Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le 11 novembre : commémoration du sacrifice des Poilus, ou des opérations militaires de la France et de l’Otan ?

Le changement se poursuit, de plus en plus imparable ! En 2011, Sarkozy décidait d’associer au 11 novembre tous les soldats morts en service dans n’importe quelle opération militaire ? En 2012, Hollande, emporté par l’élan du changement, confirme la décision. Elle signifie d’abord la négation de l’opposition fondamentale entre guerre de défense et guerre d’agression, mise en avant par les Humanistes pour définir la notion de guerre juste. C’est ainsi que, sur France-info, un petit-fils de Poilu commente : "Je comprends ce qu’a été la guerre de 14-18, j’ai fait la guerre d’Algérie, j’ai vu défiler les cercueils".

Voilà niée la spécificité de la guerre de 14-18, voilà comment le 11 novembre new look va permettre de récrire l’Histoire : quelles qu’aient été les pertes françaises en Algérie, elles sont sans commune mesure avec le nombre des victimes algériennes (comme dans toute guerre coloniale - par contre, en 14-18, l’agresseur, l’Allemagne, a eu plus de morts que la France), comme avec le niveau des pertes de 14-18 (près d’un quart de l’effectif engagé) : là , c’est toute une génération d’hommes qui a été sacrifiée et leur commémoration inclut le sentiment d’une dette contractée par tous les Français pour ce sacrifice disproportionné (qui n’avait jamais et n’a jamais depuis été demandé dans aucune autre guerre française).

Cette spécificité de 14-18 et, dans cette guerre, de la bataille de Verdun, fait l’objet du beau livre de Philippe Grasset (l’animateur du site de réflexion géo-stratégique Dedefensa) : Les Ames de Verdun (2008). Il y raconte comment, avec un groupe d’amis, il décide de faire un voyage sur les lieux de la bataille de Verdun et comment ce voyage se transforme en une expérience mystique qui, à travers la communion avec les âmes de Verdun, lui révèle le sens de leur voyage : les morts de Verdun ont un message à nous transmettre, à nous, hommes du XXIe siècle.

Grasset était parti avec un sentiment d’insatisfaction et même de révolte à l’égard de la lecture d’une gauche au pacifisme frivole (le même qui s’accommode si facilement de tant d’exceptions, de la Yougoslavie, en passant par l’Irak, jusqu’à la Libye et la Syrie) ; selon elle, la guerre de 14-18 et Verdun sont une pure absurdité : "ils sont morts pour rien". Grasset réagit violemment : "pour rien ? presque : pour la France.’ Mais cette réponse ne lui (et ne nous) suffit pas. Dans la guerre de 14-18, tout le monde le sent, il ne s’agit pas seulement de patriotisme ; l’enjeu est plus grave.
En parcourant les lieux de la bataille, Grasset comprend de quoi il retourne. Il est frappé, paradoxalement, par la beauté de la nature qui a repoussé et transfiguré les bunkers, les trous d’obus, les tranchées, les 9 "villages morts pour la France" : ils sont toujours là , tous ces lieux ont été respectés (les villages détruits n’ont jamais été reconstruits), identifiés par des panneaux. Mais la nature, en les transformant en paysage, en forêts, en clairières, en monticules et vallonnements, leur a apporté une sérénité extraordinaire qui se communique aux visiteurs.

Voilà comment, vers 1930, on rapportait les sensations des premiers visiteurs : "On avait l’impression qu’ils ne pouvaient pas s’arracher de là ... On aurait dit qu’ils étaient heureux d’être là ." Oui, heureux, car, Grasset en fait l’expérience, ces lieux sont habités : dans le sifflement du vent, "les âmes murmurent", "à chaque tournant, derrière chaque bosquet, se tient un souvenir aux aguets."

