RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le Mur (Dissident Voice)

Le Mur est une pièce de théâtre basée sur l’expérience personnelle de Douglas Watkinson qui fait réfléchir.

A l’âge de 60 ans, David s’est rendu dans un cimetière anglais en israël. Pour la première fois de sa vie il va sur la tombe de Ralph, son père qui est mort à 25 ans en 1947 dans un attentat à la bombe perpétré par le gang juif Stern.

La pièce relate la rencontre unique de David, un Anglais d’une soixantaine d’années avec son père décédé qui était un jeune caporal anglais à l’époque du Mandat Britannique. C’est une rencontre qui permet au spectateur d’assister à 60 ans de brutalité israélienne à travers les yeux d’une caporal anglais enterré en terre étrangère avec des milliers de ses pairs. La pièce est un dialogue bien construit entre un fils de soixante ans, un gentleman endoctriné qui a grandi dans l’Angleterre de l’après-guerre et un père que la mort a libéré et qui ose appeler les choses par leur nom.

La pièce est un voyage au coeur du conflit israélo-palestinien. Elle ose examiner le rôle de l’Angleterre dans la création d’une énième guerre sans fin. Elle est aussi assez courageuse pour explorer et mesurer la cruauté des groupes terroristes juifs envers l’armée anglaise. Elle va plus en profondeur que la plupart des commentateurs et des universitaires car elle a le courage d’aborder honnêtement la distinction imaginaire entre les Juifs, Israël et le Sionisme. Ralph est de toute évidence indifférent au politiquement correct ; il considère les Sionistes et les Israéliens pour ce qu’ils sont, c’est à dire des Juifs. Au début de la pièce David n’est absolument pas d’accord et il soutient que les Juifs sont bons et pleins de compassion. La seule chose qu’il admette est que les Israéliens et les Sionistes puissent poser quelque problème.

A mesure que la pièce progresse, David devient lui-même victime de la brutalité israélienne. En visite chez des Palestiniens il tombe amoureux de la Palestine et ressent une empathie immédiate pour la souffrance des Palestiniens. D’un jour à l’autre David se transforme en avocat de la cause palestinienne. Il rencontre alors des soldats israéliens à un checkpoint et il a affaire à un arrogant lieutenant israélien de l’organisation du renseignement national (MIT), un nouvel immigrant juif étasunien qui se prétend propriétaire d’une terre qui appartient à un autre peuple. Il rencontre aussi une femme sergent roumaine qui lui apprend ce que c’est que la grossièreté israélienne.

Ces incidents suffisent à transformer David en un militant contre le mur de séparation. Inutile de dire qu’à ce stade il ne porte plus la vieille cravate de son école anglaise, c’est désormais l’ample foulard palestinien qui pend à son cou.

Au fur et à mesure que la pièce se déroule, nous assistons à 60 ans de vengeance impitoyable perpétrée par de nouveaux arrivants, des gens qui n’appartiennent pas à la Palestine. On peut les appeler Israéliens ou Sionistes ou Juifs, peu importe, peu importe leur nom et peu importe ce qu’ils sont, ce qu’il faut, c’est les arrêter.

La pièce se joue encore pendant une semaine. Si vous vous trouvez à Londres, il faut aller la voir. Cette pièce est une nouvelle preuve que l’art et la beauté sont la voie royale qui mène à la justice car l’art réussit précisément là où les intellectuels, les politiciens, les militants, les journalistes et la soi-disant Gauche, ont si lamentablement échoué.

Jusqu’au 6 juin 2011

Du mardi au samedi à 2OH30
Samedi et dimanche à 16H45

Tickets : £16 (Concs £14)

Pour retenir des places : 0870 033 2733

Gilad Atzmon est né en Israël et il a servi dans l’armée. Il habite à Londres et est l’auteur de deux romans : A Guide to the Perplexed et My One and Only Love qui vient de sortir. Atzmon est aussi un des plus grands saxophonistes d’Europe. On peut le joindre à atz@onetel.net.uk

Pour consulter l’original : http://dissidentvoice.org/2011/05/thewall/

Traduction : Dominique Muselet

URL de cet article 13882
  

Même Thème
Résistant en Palestine - Une histoire vraie de Gaza.
Ramzy BAROUD
Comprenez, de l’intérieur de Gaza, comment le peuple palestinien a vécu la signature des Accords d’Oslo : les espoirs suscités et immédiatement déçus, la désillusion et la colère suscitée par l’occupation et la colonisation israéliennes qui continuent... La seconde Intifada, et la montée politique du Hamas... Né à Gaza en 1972, Ramzy BAROUD est un journaliste et écrivain américano-palestinien de renommée internationale. Rédacteur en chef de The Brunei Times (version papier et en ligne) et du site Internet (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

A force de tout voir on finit par tout supporter...
A force de tout supporter on finit par tout tolérer...
A force de tout tolérer on finit par tout accepter...
A force de tout accepter on finit par tout approuver.

Saint Augustin

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.