RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Loi Duflot, un encadrement... pour les riches locataires

Examiné à partir d’aujourd’hui, le texte encadrant les loyers ne défend pas assez les locataires modestes, dénoncent les associations. Et tout reste à faire pour que la garantie universelle des loyers soit une vraie sécurité sociale du logement.

Cécile Duflot s’attend à un débat long et animé. 1 300 amendements ont été déposés avant le début de l’examen à l’Assemblée nationale, aujourd’hui, de son projet de loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (Alur). «  Sa volonté est d’aller au bout du débat, dit-on à son cabinet, car elle assume que son texte n’est pas un alignement de mesures techniques mais un texte politique  » pour «  rapprocher l’évolution des loyers de celle des revenus  » et instaurer «  une régulation du marché  ».

Voilà pour l’ambition, partagée par l’ensemble des associations de locataires après dix ans de flambée des prix. Car, à regarder de près les outils mis au point par le ministère, on peut se demander si le remède ne va pas être pire que le mal.

Une « mécanique inflationniste » ?

L’encadrement des loyers, tel qu’il est prévu par le texte, «  contient une mécanique inflationniste  », avait dénoncé avant l’été la Confédération syndicale des familles. Également «  très dubitatif  » sur ce dispositif, Eddie Jacquemart, le président de la Confédération nationale du logement, pointe la fourchette haute des loyers, fixée à 20 % au-dessus des loyers médians, qui laisse une belle marge d’augmentation pour les bailleurs. Il dénonce surtout l’existence d’un montant minimum imposé par la loi, craignant une augmentation des loyers en dessous du marché. En commission des Affaires économiques, les députés socialistes ont fixé par voie d’amendement que cette limite soit 30 % inférieure au loyer médian, contre 20 % dans la version initiale du texte. Cela permettra d’éviter une augmentation «  trop massive  » des loyers sous-évalués, reconnaissent les conseillers du ministère. Or, les loyers «  sous-évalués  » sont ceux qui n’ont pas suivi l’envolée spéculative… «  Au prétexte de ne pas léser les bailleurs, les loyers qui au mieux baisseront seront ceux en général des locataires qui payent le plus cher au mètre carré, donc les locataires les plus riches (sauf peut-être pour les micro-surfaces)  », résume le DAL. L’objectif de la ministre, c’est d’abord et avant tout d’écrêter les abus. Si les professionnels ont d’abord annoncé qu’ils allaient boycotter les observatoires des loyers – consigne non suivie sur le terrain –, ils entendaient surtout protester contre les frais d’agence…

À la moindre évocation des expulsions locatives, la ministre renvoyait jusqu’ici directement à la garantie universelle des loyers, présentée comme un premier pas vers «  une sécurité sociale du logement  ». Un amendement gouvernemental, déposé cet été en commission, a précisé les contours de ce mécanisme destiné à pallier les impayés de loyers… à compter du 1er janvier 2016.

Le bonheur des assurances

Les cotisations, autour de 2 % du montant des loyers (selon les estimations du gouvernement), seront pour moitié à la charge des propriétaires et des locataires. Au grand regret du président de la CNL, qui souhaite que cette «  GUL  » reste à la charge des bailleurs. «  On demande aux locataires de payer une assurance pour la rente foncière des propriétaires.  » Christophe Caresche, député PS, s’active pour que ce fonds soit directement géré par les assurances privées. L’organisme qui le pilotera sera à «  100 % public mais le plus léger possible  », assure le ministère. Mais hors de question de créer «  un mastodonte administratif  », ajoutent les conseillers de Cécile Duflot, soucieux de ménager le lobby des propriétaires…

Sous les tipis devant l’assemblée Les associations qui luttent pour les droits des mal-logés veulent peser dans le débat. À partir de mercredi, la plate-forme Logement des mouvements sociaux manifestera place du Palais-Royal à 17 h 30, pour veiller ensuite place Édouard-Herriot pendant la durée des débats parlementaires. L’occasion, sous les tipis et les bâches, de suivre les débats de l’Assemblée nationale. Des échanges et prises de paroles permettront d’analyser en direct les divers points de la loi. Sept marcheurs espagnols de la plate-forme contre les expulsions (lire notre enquête pp.14-15) viendront y témoigner.

Des amendements devraient être déposés par les associations visant une baisse des loyers et l’arrêt ferme des expulsions.

Pierre Duquesne

»» http://www.humanite.fr/societe/loi-duflot-un-encadrement-pour-les-rich...
URL de cet article 22643
  

Colombie, derrière le rideau de fumée. Histoire du terrorisme d’Etat
Hernando CALVO OSPINA
L’affaire Ingrid Betancourt et la question des otages ont mis la Colombie sous les feux de l’actualité… Mais, derrière le rideau de fumée médiatique, que se passe-t-il vraiment dans ce pays ? La violence politique, conséquence de l’intransigeance de l’Etat et des énormes inégalités sociales, est au coeur de cet ouvrage, Au fil de l’histoire, l’oligarchie nationale vorace, les Etats-Unis et certaines puissances européennes, avides de soumettre un peuple pour s’emparer de ses immenses richesses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Partout où l’antisémitisme n’existe pas, le sionisme le fabrique »

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.