RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La lutte des intermittents du spectacle

Le régime d’indemnisation chômage des intermittents du spectacle a été instauré en 1936 sous le Front populaire pour les techniciens du cinéma. Initialement limité, il s'est étendu progressivement à d'autres domaines artistiques. En 1969, une loi intègre les artistes au régime, définissant les artistes-interprètes et les artistes du spectacle. La véritable expansion survient dans les années 2000, avec l'introduction du CDD d'usage, permettant des abus et une croissance significative du nombre d'intermittents. Dans les années 60, deux annexes à la réglementation d'assurance chômage sont créées pour fixer les règles d'indemnisation des intermittents du spectacle : l'annexe VIII, créée en 1964 pour les ouvriers et techniciens du spectacles ; l'annexe X, créée en 1967 pour les artistes du spectacle.

Les annexes VIII et X ont été renégociées depuis le 15 novembre. Deux négociations se sont faites en même temps : la négociation interprofessionnelle et la négociation spécifique aux intermittents du spectacle, instaurées par la loi depuis 2015. C’est au cours de ces négociations, entre les syndicats patronaux et les syndicats des travailleurs, que se décident l’ensemble des règles de l’Assurance chômage. Depuis 2018, Macron a considérablement réduit les droits des privés d’emploi du régime général pour, soi-disant, leur faciliter le retour à l’emploi. Ces réformes libérales n’ont été motivées que par la seule volonté de réaliser des économies sur le régime d’assurance chômage, au détriment des droits des chômeurs. La lettre de cadrage proposée par le premier ministre ne vise qu’à réaliser des économies, mais cette fois-ci sur les intermittents. Les salariés intermittents coûteraient trop cher au regard de leurs cotisations versées, ce qui justifierait de baisser leurs droits.

Ce n’est pas la première fois que les organisations patronales tentent de s’attaquer aux annexes VIII et X, nécessaires à la rémunération des intermittents du spectacle. En 2003, une crise majeure conduit à la révision des conditions d’indemnisation, mais le déficit persiste. Le festival d’Avignon est annulé, point culminant d’une grève initiée par la CGT. En 2014, un nouvel accord est signé, suscitant des tensions, notamment en raison de l’introduction d’un délai de carence. La réforme de l’Assurance chômage a fait monter les tensions en 2021, alors qu’après une période d’inactivité forcée pendant 18 mois de pandémie, de nombreux théâtres sont occupés pour lutter contre la mise en place de cette réforme.

Sous la pression des mobilisations croissantes dans le spectacle, le patronat a retiré ses menaces les plus provocatrices : pas de durcissement des seuils d’accès pour les artistes et techniciens intermittents du spectacle, mais refus de l’accord professionnel unanime du 27 octobre. Le patronat considère que l’accord professionnel ne respecte pas l’objectif des 15% d’économies et exige une modification des conditions d’accès aux droits à l’Assurance chômage, soit : 610h sur 12 mois pour les ouvriers et techniciens ; 580h sur 12 mois pour les artistes (contre 507h actuellement). Si ces règles sont mises en place, elles conduiraient à sortir près d’un technicien sur 4 et un artiste sur 2, soit un tiers des intermittents du régime spécifique d’assurance chômage.

La CGT Spectacle déclare n’accepter aucune baisse de droits et reste combative à cette négociation sur la base de ses propositions en matière d’emploi et de droits sociaux et pose comme préalable le maintien des accords professionnels de 2016 et de 2019 comme base de discussion.

N’oublions pas que les intermittents du spectacle jouent un rôle essentiel dans la réalisation des événements des Jeux Olympiques. En s’attaquant à leur régime spécifique ou au régime général, le gouvernement court le risque de déclencher des grèves massives parmi les intermittents, avec des conséquences potentielles sur la préparation et la tenue des Jeux Olympiques.

En tant que jeune artiste, me destinant à rejoindre le secteur du spectacle vivant, et membre actif de la JRCF, je partage les préoccupations légitimes des travailleurs du spectacle. Les récentes réformes macronistes risquent de précariser davantage notre avenir professionnel en tant qu’intermittents du spectacle.
J’exprime mon soutien aux revendications portées par la CGT spectacle et les jeunes travailleurs du secteur. Nous devons unir nos voix pour défendre nos droits, préserver nos conditions de travail, pour pouvoir exercer nos métiers de manière épanouissante.

»» http://jrcf.over-blog.org/2023/12/la-lutte-des-intermittents-du-spectacle.html
URL de cet article 39181
  

Hillary Clinton, la « Reine du Chaos »
Diana JOHNSTONE
1. Dans votre dernier livre, vous appelez Hillary Clinton la « Reine du Chaos. » Pouvez-vous expliquer pourquoi vous avez choisi ce sobriquet péjoratif pour décrire Hillary ? En un mot, la Libye. Hillary Clinton était si fière de son rôle majeur dans le déclenchement de la guerre contre la Libye qu’elle et ses conseillers avaient initialement prévu de l’utiliser comme base d’une « doctrine Clinton », ce qui signifie une stratégie de changement de régime façon « smart power » , comme un slogan de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l’iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l’argent et, en un tour de mains, ils créeront assez d’argent pour la racheter. ôtez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais, si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l’argent et à contrôler les crédits.

Sir Josiah Stamp,
Directeur de la Banque d’Angleterre 1928-1941,
2ème fortune d’Angleterre.

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.