Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le projet israélien de voler davantage de terres à la Syrie a du plomb dans l’aile.

Malgré l’intense propagande des médias étasuniens en faveur du projet israélien de voler davantage de terres syriennes « pour protéger les Druzes de Syrie », le plan israélien se heurte à des difficultés.

Israël prétend que les Druzes du nord-est du plateau du Golan ont besoin de protection contre les attaques des djihadistes de Jabhat al-Nusra. