RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La pauvreté cachée au cœur des villes

Une étude publiée mardi analyse finement les taux de pauvreté selon les territoires. Elle met en avant la persistance d’importantes poches de misère dans les grandes villes ainsi que de fortes inégalités entre quartiers.

C’est une première. Les sociologues Louis Maurin et Violaine Mazery ont étudié les taux de pauvreté selon les territoires, après impôt et cotisations sociales. Leurs travaux, publiés hier par le Centre d’observation et de mesure des politiques d’actions sociales (Compas), dressent le classement des 100 plus grandes villes de France au regard de leur taux de pauvreté. Les dix premières places sont trustées par les communes d’outre-mer, avec cinq villes affichant un taux de pauvreté supérieur à 33 % (lire encadré).

La banlieue nord de Paris, surreprésentée

Roubaix, dans le Nord, détient le triste record de France avec 45 % de pauvres sur son territoire. Viennent ensuite de nombreuses villes de la banlieue nord de Paris, surreprésentée dans ce triste palmarès avec Aubervilliers (39 % de pauvreté), Saint-Denis (34 %), Sarcelles (32 %), Épinay-sur-Seine et Pantin (30 %)…

Si l’on intègre les cités de moins de 50 000 habitants, des villes comme Grigny (Essonne), Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ou Garges-lès-Gonesse s’invitent dans ce classement, avec 43 %, 45 % et 40 % de pauvres sur leurs territoires. Les cités de banlieues présentent toujours – hélas ! – de grandes concentrations de pauvreté, «  n’en déplaise au discours ambiant selon lequel il n’y aurait de pauvreté que dans les zones périurbaines  », relève Louis Maurin.

«  Il faut faire attention, ajoute le sociologue, à ne pas se limiter à une analyse par commune et par moyenne de revenus, qui peut être trompeuse.  » À première vue, une ville comme Paris est reléguée à la 84e place du classement des cent villes comptant le plus de pauvres. «  En changeant d’échelle, on s’aperçoit que des arrondissements comme le 18e, le 19e ou le 20e, qui regroupent plus de 200 000 habitants, affichent un taux de pauvreté de 20 %, bien au-dessus de la moyenne nationale (14 %).  »

Cette étude pousse l’analyse encore plus loin, en observant la pauvreté, au plus près des territoires, quartier par quartier. À Belleville, à la Goutte-d’Or et dans une dizaine de quartiers de la capitale, plus de 40 % des habitants vivent avec moins de 60 % du revenu médian, soit 977 euros par mois. «  Cela représente bien plus de pauvres que certaines villes affichant des taux de pauvreté importants, mais avec une densité de population bien moins importante  », décrypte Louis Maurin.

Même chose à Marseille, où le 3e arrondissement concentre plus de pauvres (55 %) qu’une ville comme Roubaix. D’autres arrondissements de la cité phocéenne, comme le 1er, le 2e, le 14e et le 15e, affichent aussi un taux supérieur à 40 %. «  Malgré la hausse des prix de l’immobilier, les grandes villes rassemblent encore une grande partie de la population pauvre et certains quartiers atteignent des niveaux qui dépassent de très loin la moyenne du pays  », résume l’étude. Autrement dit, la pauvreté se cache en ville, même si elle est noyée par la masse.

Utiliser d’autres critères que les revenus

Les inégalités constatées au sein d’une même ville appellent «  à raisonner avec des échelles semblables  », préconise donc le rapport. Lequel suggère aussi d’évaluer les niveaux de vie en prenant en compte les prestations sociales, «  ce qui n’est pas le cas de la nouvelle géographie de la politique de la ville  ». Pour une analyse plus fine de la pauvreté, il faudrait aussi utiliser, selon les auteurs, d’autres critères que les revenus, comme «  la composition sociale des familles ou l’état du logement social  ».

Pierre Duquesne

La Réunion, ghetto dans l’océan. Les plus grandes inégalités se situent outre-mer. «  Dans ces territoires, la plus grande richesse côtoie la plus grande pauvreté  », explique l’étude du Compas. En particulier sur l’île de la Réunion, où l’on retrouve la moitié des dix grandes villes les plus pauvres. Saint-Pierre est sur la deuxième marche du podium, avec 44 % de personnes vivant avec moins de 977 euros. Viennent ensuite Le Tampon (43 %), Saint-Paul (39 % de pauvres) et Saint-Denis (36 %), en sixième position. Le Port, moins peuplée, affiche, elle, un taux de pauvreté de 55 %. Un record absolu.
»» http://www.humanite.fr/societe/la-pauvrete-cachee-au-coeur-des-villes-557991
URL de cet article 24211
  

Éric Laurent. Le scandale des délocalisations.
Bernard GENSANE
Ce livre remarquable est bien la preuve que, pour l’hyperbourgeoisie, la crise n’est pas le problème, c’est la solution. Éric Laurent n’appartient pas à la gauche. Il est parfois complaisant (voir ses livres sur Hassan II ou Konan Bédié). Mais dans le métier, on dit de lui qu’il est un " journaliste d’investigation " , c’est-à -dire … un journaliste. Un vrai. Sa dénonciation des délocalisations, par les patronats étatsunien et français en particulier, est puissamment documentée et offre une (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’un des plus gros mensonges officiels de notre temps est que les États-Unis et le Royaume-Uni sont en guerre contre l’islam radical. De l’Afghanistan à l’Arabie Saoudite en passant par la Syrie et la Libye, les extrémistes islamiques ont été pendant des décennies un allié vital dans leur véritable guerre : contre l’indépendance, l’unité panarabe et la souveraineté économique au Moyen-Orient.

Matt Kennard

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.