Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La fable du chien riche et du chien pauvre

Il était une fois un chien riche qui entra chez le boucher pour se procurer des os.

- Il m’en faut 1000, lui dit le chien riche.

Le boucher abasourdis, se gratta le crâne, puis il cessa, voyant le chien bavant.

- Pour les os, Monsieur Chien, il faut décarcasser toute une bête... Ce n’est pas simple. Et pourquoi 1000 ?

- Il m’en faut 500 pour manger, 200 pour mes vieux jours, et 300 pour investir.

- Avez-vous une idée comment procéder ?

- C’est simple.

Et il lui donna la recette.

Pendant les semaines qui suivirent, une foule de chiens cherchant des os pour manger et à enterrer pour leurs vieux jours demandèrent au boucher des os.

- Je n’en ai pas, répondit le boucher. Mais j’ai de la chair...

- Mais elle flétrit très vite et ne se garde pas ni ne s’enterre. Qu’est ce qu’on a comme avenir ?

La meute se mit à japper, affichant des pancartes.

La retraite, c’est important !

chien

- Revenez la semaine prochaine, j’ai des arrivages de moutons...

Quelques jours plus tard, le chien revint à la boucherie pour tous les os.

- Combien en as-tu ?

- 666

- Pardon ? 666 ? Mais ça ne suffit pas... Tu dégraisses trop ta viande. Alors, ils sont repus.

- Je suis un chien-boucher, mais pas un chien...

- Combien vaut ton commerce.

- Bof ! 200,000 $

- Si je t’en donne 5 fois le prix tu pourras avoir tous les os que tu veux pour tes vieux jours.

- 5 fois le prix, sursauta le chien-boucher.

- Oui, 5 fois. Même 1,000,000 $.

***

Ils passèrent le contrat chez le notaire, et le chien-boucher en sortit tout heureux et souriant.

Quelques mois plus tard, le chien-boucher voulant acheter des os pour ses vieux jours alla chez son ancienne boucherie.

Il y avait là trois travailleurs : un chien pauvre, devenu boucher, un chien renifleur et un chien de garde.

- Je voudrais 100 os. 50 pour manger et 50 pour enterrer.

Le chien-boucher se mit à rire.

- Je suis chien-boucher et je ne peux même pas m’offrir quelques os à enterrer.

L’ancien chien-boucher fut atterré.

- J’ai de la chair de renard, de poulet, et quelques carcasses de vaches malades. Mais guéries...

- Mais où sont les os de moutons ?

- Je ne sais pas, répondit-il en lorgnant le chien de garde.

Le lendemain, le chien-boucher fut licencié. On lui offrit un poste dans un pays lointain, à un salaire moindre. Il vit passer le même camion qui venait chercher les os derrière l’ancienne boucherie dans laquelle il travaillait et sur lequel était inscrit : FUTURE ARE OS.

Peu à peu, les petites boucheries disparurent, achetées par la compagnie FUTURE ARE OS.

Des chiots et des chiens amaigris travaillaient désormais dans une énorme usine située dans un pays où les chiens ne trouvaient pas d’os. Au moins, ils pouvaient se payer la chair des carcasses.

Les chiens des autres pays durent désormais acheter quelques os et chair congelés.

Ils devinrent lentement édentés, et ne purent se rebeller.

On les avait savamment désarmés.

Gaëtan Pelletier

février 2014

URL de cet article 24512
   
Même Thème
Un autre capitalisme n’est pas possible
Rémy HERRERA
Le capitalisme est en crise. Il pourrait même s’agir d’une des plus graves crises de l’histoire moderne. Et pourtant, à suivre l’actualité au jour le jour, l’opinion publique peut avoir le sentiment que cette crise est déjà derrière nous. Or, le pire est sans doute encore à venir, malgré les propos rassurants tenus et les aménagements envisagés. En effet, la réactivation annoncée de l’intervention étatique a notamment pour objet la négation de la nature de biens publics à la fois gratuits et libres de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les philosophes n’ont fait qu’interpréter diversement le monde, il s’agit maintenant de le transformer.

Karl Marx


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.