Dans la clairière sur le chemin de Froideterre, il vit même, dans la communion avec les âmes de Verdun, une expérience de catharsis, dans laquelle tout prend sens, tout est justifié : il lui semble recueillir les paroles des soldats mourants : "Oui, il faut que ce lieu torturé et supplicié par la mitraille devienne dans dix ans, dans vingt ans, dans cent ans, ce lieu magique où les rayons du soleil, trouant la forêt ténébreuse et superbe, sont comme les piliers d’une cathédrale de lumière." Il comprend alors le sens du sacrifice des soldats de Verdun : ils ont senti que leur mort serait celle de l’Europe et de sa civilisation, et ils ont lutté et donné leur vie, dans cette bataille symbole de la modernité technologique (2 millions d’obus lancés dans les 9 premières heures de combat) pour faire triompher l’âme sur la ferraille hurlante. Leur attribuer cette conscience et cette mission, c’est la seule façon de rendre justice à leur sacrifice.

Guerre à part dans la guerre, Verdun n’est pas -Grasset insiste là -dessus- l’archétype de 14-18, une guerre où les hommes en étaient réduits à se terrer et tenir sous les "orages d’acier". Verdun, au contraire, a été une bataille active, où, pendant 10 mois, les hommes prenaient et reprenaient des positions. Et Grasset se demande : qu’est-ce qui leur a donné la force de se battre ? le sentiment de défendre la culture et les traditions humaines contre le triomphe de la machine, contre "l’agression entropique et nihiliste de la ferraille de la machine tueuse".

C’est donc Verdun qui a été la bataille eschatologique, et non la 2e Guerre Mondiale, où les conflits idéologiques, politiques, ont brouillé le conflit fondamental, métaphysique, entre l’âme (c’est-à -dire ce qu’il y a de proprement humain dans l’homme, sans considération religieuse), et la "ferraille". Aujourd’hui, sous l’hégémonie du vainqueur de 1945, nous nous retrouvons dans la même situation, face au même ennemi que les soldats de Verdun : les Etats-Unis imposent la domination de la "ferraille" (la machine) et son nihilisme. L’agression militaire a seulement été remplacée (à l’échelon mondial, car, localement, chaque guerre menée sous la bannière des Etats-Unis imposa la même force brutale écrasante qu’à Verdun) par les agressions économique et environnementale.

Nous vivons à notre tour, en ce début de XXIe siècle, une crise qui menace la civilisation, causée par une machine, militaire et économique, qui a échappé à tout contrôle (voir là -dessus le livre de Jacques Ellul, Le Bluff technologique, de 1988). Commémorer le souvenir des soldats de 14-18, cela devrait signifier demander à leur exemple la force de résister à la "ferraille hurlante" (dont la puissance est démultipliée aujourd’hui par la ferraille silencieuse de l’informatique), dans le sentiment qu’il y va de la survie de l’homme en tant qu’homme.

Grasset nous fait ainsi comprendre l’enjeu des commémorations du 11 novembre : la décision de Sarkozy-Hollande n’est pas socialiste (on s’en serait douté), elle n’est même pas humaniste : elle tend à occulter le sens de la résistance aux forces de déshumanisation pour lui substituer la glorification de la guerre et de la raison d’Etat militaro-technologique.

Rosa Llorens

URL de cet article 18291
   
Même Thème
1914-1918 La Grande Guerre des Classes
Jacques R. PAUWELS
Dans l’Europe de 1914, le droit de vote universel n’existait pas. Partout, la noblesse et les grands industriels se partageaient le pouvoir. Mais cette élite, restreinte, craignait les masses populaires et le spectre d’une révolution. L’Europe devait sortir « purifiée » de la guerre, et « grandie » par l’extension territoriale. Et si la Première Guerre mondiale était avant tout la suite meurtrière de la lutte entre ceux d’en haut et ceux d’en bas initiée dès 1789 ? C’est la thèse magistrale du nouveau (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Les bombes nucléaires pourront tuer ceux qui ont faim, les malades, les ignorants. Mais elles ne pourront pas tuer la faim, les maladies et l’ignorance. Elle ne pourront pas non plus tuer la juste rebellion des peuples".

Fidel CASTRO


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.