RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le Mouvement de Solidarité avec la Palestine est-il un territoire occupé ? (CounterPunch)

Pour militer dans le Mouvement de Solidarité avec la Palestine, il faut reconnaître que les Juifs sont spéciaux ainsi que leur souffrance. Les Juifs sont différents des autres, leur Holocauste est différent des autres génocides et l’antisémitisme est la pire forme de racisme que le monde ait jamais connue, et ainsi de suite.

Mais en ce qui concerne les Palestiniens, c’est exactement l’inverse. Là on doit penser que les Palestiniens ne sont pas du tout spéciaux -ils sont comme tout le monde. Les Palestiniens ne sont pas les victimes d’un mouvement juif nationaliste, expansionniste et raciste, unique en son genre, au contraire, on doit convenir que, exactement comme les Amérindiens et les Africains, les souffrances des Palestiniens sont la conséquence du colonialisme ordinaire du 19ième siècle -et la suite du même apartheid sans intérêt.

Donc, les Juifs, les Sionistes et les Israéliens sont exceptionnels, différents de tout le monde, mais les Palestiniens sont toujours considérés comme faisant partie, en quelque sorte, d’une histoire politique plus vaste comme tout un chacun. Leurs souffrances ne sont jamais dues à la particularité du nationalisme juif et du racisme juif ni même au fait que l’AIPAC domine la politique étrangère des Etats-Unis, non, les Palestiniens sont les victimes d’une dynamique banale, sans intérêt - une dynamique générale, abstraite et qui manque totalement de traits distinctifs.

Cela soulève quelques sérieuses questions.

Y a-t-il un autre mouvement de libération ou de solidarité qui se targue d’être banal, ordinaire et sans intérêt ? Y a-t-il un autre mouvement de solidarité qui réduise sa cause à une simple pièce de musée dans un musée rassemblant des événement historiques concrets ? Je ne le crois pas ! Les Sud-Africains se considéraient-ils comme n’importe qui d’autre ? Martin Luther King pensait-il que ses frères et soeurs n’avaient, au fond, rien de particulier ? Je ne le pense pas. Alors comment le Mouvement de Solidarité avec la Palestine a-t-il pu tomber si bas que ses porte-paroles et ses supporters se sentent obligés de rivaliser entre eux à qui pourra le mieux éliminer la spécificité de la lutte palestinienne et en faire une simple composante de mouvements historiques tels que le colonialisme ou l’Apartheid ?

La réponse est simple. Le Mouvement de Solidarité avec la Palestine est un territoire occupé et comme tous les territoires occupés, il doit se consacrer au combat contre "l’antisémitisme". Tout le monde y est consciencieusement uni contre le racisme et engagé de toutes ses forces aux cotés des LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) en Palestine et dans le mouvement lui-même, mais le mouvement dans son ensemble se montre à peu près indifférent au sort des Palestiniens vivant dans des camps de réfugiés et à leur Droit de Retour dans leur patrie.

Mais tout cela pourrait changer. Les Palestiniens et leurs supporters pourraient se mettre à voir leur cause pour ce qu’elle est, unique et spécifique. Cela ne devrait pas être trop difficile. Après tous si le nationalisme juif est intrinsèquement exceptionnel, il est normal que les victimes d’une entreprise raciste aussi unique soient elles-mêmes au moins aussi uniques.

Jusqu’ici le Mouvement de Solidarité avec la Palestine n’a pas réussi à libérer la Palestine mais il a réussi à créer une Industrie de la Solidarité Palestinienne qui surpasse ses rêves les plus fous et qui est, de plus, largement financée par les Sionistes libéraux. Nous sommes parvenus à galvaniser des militants qui promeuvent dans le monde entier le "boycott" et les "sanctions" alors même que le commerce entre Israël et l’Angleterre est en plein expansion et que le Hoummous Tzabar est en vente dans tous les supermarchés.

Tous ces efforts pour réduire le calvaire palestinien à un évènement historique ordinaire, dépassé et sans intérêt doivent être dénoncés pour ce qu’ils sont -des efforts pour amadouer les Sionistes libéraux. La souffrance palestinienne est en réalité unique dans l’histoire, au moins aussi unique que le projet sioniste.

Hier je suis tombé sur ces paroles du ministre sud-africain Ronnie Kasrils à propos de l’Apartheid israélien : "C’est bien pire que l’Apartheid... A côté des mesures israéliennes, de leur brutalité, l’Apartheid était une partie de plaisir. Nous n’avons jamais attaqué nos propres villes avec des avions de guerre ; nous ne les avons jamais assiégées pendant des mois. Nous n’avons jamais détruit des maisons avec des tanks."

Kasrils a tout à fait raison. C’est bien pire que l’Apartheid et bien plus raffiné que le colonialisme. Pourquoi ? Parce que ce que les Sionistes ont fait et continuent à faire n’est ni de l’Apartheid ni du colonialisme. L’Apartheid avait pour but d’exploiter les Africains. Israël veut se débarrasser des Palestiniens. Le colonialisme est un échange entre un état-mère et un état colonial. Israël n’a jamais eu d’état-mère, bien qu’il ait peut-être eu quelques "mères porteuses".

Le temps est venu de voir le caractère spécifique du calvaire palestinien. Il est temps aussi de voir le crime sioniste à la lumière de la culture et des politiques identitaires juives.

Le Mouvement de Solidarité en est-il capable ? Sans doute, mais il a d’abord besoin d’être libéré, comme la Palestine.

Le dernier livre de Gilad Atzmon est : The Wandering Who ? A Study of Jewish Identity Politics

Pour consulter l’original : http://www.counterpunch.org/2013/03/08/is-palestinian-solidarity-an-oc...

Traduction : Dominique Muselet

URL de cet article 19710
  

Même Thème
Claude Lanzmann. Le Lièvre de Patagonie. Paris : Gallimard, 2009.
Bernard GENSANE
Il n’est pas facile de rendre compte d’un livre considérable, écrit par une personnalité culturelle considérable, auteur d’un film, non seulement considérable, mais unique. Remarquablement bien écrit (les 550 pages ont été dictées face à un écran d’ordinateur), cet ouvrage nous livre les mémoires d’un homme de poids, de fortes convictions qui, malgré son grand âge, ne parvient que très rarement à prendre le recul nécessaire à la hiérarchisation de ses actes, à la mise en perspective de sa vie. Lanzmann est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les Occidentaux ont pour système de soutenir et de porter aux nues à l’Est des gens qu’ils s’empresseraient de jeter en prison chez eux.

Slobodan Despot

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.