RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le néo-impérialisme made in USA

affiche du film Starship Troopers. "Un nouveau genre d’ennemi. Un nouveau genre de guerre".

L’impérialisme est défini généralement comme « la politique d’un pays qui cherche à conserver ou à étendre sa domination sur d’autres peuples ou d’autres territoires ».

Les États-Unis n’ont pas une politique coloniale traditionnelle en ce sens qu’ils ne visent pas à occuper ou à annexer directement des territoires. Leur hégémonie s’exprime de préférence à travers l’expansion de sphères d’influence. Pour ce faire, ils allient des moyens culturels, médiatiques, économiques, politiques, etc.

Cette approche pluridimensionnelle n’exclue pas pour autant l’usage de la force militaire qui reste le pilier de leur stratégie de domination globale. Les Etats-Unis conçoivent le monde comme un vaste champ de bataille dont les bases militaires constituent l’épine dorsale. La subdivision de la surface terrestre en unités de commandement renvoie à cette approche. On dénombre pour l’heure plus d’un millier de bases militaires usaméricaines disséminées dans le monde et une présence armée dans plus de 150 pays (http://www.globalresearch.ca). Ce réseau s’ajuste et se renforce suivant les nécessités tactiques. Le moindre bouleversement géopolitique ou cataclysme naturel est mis à profit par l’empire pour accroître sa capacité de projection comme l’illustre le déploiement massif de soldats en Haïti.

Les interventions militaires des Etats-Unis n’ont pas exclusivement des motivations économiques mais s’expliquent aussi par des considérations géopolitiques : il s’agit pour les Etats-Unis d’asseoir leur ambition impériale à travers le contrôle des flux énergétiques.

Sous couvert de lutte contre le terrorisme, les Etats-Unis tentent de mettre au pas tous les pays réfractaires à leur autorité et à l’ordre néo-libéral. En première ligne de ce combat, on retrouve les pays latino-américains regroupés au sein de l’ALBA, principalement Cuba et le Venezuela. Les USA s’efforcent par tous les moyens de mettre en échec les efforts d’intégration et de coordination politico-économique des pays socialistes. Ils viennent d’implanter sept nouvelles bases le long de la frontière vénézuelienne au point de menacer dangereusement la paix régionale.

L’expansion impérialiste ne s’appuie pas seulement sur des éléments objectifs (innovation technologique, production économique, puissance militaire,…) mais aussi sur les relais culturels : production audiovisuelle, domination de l’anglais en tant que référent universel, contrôle de l’information, etc. La production culturelle n’est jamais neutre ; elle charrie une certaine vision du monde, des concepts et des valeurs idéologiques qui sont presque mondialement intériorisés.

Dans cette optique, le cinéma joue un rôle clef. Hollywood a toujours entretenu des relations électives avec les autorités publiques. Depuis les événements du 11 septembre, ces liens se sont encore renforcés. Un des raisonnements récursif de la production cinématographique est la lutte contre un ennemi irréductible qu’il faut par toutes les voies anéantir. Hollywood accompli scrupuleusement son rôle idéologique : redorer l’image des forces publiques et légitimer d’un point de vue morale les menées militaires et l’inflexion autoritaire des Etats-Unis.

Le néo-impérialisme cherche à imposer ses valeurs pour mieux assurer ses intérêts. Les déclarations de George W. Bush qui vont dans ce sens sont abondantes (http://www.commondreams.org/headlines02/0920-05.htm) : « La stratégie de sécurité nationale des États-Unis sera fondé sur un internationalisme typiquement américains, qui reflète l’union de nos valeurs et nos intérêts nationaux. L’objectif de cette stratégie est de contribuer à rendre le monde non seulement plus sûr mais mieux. Nos objectifs sur la voie du progrès sont clairs : liberté politique et économique, les relations pacifiques avec les autres Etats et le respect de la dignité humaine… Les États-Unis saisiront cette opportunité pour étendre les avantages de la liberté à travers le globe. Nous allons travailler activement pour apporter l’espoir de la démocratie, le développement, les marchés libres et de libre-échange aux quatre coins du monde ».

La fin de l’ère coloniale n’a pas mis un terme à l’exploitation économique, sociale et culturelle des peuples du Sud qui, drapé dans le manteau de la mondialisation, se poursuit sous des formes plus sournoises. Les crocs de l’impérialisme sont plantés encore plus profondément dans la chaire des pays les plus démunis qui se font inlassablement dépouiller de leurs ressources et de leur identité.

Les observations de Lénine dans « Impérialisme, stade suprême du capitalisme » n’ont rien perdues de leur vigueur : « Les savants et les publicistes bourgeois défendent généralement l’impérialisme sous une forme quelque peu voilée ; ils en dissimulent l’entière domination et les racines profondes ; ils s’efforcent de faire passer au premier plan des particularités, des détails secondaires, s’attachant à détourner l’attention de l’essentiel par de futiles projets de "réformes" tels que la surveillance policière des trusts et des banques, etc. Plus rares sont les impérialistes avérés, cyniques, qui ont le courage d’avouer combien il est absurde de vouloir réformer les traits essentiels de l’impérialisme ».

Emrah Kaynak

URL de cet article 10062
  

Même Thème
Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) je suis d’accord avec le fait que le tsunami a été une merveilleuse occasion de montrer, au-delà du gouvernement des Etats-Unis, le coeur du peuple américain.

Condoleezza "oui, j’ai un grain" Rice
devant la commission sénatoriale des relations étrangères US - janv. 2005

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.