RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le grand bond en arrière

Les États-Unis et le Royaume-Uni prévoient une guerre avec la Chine. Dans le langage officiel, ils explorent des "plans d’urgence" face à la "menace" chinoise contre Taïwan (Financial Times, 1er mai). Cela va de pair avec une activité militaire accrue des États-Unis, du Japon et de l’Australie dans les mers proches de Taïwan. Le journaliste français Arnaud Bertrand a déclaré que l’objectif de la récente réunion de deux jours entre les EU et les Britanniques était de définir leurs rôles respectifs dans une future guerre à Taiwan.

Pourtant, les deux pays reconnaissent officiellement Taïwan comme faisant partie de la Chine.

La position officielle des États-Unis telle qu’énoncée dans la fiche d’information sur les relations bilatérales du département d’État. Les relations avec Taïwan sont les suivantes : "Les États-Unis reconnaissent le gouvernement de la République populaire de Chine comme le seul gouvernement légal de la Chine [et] il n’y a qu’une seule Chine et Taïwan fait partie de la Chine".

La position officielle britannique, telle qu’énoncée dans un mémorandum du ministère des Affaires étrangères et du Commonwealth est similaire : « HMG reconnaît... que Taiwan [est] une province de la RPC et reconnaît le gouvernement de la RPC comme le seul gouvernement légal de la Chine. Nous ne traitons pas avec les autorités taïwanaises et nous évitons tout acte qui pourrait être interprété comme impliquant une reconnaissance.

Donc, fondamentalement, les deux pays "évitent officiellement tout acte qui pourrait être considéré comme impliquant la reconnaissance" de Taïwan et "reconnaît le gouvernement de la RPC comme le seul gouvernement légal" d’une Chine qui inclut Taïwan, mais à huis clos, ils planifient une guerre avec la Chine. pour nier leur propre politique.

La raison d’une contradiction aussi flagrante est ce que l’auteur Elbridge Colby, ancien stratège de la défense du Pentagone, appelle la "Stratégie du déni" dans son livre du même nom.

Les États-Unis doivent “ rester l’hégémon mondial ”

Colby estime que pour « assurer aux Étasuniens la sécurité physique, la liberté et la prospérité », les États-Unis doivent rester l’hégémonie mondiale. Comme il le dit, les États-Unis doivent conserver « un rapport de force favorable par rapport à leurs intérêts clés », c’est-à-dire rester l’État le plus puissant à tous égards, partout. Il est très transparent à ce sujet : "Le moyen le plus efficace d’empêcher un autre de faire quelque chose que l’on ne veut pas respecter est d’être plus puissant que l’autre par rapport à cet intérêt .” Il poursuit : "Pour remplir leurs objectifs fondamentaux, les États-Unis doivent rechercher des équilibres de puissance militaro-économiques durablement favorables par rapport aux régions clés du monde".

Pour lui, le pouvoir, c’est surtout la mort, la capacité de tuer : « La force physique, en particulier la capacité de tuer, est la forme ultime de levier coercitif. S’il existe d’autres sources d’influence [...] elles sont toutes dominées par le pouvoir de tuer. » Il poursuit : « Celui qui a la capacité d’en tuer un autre peut, s’il le veut, aggraver tout différend à ce niveau et ainsi l’emporter [...] Sans réponse, la force l’emporte sur la droite. Par conséquent, pour protéger leurs intérêts, les États-Unis doivent être particulièrement préoccupés par l’utilisation de la force physique. Tout le livre découle de cette fondation. La Chine est une menace parce qu’elle est sur une trajectoire où les États-Unis pourraient un jour ne pas être une menace pour elle. Les États-Unis devraient conserver la capacité de tuer la Chine et la perspective que la Chine y échappe est la « menace chinoise ».

Colby est l’ancien sous-secrétaire adjoint à la Défense pour la stratégie au Pentagone (c’est-à-dire le responsable de la stratégie de défense des États-Unis) et son livre est devenu un texte extrêmement influent aux États-Unis. Il soutient que les États-Unis doivent maintenir leur hégémonie sur l’Asie et que le contrôle de Taiwan est essentiel pour cela. Cette idée a été développée pour la première fois en 1951 par John Foster Dulles. Connu sous le nom de concept militaire de "première chaîne d’îles", il s’agit de la stratégie consistant à maintenir le contrôle américain sur la chaîne d’îles étreignant le continent chinois du Japon au nord jusqu’à Bornéo au sud, afin de contenir l’accès de la Chine à la mer de Chine méridionale, la mer par laquelle passe presque tout son commerce. Selon cette théorie militaire, perdre le contrôle militaire étasunien sur Taiwan signifierait une brèche dans cette ligne de confinement.

Une guerre par procuration de style ukrainien

Colby explique dans le livre qu’il envisage une guerre par procuration à l’ukrainienne. Il entre dans les moindres détails, expliquant même comment la Chine devrait être "tentée" de frapper des civils, ce qui, selon lui, ne devrait pas être défendu. Il veut provoquer la mort de civils taïwanais pour leur valeur de relations publiques. Le livre appelle à une coalition de pays d’Asie pour aider à exécuter cette stratégie, tout comme les Européens aident maintenant l’Ukraine.

Ils songent même à recruter l’OTAN (qui, pour rappel, signifie Organisation du Traité de l’ATLANTIQUE NORD, NORTH ATLANTIC Treaty Organization) pour cela, Liz Truss affirmant récemment qu’elle devrait aussi "protéger" Taiwan.

Nous ne sommes donc pas à un retour à la Seconde Guerre mondiale, nous sommes à nouveau au XIXe siècle lorsque les puissances occidentales (et le Japon) se sont unies pour imposer leur domination sur le reste du monde.

(Inspiré d’un fil Twitter d’Arnaud Bertrand)

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/2241877849295715
URL de cet article 38007
  

Même Thème
L’horreur impériale. Les États-Unis et l’hégémonie mondiale
Michael PARENTI
Enfin traduit en français. Notes de lecture, par Patrick Gillard. La critique de l’impérialisme made in USA La critique de l’impérialisme américain a le vent en poupe, notamment en Europe. Pour preuve, il suffit d’ouvrir Le Monde diplomatique de novembre 2004. Sans même évoquer les résultats des élections américaines, dont les analyses paraîtront en décembre, le mensuel de référence francophone en matière d’actualité internationale ne consacre pas moins de deux articles à cette question. Signé Claude (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’athéisme est une négation de Dieu, et par cette négation, il pose l’existence de l’homme.

Karl Marx

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.