RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La Ville de Genève veut que la Suisse propose l’asile à Julian Assange

Le Parlement de la Ville de Genève veut soutenir Julian Assange. Il a adopté mercredi soir une résolution qui demande à Berne de proposer l’asile au fondateur de WikiLeaks, réfugié à l’ambassade d’Equateur à Londres depuis 2012.

Scène un peu surréaliste mercredi soir au Conseil municipal de la Ville de Genève. Avant de parler du probable déménagement d’un office de poste dans un quartier genevois, une heure de débat a été consacrée à cette résolution concernant Julian Assange.

Le texte de l’UDC Eric Bertinat – qui est aussi le président du Conseil municipal – a finalement été adopté, soutenu par la gauche. Le PLR a voté contre et le PDC s’est abstenu. La socialiste Albane Schlechten salue l’engagement de l’UDC : "un parti qui, en général, ne soutient pas les actions qui vont en dehors du cadre légal. Une UDC proche finalement de la désobéissance civile" sur ce thème des lanceurs d’alerte.
Un thème déjà familier de l’UDC

A l’échelon cantonal genevois, le député UDC Thomas Bläsi a déposé un projet de loi pour mieux protéger les lanceurs d’alerte au sein de l’administration. Ce projet est pour l’instant gelé en commission.

Au niveau fédéral, le conseiller national UDC valaisan Jean-Luc Addor a interpellé le Conseil fédéral pour qu’il protège Julian Assange. Berne a répondu : le fondateur n’est pas un défenseur des droits de l’homme. La Suisse ne peut donc pas le protéger comme tel.

L’UDC s’intéresse aux lanceurs d’alerte en expliquant agir dans l’intérêt de la population. Eric Bertinat estime que des personnes comme "Julian Assange sont essentielles, sinon on risque de sombrer dans un Etat totalitaire".

La PLR Patricia Richard n’y voit qu’une manière de se positionner pour les élections fédérales. Elle confiait à la RTS qu’Eric Bertinat, qui a déposé cette résolution pour soutenir Julian Assange, était pourtant le premier à déplorer que le Parlement de la ville de Genève "vote sur tout et n’importe quoi".

Pauline Rappaz/ebz

»» https://www.rts.ch/info/regions/geneve/10200346-la-ville-de-geneve-veu...
URL de cet article 34543
  

Même Thème
La traque des lanceurs d’alerte
Stéphanie Gibaud
Préface de Julian Assange Les lanceurs d’alerte défrayent l’actualité depuis une dizaine d’années. Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange sont révélateurs des méthodes utilisées pour faire craquer ceux qui ont le courage de parler des dysfonctionnements et des dérives de notre société. Pourtant, ces héros sont devenus des parias. Leur vie est un enfer. Snowden est réfugié en Russie, Assange dans une ambassade, Manning était en prison, Stéphanie Gibaud et bien d’autres sont dans une situation (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"L’un des grands arguments de la guerre israélienne de l’information consiste à demander pourquoi le monde entier s’émeut davantage du sort des Palestiniens que de celui des Tchétchènes ou des Algériens - insinuant par-là que la raison en serait un fonds incurable d’antisémitisme. Au-delà de ce qu’il y a d’odieux dans cette manière de nous ordonner de regarder ailleurs, on peut assez facilement répondre à cette question. On s’en émeut davantage (et ce n’est qu’un supplément d’indignation très relatif, d’ailleurs) parce que, avant que les Etats-Unis n’envahissent l’Irak, c’était le dernier conflit colonial de la planète - même si ce colonisateur-là a pour caractéristique particulière d’avoir sa métropole à un jet de pierre des territoires occupés -, et qu’il y a quelque chose d’insupportable dans le fait de voir des êtres humains subir encore l’arrogance coloniale. Parce que la Palestine est le front principal de cette guerre que l’Occident désoeuvré a choisi de déclarer au monde musulman pour ne pas s’ennuyer quand les Rouges n’ont plus voulu jouer. Parce que l’impunité dont jouit depuis des décennies l’occupant israélien, l’instrumentalisation du génocide pour oblitérer inexorablement les spoliations et les injustices subies par les Palestiniens, l’impression persistante qu’ils en sont victimes en tant qu’Arabes, nourrit un sentiment minant d’injustice."

Mona Chollet

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.