RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les États-Unis menacent le Pakistan de sanctions s’il ne renonce pas à son projet de pipeline avec l’Iran.

Le département d’État des États-Unis a menacé Islamabad de sanctions si le pays persiste à construire un pipeline de plusieurs milliards de dollars en collaboration avec l’Iran.

"Il y a fort à craindre que, si le projet suit son cours, nous soyons obligés de faire jouer l’Iran Sanctions Act," a annoncé lundi la porte-parole du département de la secrétaire d’État, Victoria Nuland.

"Nous avons clairement fait part de nos inquiétudes aux Pakistanais," a ajouté Nuland.

L’Iran Sanctions Act de 1996 permet aux États-Unis de bloquer les importations de n’importe quelle firme non étasunienne qui investirait plus de 20 millions par an dans le secteur du pétrole et du gaz iranien.

Nuland a dit que les États-Unis "soutenaient au Pakistan des projets énergétiques d’envergure qui permettraient d’augmenter de 900 megawatts la puissance du réseau électrique avant la fin de 2013."

Les menaces ont été formulées le jour de l’inauguration de la dernière étape de la construction du pipeline Iran-Pakistan d’une valeur de plusieurs milliards de dollars qui doit transporter du gaz naturel d’Iran vers son voisin oriental.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad et son homologue pakistanais Asif Ali Zardari participaient lundi à la cérémonie qui s’est déroulée à la frontière irano-pakistanaise.

Le pipeline a pour but d’aider le Pakistan à répondre à des besoins croissants d’énergie dans un moment où ce pays de 180 millions d’habitants doit faire face à de sérieux problèmes de manque d’énergie.

Par ailleurs le ministre du pétrole iranien Javad Owji a dit lundi que le Pakistan avait demandé à l’Iran de lui vendre davantage de gaz naturel, c’est à dire 30 millions de mètres cubes par jour au lieu des 21,5 millions précédents.

Owji a ajouté que l’Iran avait déjà dépensé 2 milliards de dollars pour construire la partie du pipeline qui se trouve du côté iranien de la frontière et que la section pakistanaise coûterait 3 milliards de dollars.

Le 2 mars, Zardari a dit que Islamabad ne renoncerait au projet de pipeline à aucun prix.

Le président pakistanais a souligné que son gouvernement poursuivrait la construction du pipeline de gaz en dépit des menaces et des pressions étasuniennes.

Pour consulter l’original : http://www.presstv.com/detail/2013/03/12/293170/us-threatens-pakistan-over-iran/

Traduction : Dominique Muselet

URL de cet article 19720
  

Point de non-retour
Andre VLTCHEK
LE LIVRE : Karel est correspondant de guerre. Il va là où nous ne sommes pas, pour être nos yeux et nos oreilles. Témoin privilégié des soubresauts de notre époque, à la fois engagé et désinvolte, amateur de femmes et assoiffé d’ivresses, le narrateur nous entraîne des salles de rédaction de New York aux poussières de Gaza, en passant par Lima, Le Caire, Bali et la Pampa. Toujours en équilibre précaire, jusqu’au basculement final. Il devra choisir entre l’ironie de celui qui a tout vu et l’engagement de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent.

Bertolt Brecht

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.