RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le « bling bling » humanitaire frappe (aussi) la Birmanie

photo : AP - Wall Street Journal

Accusant la junte militaire birmane de « crimes contre l’humanité », M. Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères, réclame une « intervention humanitaire » immédiate. Jamais en retard d’une opération médiatique, le ministre a sans doute, comme Bernard-Henri Lévy, cette « nostalgie du temps où la France inventait, et imposait au monde, le droit et le devoir d’ingérence » (bloc-notes du Point, n° 1861, 15 mai 2008). Heureux temps où M. Kouchner débarquait à Mogadiscio, en Somalie, sac de riz sur le dos, accompagné par les caméras de télévision, telle une star montant les marches du Festival de Cannes. C’était en décembre 1992. On connaît les conséquences dramatiques de ces opérations humanitaro-militaires à grand spectacle.

Il est vrai que le ministre connaît fort bien la Birmanie. Voici peu, il s’était transformé en enquêteur (rétribué) pour le groupe pétrolier Total, accusé d’accepter le « travail forcé » de prisonniers, voire d’enfants, pour la construction et le fonctionnement d’un gazoduc dont il assure l’exploitation. M. Kouchner n’a rien vu, sauf les bienfaits apportés par le pétrolier, largement détaillés dans son rapport, « Relation d’un voyage et de la découverte d’une industrie muette » (BK Conseil, 29 septembre 2003). Avec cette caution morale, Total a pu continuer ses affaires birmanes comme si de rien n’était.

Que l’on soit ému par les rares images qui nous parviennent de Birmanie, c’est normal. Comme l’a écrit ici même Mira Kamdar, la junte militaire est à la fois paranoïaque et corrompue. Les généraux au pouvoir veulent à la fois limiter les coopérations étrangères qui perturbent leurs plans et s’approprier une partie de l’aide.

Selon l’Organisation des Nations unies, le typhon a fait au moins 133 000 morts ; plus de deux millions de personnes survivent dans des conditions extrêmement difficiles, car la majorité n’a reçu aucun secours, sauf l’entraide des populations et des rares migrants qui ont pu rentrer. Certaines organisations internationales comme la Croix-Rouge, Médecins sans frontières, World Vision, et des agences l’ONU - présentes avant le désastre - ont pu commencer à travailler. Mais pour les organisations arrivées depuis, les autorisations ne sont délivrées qu’au compte-goutte, alors que la vie de millions de personnes est en jeu. Ignoble. Chacun aimerait voir cette clique militaire éjectée du pouvoir. Faut-il pour autant croire à l’efficacité d’une éventuelle intervention militaire ?

Même les éditorialistes américains les moins enclins à excuser les dirigeants birmans émettent quelques doutes, tel Robert D. Kaplan, dans l’International Herald Tribune. Sous le titre : « L’aide au bout du fusil », Kaplan salue l’initiative de M. Kouchner, et détaille les capacités de la marine américaine, justement présente près des côtes de la Thaïlande, où sont menés les exercices militaires communs dans le cadre de l’opération « Cobra d’or ». Intervenir, écrit-il, « c’est militairement possible. Mais comme on n’est jamais sûr qu’une opération se déroulera sans encombre, il est indispensable que les Etats-Unis réalisent cette mission uniquement dans le cadre d’une coalition, incluant la France, l’Australie et les autres puissances occidentales. Bien sûr, il serait mieux d’avoir l’approbation du conseil de sécurité de l’ONU, mais la Chine - la meilleure amie de la junte - mettrait probablement son veto ».

Lire la suite :
http://blog.mondediplo.net/2008-05-18-Le-bling-bling-humanitaire-frappe-aussi-la


Pour Rony Brauman, l’urgence vitale est exagérée pour des raisons politiques

« Il faut dépasser les visions moralisatrices »

par Jean-Pierre Deroudille

« Sud Ouest ». De quelles informations disposez-vous quant à l’ampleur de la catastrophe ?

