Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le Monde, la guerre hybride, et l’arroseur arrosé

« La vérité, victime de la guerre », tel est le titre d’une chronique parue récemment dans Le Monde (26/04/18). Il eût été plus conforme au texte de l’intituler : « La vérité, victime de la Russie ».

C’est en effet un long réquisitoire contre Moscou que la directrice éditoriale du quotidien du soir, Sylvie Kauffmann, propose à ses lecteurs. Sans grande surprise et pêle-mêle, tout y passe : attaque chimique contre la Ghouta syrienne, affaire Skripal, drame du vol de la Malaysian Airlines, Ukraine, Crimée, guerres hybrides...

A chaque fois, Vladimir Poutine est pris la main dans le sac de mensonge, de mauvaise foi, de propagande éhontée. Une des caractéristiques qui donnent un « tour nouveau » à la situation internationale actuelle est « le recours à la contre-vérité en temps de paix par la Russie, orfèvre en la matière ». Au passage, la rédactrice décoche quelques rafales en direction d’Emmanuel Todd, et d’Alexis Corbière (LFI), coupables de complicité plus ou moins volontaire.

Elle tire en revanche un coup de chapeau à Emmanuel Macron en rappelant les amabilités récentes de ce dernier à l’égard de son homologue russe. Selon le président français, Vladimir Poutine « a répandu beaucoup de fausses nouvelles. Il a une propagande très forte et il intervient partout, en Europe et aux Etats-Unis, pour fragiliser nos démocraties ».

Et cette fois, Sylvie Kauffmann, véritable chevalier blanc de la vérité, tient la preuve ultime de la culpabilité russe. Elle a mis la main sur un quasi-aveu, sous la plume du chef d’Etat-major russe. Dans un article publié en 2013 par une revue de défense, Valeri Guerassimov évoque « le recours aux forces d’opérations spéciales et à l’opposition interne, de façon à créer un front opérationnel permanent dans tout le territoire de l’Etat ennemi, ainsi que des actions informationnelles, avec des moyens constamment perfectionnés ». Et notre consoeur de conclure triomphalement : « la guerre hybride est née ». Le lecteur comprend évidemment : dans les cerveaux et les intentions russes.

Hélas ! Dans son enthousiasme, la rédactrice a simplement omis de citer le contexte dudit article. Loin de constituer un (au demeurant étrange) aveu, celui-ci traite des conflits militaires « qui sont liées aux soi-disant révolutions de couleur en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ». Autrement dit, il propose son analyse des... méthodes occidentales.

S’il ne s’agissait pas du quotidien de référence, forcément au-dessus de tout soupçon, un mauvais esprit aurait donc pu penser à une fake news.

La lecture de la chronique du Monde réserve en outre une autre perle. On vient en effet d’apprendre que la participation française aux bombardements sur la Syrie effectués dans la nuit du vendredi 13 avril dernier a été complétée « par une opération conjointe de cyberinfluence sur les réseaux sociaux ». Si les mots ont un sens, cela pourrait bien signifier que l’armée française a répandu des mensonges sur Facebook et Twitter pour tenter de justifier l’opération auprès des citoyens.

Or, cruelle ironie, ce scoop – car c’en est un – manifestement tiré de bonnes sources figure... en page 3 de l’édition du Monde du jour même où est parue la chronique de la directrice éditoriale. Sans doute celle-ci n’avait-elle pas lu l’article de sa consœur, Nathalie Guibert, spécialiste des questions militaires pour la rédaction du quotidien.

Sans quoi Sylvie Kauffmann n’aurait peut-être pas eu l’imprudence d’écrire que manipuler la vérité « fait à présent partie des armes de guerre des puissances non démocratiques ».

Ou bien faut-il comprendre que la France macronienne – et Le Monde – appartiennent désormais à cette sinistre catégorie ?

Pierre LEVY,
rédacteur en chef du mensuel Ruptures

Les illustrations ont été ajoutées par LGS.

EN COMPLEMENT : https://www.legrandsoir.info/le-decodex-alternatif-mefiez-vous-des-imi...

»» https://francais.rt.com/opinions/50256-le-monde-guerre-hybride-arroseu...
URL de cet article 33314
   
Communication aux lecteurs
Libérez Assange avant qu’il ne soit trop tard

Julian Assange est un citoyen australien qui a été détenu "arbitrairement" pendant plus de 6,5 ans et qui plus récemment a subi à ce jour plus de 231 jours de torture sous la forme d’un isolement continu. Privé de soleil, de contact avec le monde extérieur et de soins de santé adéquats. Le 5 février 2016, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a déterminé que la "détention arbitraire" de Julian Assange devait cesser et que M. Assange devait avoir droit à une indemnisation".

Lire la suite : https://www.legrandsoir.info/liberez-assange-avant-qu-il-ne-soit-trop-...

Soutien financier à ceux et celles qui montent la garde 24/24h devant l’ambassade de l’Equateur et qui viennent d’un peu partout, à leurs frais. Exemples :


Vous avez une minute ?

Palestine, photographies de Rogério Ferrari
Préface, Dominique Vidal - Texte, Leïla Khaled Rogério Ferrari n’est pas un reporter-photographe. Il ne scrute pas, ne témoigne pas, n’écrit pas d’images. Il s’emploie à rendre au plus grand nombre ce qu’il a reçu en partage : l’humanité tenace de celles et ceux à qui elle est déniée. Existences-Résistances est un alcool fort, dont l’alambic n’a pas de secret ; il lui a suffit de vivre avec celles et ceux qui en composent le bouquet. Au bout de ces images, point d’ivresse. Mais un silence. De ces silences (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si les lois de Nuremberg étaient appliquées, chaque président des Etats-Unis de l’après-guerre aurait été pendu.

Noam Chomsky


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.