Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le mérite d’être des assassins

Pour les Yankees, être un assassin est un mérite, à condition qu’ils en soient les protagonistes. Ainsi, se sont-ils comportés depuis des siècles, depuis l’extermination des Indiens pour voler leurs terres, des Mexicains dont ils se sont appropriés une partie du territoire national, les invasions de l’Amérique centrale et des Caraïbes, l’auto-explosion du cuirassé Maine dans la baie de La Havane, où ils ont assassiné leurs propres Marines pour servir de prétexte à leur intervention dans la guerre cubano-espagnole, jusqu’à la guerre criminelle contre le peuple vietnamien, celle contre l’Afghanistan, l’Irak, la Libye et la Syrie.

Au total, leurs forces militaires ont assassiné des centaines de milliers de civils, lancé des millions de tonnes de bombes sans nom et tuent à droite et à gauche, des milliers d’actions terroristes pour semer la terreur parmi la population, et même des expériences macabres par le biais de maladies pour observer la façon dont l’être humain réagit et l’introduction de ravageurs contre la flore et la faune dans les pays qu’ils prétendent soumettre par la faim.

Ainsi sont ceux qui se proclament champions des droits de l’homme et revendiquent le droit de dresser des listes fallacieuses pour accuser ceux qui s’opposent à leurs politiques impériales.

Afin de ne pas perdre l’habitude d’assassiner, l’année 2020 vient de commencer avec un acte nouveau et dangereux, exécuté le 2 janvier sur ordre direct du président Donald Trump, l’assassinat du général Qassem Soleimani, chef de la force Quds de la Garde révolutionnaire de la République islamique d’Iran, et du chef des Forces de mobilisation populaire d’Iraq, Abu Mahdi al Muhandis, à la périphérie de l’aéroport international de Bagdad, avec l’utilisation de drones sans pilote.

Ce fait qui viole les lois internationales par l’exécution dans un pays étranger et contre de hauts responsables militaires de deux pays qui ne sont pas en guerre avec les États-Unis, démontre de quoi sont capables les Yankees pour démontrer leur pouvoir, y compris en violant les règles de leur propre pays, c’est-à-dire sans consulter le Congrès pour cette action qui met le monde en danger y compris son peuple, par les éventuelles mesures de représailles.

Le 29 décembre 2019 dernier, les États-Unis, dans un acte arrogant sans respect des lois internationales, ont attaqué avec des missiles les bases Hezbollah de Kataib , sur le territoire syrien, causant la mort de 25 personnes.

Un tel acte a conduit des centaines d’Irakiens à se rassembler aux portes de l’ambassade des EU à Bagdad et à incendier ses murs, sans faire de morts ni de blessés parmi les forces yankees, mais la mobilisation populaire a été attribuée à l’Iran, selon les déclarations Mike Pompeo, secrétaire d’État.

Pour justifier l’assassinat de hauts responsables militaires Iraniens et en Irakiens, les États-Unis accusent le général iranien Qassem Soleimani d’être le chef d’une organisation terroriste, mais la haine des Yankees est en réalité motivée par le fait qu’il a liquidé les troupes de l’armée islamique, créées, armées et financées par les États-Unis et introduites en Syrie dans le but de détruire son président, ce en quoi ils n’ont pas réussi.

La mesure de la pensée criminelle de l’extrême droite yankee se constate dans les déclarations de certains membres du Congrès qui, face à ce crime de terrorisme international, ont exprimé leur joie pour le fait, sans tenir compte du danger qu’une telle décision puisse porter à la paix mondiale.

À cet égard, le sénateur Marco Rubio a déclaré que "Soleimani était un combattant ennemi actif et plus dangereux que l’ancien chef d’Al-Qaïda Oussama Ben Laden et l’ancien chef de l’État islamique Abou Bakr al Baghdadi".

Le sénateur Lindsey Graham a salué l’action "audacieuse" de Trump, comme réponse directe à "l’agression" iranienne orchestrée par le général Soleimani contre son ambassade, exprimant : "Merci, Monsieur le Président, d’avoir défendu les États-Unis".

Plus sensée en raison de la gravité de l’acte, Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, a déclaré : « L’ordre de Trump d’éliminer Soleimani a été émis sans consultation du Congrès et ne fera que provoquer plus de violence dans la région. Les États-Unis et le monde ne peuvent pas se permette que les tensions s’intensifient jusqu’au point de non-retour. »

Les sénateurs et les candidats à la présidentielle, Bernie Sanders et Elizabeth Warren, ont exprimé sur leurs comptes Twitter :

« La dangereuse escalade de Trump nous rapproche d’une autre guerre désastreuse au Moyen-Orient, qui pourrait coûter d’innombrables vies et des milliards de dollars de plus. Le président a promis de mettre fin à des guerres interminables, mais cette action nous met sur la route d’une autre guerre », a écrit Sanders.

