RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le cercle se referme sur la Russie (Forum des alternatives)

Aucun pays ne peut exercer l’hégémonie globale à lui tout seul et aucun ne peut la défier en solitaire. Dans les deux cas, un potentiel économique extraordinaire, une capacité de gestion internationale et un système d’alliances fermement établi sont nécessaires. L’Union Soviétique et les Etats-Unis ont rempli ces formalités et se sont mutuellement équilibrés. La disparition de l’Union Soviétique a mis fin à cette contradiction.

Même s’il n’a pas été prouvé qu’en entreprenant ses réformes, Gorbatchev essayait de détruire l’Union Soviétique, il est évident que les successeurs et bénéficiaires de ces évènements, ont enfoncé les derniers clous du cercueil de la superpuissance en la transformant selon le modèle occidental. Dans ce processus, les héritiers chanceux cherchèrent sans pudeur un compromis avec l’occident, spécialement avec les Etats-Unis, qui les encouragèrent sans toutefois les aider.

Les leaders russes, conduits d’abord par Boris Eltsine puis par Vladimir Poutine, travaillèrent à reconvertir la gigantesque et inefficace économie soviétique basée sur la propriété et la gestion fiscale, aux conditions du marché et, avec une intensité moindre, d’introduire les pratiques de la démocratie néolibérale, en tentant d’homologuer ses structures et ses mécanismes avec ceux en vigueur dans l’Europe capitaliste.

En plein chaos administratif et désastre économique, les autorités émergentes réussirent à conserver un certain contrôle sur les énormes réserves de pétrole et de gaz, ainsi que sur l’industrie militaire, qui, administrée avec une efficacité raisonnable, ont permis la relance économique, et la reconstruction, bien qu’à une plus petite échelle, de la puissance militaire de l’Union Soviétique.

Il est clair que le Président Poutine et ses administrations n’ont rien fait pour contrarier l’Occident, et moins encore les Etats-Unis, mais que au contraire, ce sont les Etats-Unis et l’Occident à qui la liquidation de l’URSS ne suffisait pas, qui, au lieu de contribuer à la transition russe au capitalisme, lui furent très hostile, en créant des tensions qui ont menées à une situation proche d’un point de rupture politique et militaire.

L’hostilité des Etats-Unis envers la Russie n’obéit plus à des raisons idéologiques ou politiques, elle s’est surtout manifestée par la captation par l’OTAN d’anciens états socialistes comme la Pologne, la Hongrie, la Roumanie, l’Albanie, et la Bulgarie ; des territoires ex- soviétiques comme la Lituanie, la Léonie et l’Estonie et des pays issus de la dissolution de la Yougoslavie et de la Tchécoslovaquie.

L’appartenance de ces pays à l’OTAN n’a pas été un évènement symbolique, mais les Etats-Unis, profitant de leurs positions géographiques, les a utilisé pour y installer des bases militaires, navales, et aériennes, y placer des « boucliers anti-missiles », et pourvoir tous types de facilités militaires plaçant Moscou à un tir de fusil de ses anciens alliés.

L’alliance de l’Ukraine avec l’Occident et son entrée dans l’OTAN, ferme littéralement le cercle sur la Russie, qui, si elle était confrontée à une interdiction de vols des pays limitrophes se convertirait en une enclave virtuelle.

Cette situation angoissante explique le pari rapide et risqué de Poutine, aussi bien pour intégrer la Crimée à la Russie, que pour conserver une sortie sur la Mer Noire et suivre d’autres actions. Toutefois, l’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN semble augurer de nouvelles et dangereuses tensions.

L’autre élément de cette stratégie est qu’en neutralisant la Russie, en sapant ses capacités, et en l’obligeant à modifier ses priorités, les Etats-Unis conspirent aussi contre la Chine, qui a besoin du commerce, principalement celui du gaz et du pétrole, avec la Russie.

Reste à voir comment manœuvrera le Gouvernement Russe pour qui l’escalade de la confrontation peut être fatale. Puisse la sagesse prévaloir, et la paix revenir en Europe d’où, il y a peu, la guerre paraissait exilée. Nous verrons bien.

Traduit de l’espagnol par irisinda

»» http://www.forumdesalternatives.org/se-cierra-el-cerco-contra-rusia
URL de cet article 27065
  

La République contre son École
Muriel FITOUSSI, Eddy KHALDI
Certains, après la sortie de « Main basse sur l’école publique », (1) n’ont pas voulu croire, au moins dans un premier temps, dans la radicalité des postulats et parti-pris idéologiques qui avaient présidé, comme nous le dénoncions alors, aux mesures initiées par Xavier Darcos. Puis la « fusée des réformes » a décollé, et les yeux de nombreux citoyens, au-delà même de la communauté éducative, ont été décillés. Les atteintes graves au service public d’éducation se sont succédées à un rythme infernal, de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Une idée devient une force lorsqu’elle s’empare des masses.

Karl Marx

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.