RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le double espoir que porte Evo Morales

Environ 62% des voix au premier tour, selon les premières estimations, la victoire d’Evo Morales aux élections présidentielles en Bolivie et du MAS s’impose pour ce nouveau mandat de cinq ans. Une gifle pour l’opposition pourtant si activiste dans ses campagnes de déstabilisation du régime en place. Premier point, d’après les observateurs internationaux, le scrutin s’est déroulé dans un climat « de grand civisme, de tranquillité » avec un niveau élevé de participation qui donne une vraie légitimité démocratique. Pas si courant que cela, ce qui mérite donc d’être souligné. D’autant plus que quelques jours avant le suffrage, les commentaires dans la presse française - bien qu’admettant que Morales partait favori - se voulaient réservés, voire suspicieux, balançant entre des témoignages axés uniquement sur les déçus d’Evo Morales et des analyses sur l’impossibilité pour le président briguant un second mandat de mettre en place les fruits de sa réforme Constitutionnelle. Etait-ce bien là l’important ? Non.

Les enjeux semblent être d’une autre dimension. La victoire d’Evo Morales est doublement porteuse d’espoir. Au niveau de la région, la victoire de Morales est un signe fort pour les pays voisins à l’heure où le Honduras a vécu un vrai coup d’Etat qui a fini -l’usure aidant - par être rentré dans les moeurs alors qu’un simulacre d’élections est venu lui donner une fausse légitimité. A l’heure aussi où le double discours d’Obama sur l’Amérique Latine - Honduras, bases en Colombie…- inquiète plus d’un dirigeant, à commencer par le Brésil. (Voir : Obama contre l’Amérique Latine. Raul Zibechi. ). C’est aussi un signe, car les politiques courageuses des réformes menées par plusieurs pays notamment en matière d’exploitation et de partage des bénéfices des ressources naturelles ont valeur d’exemple.

Au niveau interne proprement dit, cette victoire marque donc une première étape. Morales va conforter sa majorité tout en s’assurant les deux-tiers du Sénat de la nouvelle Assemblée Legislative Plurinationale, sachant que le parti présidentiel était déjà majoritaire à la Chambre des députés. Le président pourra ainsi mettre en oeuvre sa « refondation », « accélérer et approfondir le processus de changement » confirmé avec la nouvelle Constitution adoptée en janvier 2009. Ainsi, lors de ce même scrutin, les indiens ont pu élire directement leurs représentants à la nouvelle assemblée, et a été adopté le principe des régimes autonomes, sans oublier que pour la première fois les boliviens résidant à l’étranger ont pu voter.

« Le changement ou le néolibéralisme » a-t-il lui-même déclaré pour résumer l’enjeu. Et les Boliviens ont répondu massivement. Evidemment, Evo Morales est attendu au tournant. Car alors qu’il lui faudra poursuivre sa politique économique de redistribution des richesses, en 2010, les Boliviens vont être à nouveau appelés aux urnes pour des élections locales et départementales. L’opposition, qui concentre son champ d’action particulièrement sur certaines régions riches et peu partageuses réclamant l’autonomie, va fourbir ses armes. A commencer par Santa Cruz, là où la droite blanche de la province a mené ouvertement une campagne de sécession il y plus d’un an, organisant un référendum illégal sur l’autonomie ; mais justement la nouvelle constitution adoptée en janvier dernier prévoit des consultations sur l’autonomie !

Estelle Leroy-Debiasi
El Correo. Paris, le 7 de Décembre 2009.

http://www.elcorreo.eu.org/article.php3?id_article=4561

URL de cet article 9601
  

Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il n’y a pas de moyen plus violent de coercition des employeurs et des gouvernements contre les salariés que le chômage. Aucune répression physique, aucune troupe qui matraque, qui lance des grenades lacrymogènes ou ce que vous voulez. Rien n’est aussi puissant comme moyen contre la volonté tout simplement d’affirmer une dignité, d’affirmer la possibilité d’être considéré comme un être humain. C’est ça la réalité des choses.

Henri Krazucki
ancien secrétaire général de la CGT
Extrait sonore du documentaire de Gilles Balbastre "Le chômage a une histoire",

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.