Elizabeth Warren a qualifiée « l’attaque d’imprudente et que la priorité des États-Unis doit être d’éviter une autre guerre coûteuse".

L’actuel candidat à la présidence, Joe Biden, a assuré :

« Avec sa décision, Donald Trump vient de jeter une cartouche de dynamite dans une poudrière. Cette attaque est un acte de très forte escalade dans une région déjà dangereuse, qui provoquera probablement de futures attaques de l’Iran au lieu de les en dissuader.

« Nous pourrions être au bord d’un grand conflit dans tout le Moyen-Orient, Trump doit au peuple américain une explication de la stratégie et du plan pour protéger nos troupes et le personnel de l’ambassade, notre population et nos intérêts, à la fois ici et à l’étranger ».

Le ministère de la Défense a publié une déclaration soutenant l’action terroriste, en soulignant :

« Sous la direction du président, l’armée a pris des mesures défensives décisives pour protéger le personnel des Etats Unis à l’étranger, tuant Qassem Soleimani, chef de la Force Quds des Gardiens de la révolution iranienne, qualifiée par les États-Unis d’organisation terroriste étrangère. "

« Cette attaque vise à dissuader les futurs plans iraniens, car Soleimani avait l’intention de développer activement des attaques contre les diplomates et des militaires étatsuniens en Irak et dans toute la région. Les États-Unis continueront de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger leur population et leurs intérêts partout dans le monde. »

Où sont les preuves de ces intentions du général iranien ?

Les faits montrent que ce sont les États-Unis qui attaquent, assassinent, détruisent, volent des ressources naturelles dans les zones occupées et laissent des pays qui étaient prospères dans la misère avant d’être envahis par les Yankees.

Une démonstration concrète de qui sont les assassins internationaux a été donnée par l’allié le plus inconditionnel des Yankees, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, en louant Trump pour le meurtre du général Qassem Soleimani.

Dans sa déclaration, il a déclaré :

« Israël soutient les États-Unis dans sa juste lutte pour la paix, la sécurité et sa propre défense, et tout comme Israël a le droit à la légitime défense, les États-Unis ont exactement le même droit. Qassem Soleimani est responsable de la mort de citoyens américains et de nombreuses autres personnes innocentes. Je prévoyais plus d’attaques de ce genre. Le président Trump a tout le mérite d’avoir agi rapidement, avec force et détermination. »

Ceux qui assassinent au quotidien, privent des millions de personnes dans le monde de leurs droits, utilisent des armes de dernière génération pour exterminer des innocents et imposer leurs lois par la force, et en accusent leurs victimes sans même en rougir.

Cette aventure de Trump prétend détourner l’attention des Étasuniens du prochain procès à son encontre et à attiser le sentiment de « superpuissance » dans le monde, auquel ils ont formé le peuple des États-Unis, et pouvoir obtenir plus de votes aux prochaines élections, que cela les conduise à une nouvelle guerre aux conséquences incalculables, dont les contribuables auront le coût sur les épaules et que de nombreuses maisons seront remplies de deuil par la mort de jeunes envoyés à la guerre, comme cela s’est produit avec celles du Vietnam, de l’Afghanistan et d’Irak. .

Espérons que la raison l’emportera et que la vengeance annoncée par les dirigeants iraniens ne servira pas les Yankees à justifier une escalade dont on sait comment elle commence, mais pas comment elle se terminera.

Jose Marti a eu raison de dire :

"Sans prétention, nous pouvons affirmer que ni l’activité, ni l’esprit d’invention, ni les arts du commerce, ni les champs de l’esprit, ni les idées originales, ni même l’amour de la liberté, ni la capacité de la comprendre, nous ne devons les apprendre des États-Unis".

Traduction Rose-Marie Lou

»» https://heraldocubano.wordpress.com/2020/01/03/el-merito-de-ser-asesinos/
URL de cet article 35583
   
Communication aux lecteurs
Un bus pour Assange - 25 janvier - Paris/Londres

Journée de soutien à Julian Assange devant la prison de Belmarsh.

Le billet comprend l’aller-retour Paris-Londres Bus+Ferry

Infos/réservations : https://www.facebook.com/events/652271058646370/

Même Thème
Une histoire populaire des États-Unis - De 1492 à nos jours
Howard ZINN
Cette histoire des États-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d’histoire parlent habituellement peu. L’auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu’aux victimes contemporaines de la politique (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’abstrait n’a pas d’image, c’est son défaut ontologique. Seul le réel est filmable. Pas la réalité.

Ignacio Ramonet


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.