter Bagehot - aurait pu identifier les réformes appropriées sur une période de temps raisonnable, sans mettre en péril les fondements du système européen de justice sociale. En revanche, des réductions drastiques dans les services publics avec que très peu de discussion générale sur leur nécessité, leur efficacité ou leur équilibre ont révolté une grande part de la population européenne et ont joué le jeu des extrémistes des deux extrémités du spectre politique.

L’Europe ne peut se relancer sans aborder deux domaines de la légitimité politique. Tout d’abord, l’Europe ne peut pas se remettre des vues unilatérales - ou des bonnes intentions - d’experts sans raisonnement public et sans le consentement éclairé de ses citoyens. Étant donné le mépris transparent pour leur public, il n’est pas surprenant que, élection après élection le public ait montré son mécontentement en votant contre les titulaires de leurs mandats.

Deuxièmement, la démocratie et la chance de créer une bonne politique sont compromises lorsque des politiques inefficaces et d’une injustice flagrante sont dictées par les dirigeants. L’échec évident des mesures d’austérité imposées à ce jour a compromis non seulement la participation du public - une valeur en soi - mais aussi la possibilité d’arriver à une solution sensible, et chronométrée de manière sensible.

On est sûrement bien loin de "l’Europe démocratique unie" que les pionniers de l’unité européenne ont recherché.

Amartya Sen, le 22 mai 2012.

Note : Amartya Sen est professeur d’économie et de philosophie à l’université d’Harvard, et l’auteur, tout récemment, de "The Idea of Justice."

Source : The Crisis of European Democracy

URL de cet article 16764
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
La télécratie contre la démocratie, de Bernard Stiegler.
Bernard GENSANE
Bernard Stiegler est un penseur original (voir son parcours personnel atypique). Ses opinions politiques personnelles sont parfois un peu déroutantes, comme lorsqu’il montre sa sympathie pour Christian Blanc, un personnage qui, quels qu’aient été ses ralliements successifs, s’est toujours fort bien accommodé du système dénoncé par lui. J’ajoute qu’il y a un grand absent dans ce livre : le capitalisme financier. Cet ouvrage a pour but de montrer comment et pourquoi la relation politique elle-même est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si notre condition était véritablement heureuse, il ne faudrait pas nous divertir d’y penser.

Blaise PASCAL

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.