RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La privatisation de l’occupation : Les mercenaires et les ONG (Counterpunch)

Les fanatiques du libre marché soutiennent que le secteur privé peut presque tout faire mieux que les gouvernements. Les plus fanatiques ne tolèrent pas le "presque" et affirment que même la police et l’armée devraient être privatisées.

Le développement des compagnies privées de sécurité (PSC) est généralement considéré comme le résultat du succès des arguments des fanatiques du marché.

Ce qui est moins commenté c’est la croissance parallèle des organisations non-gouvernementales (ONG) qui oeuvrent pour le développement de la santé, de l’éducation et des services sociaux, spécialement dans le tiers-monde, services qui étaient auparavant offerts pas les institutions publiques.

De manière intéressante, au moins une personnalité interne a fait le lien entre les deux. James Fennel, conseiller de Armorgroup et ancien employé d’ONG, explique que ces organisations ont des trajectoires historiques similaires : "Le rôle croissant des entreprises commerciales de sécurité peut être considéré comme allant de pair avec le développement de la politique de la contribution technique des ONG dans les 20 dernières années pour apporter une aide officielle aux pays du sud et les assister dans leur développement."

En plus de racines idéologiques similaires, les PSC et les ONG ont souvent des liens plus directs. Récemment CARE, Save the Children, CARITAS et World Vision ont tous loué les services de firmes privées de sécurité (PSC) pour protéger leurs activités à l’étranger.

Inquiètes pour leur image, les ONG occidentales préfèrent dissimuler leurs liens avec les PSC mais un certain nombre d’études techniques les mettent en lumière. Une étude a montré que "toutes les organisations humanitaires importantes ( c’est à dire les agences humanitaires de l’ONU et les ONG les plus importantes) avaient employé des gardes armés au moins une fois et environ 22% des plus importantes organisations humanitaires ont reconnu avec utilisé les services d’entreprises de sécurité durant l’année précédente [2007]."

USAID (United States Agency of International Development) a demandé aux ONG qui étaient en mission en Irak de louer les services de gardes de sécurité privés. Corez Levine, conseiller en droits de l’homme, explique : "Mon organisation, un petite ONG qui travaille à restaurer la société civile n’a pas fait exception. Environ 40% de notre budget de 60 millions de dollars a été employé à protéger les 15 internationaux qui composent notre équipe. Notre entreprise de sécurité était sud-africaine."

CARE Etats-Unis a aussi employé d’anciens militaires sud-africains pour protéger ses opérations en Irak. Peter Singer, auteur du livre "Les guerriers privés : le développement de l’industrie militaire privée" décrit la militarisation du travail des ONG en Irak. "La mesure dans laquelle les choses ont changé est illustrée par une ONG humanitaire qui a loué les services d’une PMF (firme militaire privée) pour protéger ses installations et son personnel en signant un contrat qui comportait l’emploi de tireurs d’élite."

L’occupation de l’Irak et de l’Afghanistan ont augmenté les liens entre les ONG et les PSC de manière significative. En 2006 Singer a écrit : "Les représentants de l’industrie estiment qu’environ 25% des entreprises "haut de gamme" qui fournissent des services armés et plus de 50% des firmes qui fournissent du soutien logistique ont travaillé pour des clients qui étaient dans l’humanitaire." ArmorGroup, MPRI, KROLL, Olive, Southern Cross, Triple Canopy et Blackwater ont tous apparemment travaillé pour des organisations humanitaires.

ArmorGroup est une des entreprises favorites des ONG. En 2002 ses client comprenaient UNICEF, CARE, CARITAS, et la Croix Rouge. ArmorGroup fait de la publicité auprès des ONG. Ils ont embauché un ancien responsable de CARE-Angleterre, James Fennel, et se présentent comme le leader de la corporation en ce qui concerne les standards éthiques. C’est peut-être vrai, mais la firme a pourtant été éclaboussé par quelques scandales. En août dernier, un de ses employés a tiré et tué deux collègues et blessé un interprète irakien. Avant d’être embauché par ArmorGroup, Danny Fitzsimons a eu quelques accrochages avec la loi en Grande Bretagne et a été licencié par une autre PSC pour instabilité de caractère. Corporate Mercenaries fait état d’un autre scandale : "Defense System Colombia (DSC), un organe subsidiaire de DSL (maintenant ArmorGroup), a été soupçonné de fournir des informations secrètes détaillées à la célèbre XVIième Brigade de l’armée colombienne pour identifier des groupes opposés à [la compagnie pétrolière] BP présents dans la région de Casanare. Ces fuites semblent avoir eu une incidence sur des exécutions et des disparitions."

