RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La visite d’Obama en Afrique du Sud suscite les protestations de la gauche à Pretoria

Pour Loyd Shivambu, ancien membre de l’ANC, « l’administration américaine sous Obama a poursuivi la domination néo-coloniale en Irak et en Afghanistan, non pas à cause de la guerre contre le terrorisme, mais pour des intérêts économiques étroits, notamment le pétrole. L’administration américaine sous Obama est également coupable de continuer de soutenir l’expansion israélienne illégale et la violation du droit des Palestiniens à l’autodétermination, de sa dignité et de ses libertés fondamentales… »

L’Afrique du Sud est la deuxième étape d’une tournée africaine d’une semaine du président américain Barack Obama qui, après le Sénégal, doit le mener en Tanzanie. Il a été accueilli samedi (après la dispersion par la police de quelques centaines de manifestants hostiles) par des chants chaleureux, des applaudissements et des rires de jeunes Sud-Africains dans une université à Soweto. Apparemment la promesse d’un partenariat économique entre les USA et l’Afrique est un slogan qui a séduit certains jeunes dans ce pays, autant que l’hommage que le président américain a rendu à l’ancien leader de l’ANC aujourd’hui dans un état de santé critique : Nelson Mandela.

En réponse à cet accueil Obama a tenu un discours adapté à son public : « J’ai été élu pour mettre fin aux guerres », a-t-il dit, ajoutant qu’il visite régulièrement les jeunes soldats américains qui ont été gravement blessés en Irak et en Afghanistan. « Cette idée que nous cherchons à nous impliquer davantage militairement partout dans le monde n’est pas vraie », a-t-il ajouté.

Pour autant cette visite ne fait pas l’unanimité en Afrique du Sud. Buti Manamela, secrétaire national de la Ligue des jeunes communistes (YCL) après avoir mobilisé un millier de manifestants à Pretoria devant l’ambassade des États-Unis vendredi a rappelé qu’« en réalité, Obama est ici pour les relations commerciales, et non pour le bénéfice du continent, mais le profit de l’impérialisme américain. L’avantage des entreprises américaines à continuer de violer nos ressources en minerais ». Selon lui les Américains « voient que la Chine est déjà là. C’est à cause de cette menace posée par la Chine que l’Amérique est ici. Toute cette histoire (le voyage en Afrique) est influencée par le fait que l’économie de l’Afrique est en croissance ».

Lorsque les manifestants ont atteint l’ambassade, un groupe d’activistes musulmans a tenu une séance de prière.
Les autres, portant principalement des insignes de l’YCL, les ont regardés prier. De nombreux policiers se tenaient à l’entrée fermée de l’ambassade. Les manifestants ont brûlé un drapeau étasunien. Sur certaines pancartes des manifestants on pouvait lire : « Obama, arrête de soutenir des dictateurs en Afrique. Pas de pétrole ici, passe ton chemin », « 100 ans de génocide en Irak. Guerre dans 100 pays. État voyou ». L’affiche d’un jeune garçon disait : « Non, vous ne pouvez pas m’espionner". Une autre pancarte disait : « Etats-Unis sous administration satanique". De nombreux manifestants portaient des blouses orange et des cagoules noires. Certains portaient des tenues de camouflage et des bérets rouges. Une grande banderole portait une photo du visage d’Obama et les mots : « Rencontrez le plus grand assassin du monde ». « Libérez la Palestine. Libérez le Swaziland. Libérez le Zimbabwe » faisaient aussi partie des slogans.

Plus tôt dans la semaine, deux groupes sud-africains avaient tenté d’obtenir des mandats d’arrêt contre le président américain Barack Obama. Mohamed Hussain Vawda, de la Société pour la protection de notre Constitution, qui a porté plainte contre Obama pour « crimes de guerre et crimes contre l’humanité » et l’Association des juristes musulmans (MLA) qui a fait une demande d’arrestation d’Obama en référé auprès de la Haute Cour de Pretoria mercredi mais cette demande a été rejetée.

Vendredi, à la suite de la manifestation devant l’ambassade, Loyd Shivambu, ancien membre de l’ANC qui critique aujourd’hui le ralliement de ce parti au néo-libéralisme, dans le Pretoria News, approuve les manifestants. « L’administration américaine sous Obama a poursuivi la domination néo-coloniale en Irak et en Afghanistan, écrit-il, non pas à cause de la guerre contre le terrorisme, mais pour des intérêts économiques étroits, notamment le pétrole.

L’administration américaine sous Obama est également coupable de continuer de soutenir l’expansion israélienne illégale et la violation du droit des Palestiniens à l’autodétermination, de sa dignité et de ses libertés fondamentales…

Le Zimbabwe est sous sanctions en raison d’un plan de déstabilisation concocté par l’administration américaine et la Grande-Bretagne comme un moyen d’intimider tous les États africains et les forcer à négliger la décolonisation économique. » Mais il ajoute que l’Afrique du Sud joue un rôle ouvertement sous-impérialiste.

Il accuse son pays d’avoir imposé la victoire de Joseph Kabila au Congo en 2011, d’avoir tenté de défendre Bozizé en Centrafrique, et de n’avoir pas empêché « le viol impitoyable de la Libye par les forces impérialistes » en votant la résolution 1973 sur la zone d’exclusion aérienne à l’Onu, d’avoir été parmi les premiers à reconnaître le « gouvernement marionnette des Français » de Ouattara en Côte d’Ivoire et de favoriser l’arrogance du roi Mswati au Swaziland. Il accuse enfin Jacob Zuma d’avoir adopté une politique « sécurocratique » en Afrique du Sud depuis 2009, illustrée notamment par sa proposition de force d’intervention rapide pour l’Union africaine.

F. Delorca

»» Atlas Alternatif
URL de cet article 21253
  

Même Thème
Missions en conflit
Piero GLEIJESES
Cet ouvrage présente un récit haletant de la politique cubaine en Afrique de 1959 à 1976 et de son conflit croissant avec les États-Unis. L’auteur conduit le lecteur des premiers pas de Cuba pour aider les rebelles algériens combattant la France en 1961, à la guerre secrète entre La Havane et Washington au Zaïre en 1964-65 — où 100 Cubains menés par le Che Guevara ont affronté 1 000 mercenaires contrôlés par la CIA — et, finalement, à l’envoi héroïque de 30 000 Cubains en Angola en 1975-76, qui a stoppé (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Certains n’aiment pas la vérité. Pour tous les autres, il y a Wikileaks.

Julian Assange

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.