RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
OGM, protéines de laboratoire et cocktails de produits pharmaceutiques en perspective...

Le plan "Great Reset" du Forum Economique Mondial pour l’agrobusiness n’est pas une bonne nouvelle... (The Defender)

Klaus Schwab, fondateur et directeur exécutif du Forum Economique Mondial. Photo : Heinz Tesarek

Le plan "The Great Reset" [La grande réinitialisation] du Forum Economique Mondial (FEM) vise à transformer les industries alimentaires et agricoles mondiales ainsi que l’alimentation humaine. Les architectes de ce plan affirment qu’il permettra de réduire la pénurie alimentaire, la faim et les maladies, et même d’atténuer le changement climatique.

Mais un examen plus attentif des entreprises et des groupes de réflexion avec lesquels le FEM s’est associé pour inaugurer cette transformation mondiale suggère que le véritable motif est le contrôle plus strict des entreprises privées sur le système alimentaire au moyen de solutions technologiques.

Vandana Shiva, universitaire, environnementaliste, défenseur de la souveraineté alimentaire et auteur, a déclaré à The Defender : « The Great Reset traite des multinationales qui, au Forum économique mondial, pourraient contrôler autant d’éléments de la vie planétaire qu’elles le peuvent. Depuis les données numériques que les humains produisent jusqu’à chaque morceau de nourriture que nous mangeons ».

Le WEF se décrit comme "la plateforme mondiale de coopération public-privé" qui crée des partenariats entre les entreprises, les politiciens, les intellectuels, les scientifiques et d’autres leaders de la société pour "définir, discuter et faire avancer les questions clés de l’agenda mondial".

Selon le fondateur et président exécutif du FEM, Klaus Schwab, le forum est guidé par l’objectif de positionner "les entreprises privées comme les dépositaires de la société" pour "relever les défis sociaux et environnementaux".

En juillet, Schwab a publié un livre de 195 pages, "COVID-19" : The Great Reset", dans lequel il met au défi les dirigeants de l’industrie et les décideurs de "faire bon usage de la pandémie en ne laissant pas la crise se perdre".

Le magazine TIME (dont le propriétaire Marc Benioff est membre du conseil d’administration du FEM) s’est récemment associé au FEM pour couvrir The Great Reset et pour fournir un "regard sur la façon dont la pandémie COVID-19 offre une occasion unique de transformer notre façon de vivre".

The Great Reset se veut global. Ses organisations partenaires comprennent les plus grands acteurs de la collecte de données, des télécommunications, de la fabrication d’armes, de la finance, des produits pharmaceutiques, de la biotechnologie et de l’industrie alimentaire.

Les plans du FEM pour la "réinitialisation" de l’alimentation et de l’agriculture comprennent des projets et des partenariats stratégiques qui favorisent les organismes génétiquement modifiés, les protéines fabriquées en laboratoire et les produits pharmaceutiques et chimiques industriels en tant que solutions durables aux problèmes d’alimentation et de santé.

Par exemple, le FEM a promu une organisation appelée EAT Forum et s’est associé avec elle. EAT Forum se décrit comme un "Davos pour l’alimentation" qui prévoit d’"ajouter de la valeur aux entreprises et à l’industrie" et de "définir l’agenda politique".

L’EAT a été cofondé par le Wellcome Trust, une organisation créée avec des fonds de GlaxoSmithKline et qui a toujours des partenariats stratégiques avec le fabricant de médicaments. L’EAT collabore avec près de 40 municipalités en Europe, en Afrique, en Asie, en Amérique du Nord, en Amérique du Sud et en Australie. L’organisation aide également le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) dans la "création de nouvelles directives alimentaires" et les initiatives de développement durable.

Selon Frédéric Leroy, professeur de sciences alimentaires et de biotechnologie à l’Université de Bruxelles, le réseau EAT interagit étroitement avec certaines des plus grandes sociétés d’imitation de viande, notamment Impossible Foods et d’autres sociétés de biotechnologie, qui visent à remplacer les aliments nutritifs et sains par des créations de laboratoire génétiquement modifiées.

"Ils la présentent comme saine et durable, ce qui n’est bien sûr ni l’un ni l’autre", a déclaré M. Leroy à The Defender.

Impossible Foods a été initialement cofinancé par Google, Jeff Bezos et Bill Gates. De récents résultats de laboratoire ont montré que l’imitation de viande de la société contenait des niveaux de glyphosate 11 fois plus élevés que son plus proche concurrent.

