RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Liberté pour Jabeur MAJERI * : Monsieur le Président Moncef Marzouki, la Liberté d’opinion est une et indivisible !

Que la fête d’Aïd-el-Kébir 2013, prévue pour le 15 octobre, puisse devenir la fête de la Liberté pour Jabeur MEJRI !

Monsieur le Président, vous avez déclaré, hier mercredi 25 septembre 2013, devant le Council on Foreign Relations américain, en marge de votre séjour aux États-Unis d’Amérique, à l’occasion de la session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies, la Phrase de la honte de ce séjour, à savoir :

« Je suis très choqué par l’affaire Jabeur MAJERI et par sa condamnation à sept ans de prison, mais, d’un autre côté, il faut tenir compte du fait que la société tunisienne est conservatrice et a ses traditions »**.

Permettez-moi, Monsieur le Président, de vous dire que la Liberté d’opinion est une et indivisible, que votre conviction de la conditionner à des considérations sociétales et identitaires constituent le premier pas vers la discrimination et l’apartheid et que cette phrase est indigne de vous, vous dont le combat d’antan pour les Droits humains a fait de vous ce que vous êtes aujourd’hui, et injuste envers la société tunisienne, société universellement reconnue comme étant ouverte et tolérante.

En conclusion, sachez, Monsieur le Président, que votre entêtement à ne pas gracier Jabeur MAJERI vous fait perdre la seule occasion qui pourrait vous faire rentrer dans l’Histoire, et ce, d’avoir libéré le premier prisonnier d’opinion du contre-Printemps tunisien.

Salah HORCHANI

Membre-fondateur du Comité de Soutien à Jabeur et Ghazi

* Jabeur MEJRI, est un jeune Tunisien de Mahdia, condamné à 7 ans et demi de prison et 1 200 DT d’amende qui se détaillent comme suit : à cinq ans de prison et à une amende de 1.200 DT, pour avoir publié et diffusé des écrits susceptibles de troubler l’ordre public, à deux ans de prison pour offense à autrui via les réseaux publics de communication, à six mois de prison pour outrage aux bonnes mœurs par le geste et la parole.

Jabeur MEJRI est en prison, depuis plus de dix-huit mois déjà, pour avoir exercé pacifiquement son droit à la Liberté d’expression.

Les lecteurs qui souhaitent en savoir plus sur cette Condamnation de la Honte sont invités à consulter le Site web du Comité de Soutien à Jabeur et Ghazi, mentionné ci-dessous, ainsi que l’article suivant et les liens qui y sont cités :

http://www.legrandsoir.info/sos-jabeur-l-un-des-deux-athees-condamnes-...

Comité de Soutien à Jabeur et Ghazi :

Courriel : kolna.jabeur.kolna.ghazi@gmail.com

Site web : http://jabeurghazifree.blogspot.fr/

** Voir la vidéo suivante :

http://www.youtube.com/watch?v=SKcJXTPKj4k

URL de cet article 22648
  

L’Etat voyou
William BLUM
Quatrième de couverture « Si j’étais président, j’arrêterais en quelques jours les attaques terroristes contre les États-Unis. Définitivement. D’abord, je présenterais mes excuses à toutes les veuves, aux orphelins, aux personnes torturées, à celles tombées dans la misère, aux millions d’autres victimes de l’impérialisme américain. Ensuite, j’annoncerais aux quatre coins du monde que les interventions américaines dans le monde sont définitivement terminées, et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51e (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"L’un des grands arguments de la guerre israélienne de l’information consiste à demander pourquoi le monde entier s’émeut davantage du sort des Palestiniens que de celui des Tchétchènes ou des Algériens - insinuant par-là que la raison en serait un fonds incurable d’antisémitisme. Au-delà de ce qu’il y a d’odieux dans cette manière de nous ordonner de regarder ailleurs, on peut assez facilement répondre à cette question. On s’en émeut davantage (et ce n’est qu’un supplément d’indignation très relatif, d’ailleurs) parce que, avant que les Etats-Unis n’envahissent l’Irak, c’était le dernier conflit colonial de la planète - même si ce colonisateur-là a pour caractéristique particulière d’avoir sa métropole à un jet de pierre des territoires occupés -, et qu’il y a quelque chose d’insupportable dans le fait de voir des êtres humains subir encore l’arrogance coloniale. Parce que la Palestine est le front principal de cette guerre que l’Occident désoeuvré a choisi de déclarer au monde musulman pour ne pas s’ennuyer quand les Rouges n’ont plus voulu jouer. Parce que l’impunité dont jouit depuis des décennies l’occupant israélien, l’instrumentalisation du génocide pour oblitérer inexorablement les spoliations et les injustices subies par les Palestiniens, l’impression persistante qu’ils en sont victimes en tant qu’Arabes, nourrit un sentiment minant d’injustice."

Mona Chollet

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.