Rony Brauman. Il semble très difficile de savoir aujourd’hui ce qui se passe en Birmanie. Les différents organismes humanitaires, comme MSF ou la Croix-Rouge, disposent de gens sur place qui ont pu circuler à peu près librement autour de Rangoon. Sur l’étendue du pays, nous avons aussi des vues par satellite confirmant qu’il s’agit d’une catastrophe de grande ampleur. On voit qu’il y a déjà une forme d’auto-organisation sur place et des réserves alimentaires, parce que la région touchée est fertile. Mais, sur le bilan global, il ne sert à rien d’avancer des chiffres, parce que ça ne nous aide en rien à nous organiser.

Est-ce que ce pays, qui refuse toute intervention extérieure, dispose d’une infrastructure suffisante pour faire face à la crise ?

C’est un régime militaire et, si on y ajoute les religieux, c’est un pays qui a les moyens de répondre localement. Afin d’être utile, il faut conserver une vision rationnelle, ce qui n’est guère apprécié dans ce genre de situation, où l’émotion prend le pas sur les autres considérations.

N’y a-t-il pas urgence ?

J’ai été stupéfié de voir resurgir dans « Le Monde », sous la plume de Bernard Kouchner et de son collègue anglais David Miliband, ce vieux mythe des épidémies mortelles qui seraient causées par les inondations.

Il est pourtant médecin et bien informé sur ce genre de situation..

Ma réaction a été la stupéfaction : c’est le poncif le plus éculé. Déjà , après le tsunami, cela avait été un enjeu énorme, j’avais eu l’occasion de dire qu’il ne fallait pas envoyer d’équipes médicales ou de vaccins, mais que les gens avaient davantage besoin de moyens de transport, de déblaiement et de terrassement. L’urgence n’est pas vitale. La plupart des secours immédiats sont assurés par le voisinage. Il faut aider les gens à s’abriter temporairement, les aider à se nourrir, à avoir de l’eau potable.

L’urgence est dramatisée ?

Comme chaque fois, cela permet de répondre avec des airs de flic ou de surveillant général qui me sidèrent. On a l’impression que notre ministre des Affaires étrangères rappelle à l’ordre avec son gros bâton ceux qu’il considère comme des mauvais élèves. On veut se donner des airs de justicier sauveur dans un contexte où le gouvernement birman, par ailleurs criminel et corrompu, ne mérite aucune complaisance.

Peut-être Bernard Kouchner remet-il aussi en cause le référendum sur la Constitution birmane ?

Il serait dans son rôle, dans le registre politique. Je ne pourrais pas contester le fait que ce régime est cynique et indifférent au sort de ses populations. Mais il faut compter sur les ressources de la société birmane pour un changement éventuel.

La Chine, en s’opposant à ce que le Conseil de sécurité traite la question, ne joue-t-elle pas le rôle de protecteur de ce régime ?

Rappelons qu’en Birmanie autant qu’en Chine les incursions occidentales ont laissé des souvenirs cuisants. Notre mémoire en privilégie certains aspects. En Asie, la mémoire en privilégie d’autres. Prétendre ignorer ce passé, c’est nous condamner à une incompréhension. De plus, la Chine considère que l’Asie est un territoire où son autorité compte plus que les autres, et c’est avec cela qu’il faut compter. Il faut savoir dépasser les visions moralisatrices, dans des situations comme celles-ci, qui nous coupent de la réalité.

Rony Brauman est professeur à Sciences Po et auteur de « Penser dans l’urgence » (Le Seuil).

http://www.sudouest.com/100508/une.asp?ArticleRet=100508aP2396804.xml&...

URL de cet article 6712
  

La Désobéissance éthique, par Élisabeth Weissman
Bernard GENSANE
Le livre d’Élisabeth Weissman fait partie de ces ouvrages dont on redoute de poursuivre la lecture : chaque page annonce une horreur, une bonne raison de désespérer, même si, de ci delà , l’auteur nous concède une ou deux flammèches d’espoir. Un livre de plus qui nous explique magistralement, avec rigueur et humanité, pourquoi et comment la classe dominante française met à mort l’État, les valeurs républicaines, la citoyenneté, la solidarité, la société au sens classique du terme. Préfacé par ce grand (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Dans toute idée, il faut chercher à qui elle s’adresse et de qui elle vient ; alors seulement on comprend son efficacité.

Bertolt Brecht

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.