La plus grande initiative d’EAT s’appelle FReSH, que l’organisation décrit comme un effort pour conduire la transformation du système alimentaire. Parmi les partenaires du projet figurent Bayer, Cargill, Syngenta, Unilever et même le géant de la technologie Google.

"Des entreprises comme Unilever et Bayer et d’autres sociétés pharmaceutiques sont déjà des transformateurs chimiques - beaucoup de ces entreprises sont donc très bien placées pour profiter de cette nouvelle activité alimentaire qui tourne autour de la transformation des produits chimiques et des extraits nécessaires à la production de ces aliments fabriqués en laboratoire à l’échelle mondiale", a déclaré M. Leroy.

Dans son livre, M. Schwab explique comment la biotechnologie et les aliments génétiquement modifiés devraient devenir un pilier central pour remédier aux problèmes de pénurie alimentaire mondiale, problèmes que COVID a révélés et exacerbés.

Il écrit que "la sécurité alimentaire mondiale ne sera atteinte que si les réglementations sur les aliments génétiquement modifiés sont adaptées pour refléter la réalité selon laquelle la manipulation génétique offre une méthode précise, efficace et sûre pour améliorer les cultures".

Shiva n’est pas d’accord. Elle a déclaré à The Defender que "le FEM fait parader une fausse science" et que "le fait que M. Schwab promeuve ces technologies comme solutions prouve que The Great Reset vise à maintenir et à renforcer une machine d’extraction industrielle et la propriété privée de la vie".

EAT a développé ce qu’il appelle "le régime alimentaire planétaire", que le FEM défend comme la "solution alimentaire durable de l’avenir". Mais selon Leroy, c’est un régime qui est censé remplacer tout le reste. "Le régime vise à réduire la consommation de viande et de produits laitiers de la population mondiale jusqu’à 90% dans certains cas et à la remplacer par des aliments, des céréales et de l’huile fabriqués en laboratoire", a-t-il déclaré.

Shiva a ensuite expliqué : "Le régime proposé par EAT n’est pas du tout une question de nutrition, c’est une question de gros business et de prise de contrôle du système alimentaire par les entreprises".

Selon les propres rapports d’EAT, les grands ajustements que l’organisation et ses partenaires commerciaux veulent apporter au système alimentaire "ont peu de chances de réussir s’ils sont laissés à la discrétion de l’individu", et les changements qu’ils souhaitent imposer aux habitudes alimentaires et à l’alimentation de la société "nécessitent un recadrage au niveau systémique avec des interventions politiques fermes qui comprennent des lois, des mesures fiscales, des subventions et des pénalités, une reconfiguration du commerce et d’autres mesures économiques et structurelles".

Mais M. Shiva a déclaré que cette approche n’est pas la bonne, car "toutes les données scientifiques" montrent que les régimes alimentaires devraient être centrés sur la biodiversité régionale et géographique. Elle a expliqué que : "Le régime alimentaire mondial uniforme de EAT sera produit avec la technologie occidentale et les produits chimiques agricoles. Le fait d’imposer cela à des nations souveraines par le biais d’un lobbying multinational est ce que j’appelle l’impérialisme alimentaire".

Jeremy Loffredo

Traduction "ça commence à ressembler à un mauvais film de science-fiction" par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://childrenshealthdefense.org/defender/world-economic-forums-grea...
URL de cet article 36677
  

Karl Marx, le retour - Pièce historique en un acte
Howard ZINN
Moins de cinq cents personnes contrôlent deux mille milliards de dollars en actifs commerciaux. Ces gens sont-ils plus nobles ? Travaillent-ils plus durement ? N’ai-je pas dit, voilà cent cinquante ans, que le capitalisme allait augmenter la richesse dans des proportions énormes mais que cette richesse serait concentrée dans des mains de moins en moins nombreuses ? « Gigantesque fusion de la Chemical Bank et de la Chase Manhattan Bank. Douze mille travailleurs vont perdre leur emploi… Actions en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"cette cloture a été placée pour votre protection. Ne vous en approchez pas, ne tentez pas de la traverser ou nous vous tirerons dessus".

panneau (en anglais) accroché sur une cloture de fils de fer barbelés qui entoure la ville d’Abu Hishma (Irak)

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.