Southern Cross est une autre PSC qui travaille pour des agences humanitaires et qui se dépeint comme une entreprise aux aspirations morales. Mais elle a aussi un passé trouble. Southern Cross a été fondée dans la Sierra Leone en 1999 par Cobus Classsens un officier d’Executive Outcomes qui fut créé par les anciennes Forces Spéciales de l’Afrique du Sud de l’apartheid.

Avant d’être démantelé Executive Outcomes incarnait tout ce qu’il y a de pire dans les entreprises de sécurité privées. Aujourd’hui, c’est Xième Service, auparavant Blackwater, qui détient ce sinistre record tout en ayant des liens propres (ce n’est pas un jeu de mot ! NdT) avec des ONG. Un rapport de 2006 de Humanitarian Policy Group affirme que Blackwater est employé par des groupes humanitaires et en février dernier, Bashir Bilour, le ministre de la province de la frontière nord-ouest du Pakistan (NWFP) a reconnu que "Blackwater se trouve au Pakistan et opère dans la NWFP ainsi que dans d’autres secteurs". Selon Bilour "Blackwater avait été engagé pour garder le personnel du consulat et les employés d’ONG étrangères."

Un groupe qui prétend avoir des objectifs "humanitaires" ou de "développement" ne devrait évidemment jamais embaucher Blackwater mais comment définir une limite à ne pas franchir ?

Embaucher même la plus morale des PSC pose déjà tout une série de problèmes éthiques.

En louant les services des PSC, les organisations humanitaires concourent-elles au boom que connaissent les compagnies privées de sécurité ? Les PSC aiment le plus souvent faire état de leurs liens avec les ONG car elles croient que cela aide à "légitimer leur activité commerciale".

Koenraad Van Brabant pose une question plus importante. En embauchant des PSC les ONG "contribuent-elles à augmenter la sécurité publique dans son ensemble" ou "cautionnent-elles une privatisation de la sécurité qui permet à ceux qui en ont les moyens de vivre en sécurité pendant que les autres vivent dans la peur" ? Le personnel des ONG a sûrement les moyens de se payer des services de sécurité mais ce n’est pas un luxe que la plupart des gens peuvent se permettre.

Dépendantes des contrats des gouvernement occidentaux, les ONG suivent souvent les militaires dans les zones de guerre. Ce qui fait qu’elles sont souvent perçues comme les agents hostiles d’un pouvoir occupant. Et en conséquence elles ont besoin de services de sécurité.

Est-il si surprenant que les ONG qui fournissent les services que les institutions publiques offraient auparavant se tournent vers les firmes privées de sécurité qui font exactement la même chose ?

Yves Engler

Yves Engler est le co-auteur de "Canada et Haïti : la guerre contre la majorité pauvre". Son livre le plus récent est "Canada et Israël : construire l’apartheid". Pour plus d’information visitez son site Web : yvesengler.com

pour consulter l’original : http://www.counterpunch.org/engler08262010.html

Traduction : D. Muselet pour le Grand Soir

URL de cet article 11341
  

"Pour sauver la planète, sortez du capitalisme" de Hervé Kempf
René HAMM
Le titre claque comme un slogan que l’on clamerait volontiers avec allégresse. Quel immense dommage que si peu de Vert(-e)s adhèrent à ce credo radical, préférant, à l’image de Dominique Voynet Daniel Cohn-Bendit ou Alain Lipietz, quelques commodes replâtrages ! Les déprédations gravissimes de l’environnement découlent d’un mode de production uniquement mû par « la maximisation du profit ». La crise économique actuelle, corollaire des turbulences qui ont frappé la bulle des hedge funds et des subprimes, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Parfois sans le savoir, nous gagnons tous les jours. Ailleurs.

Viktor Dedaj

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.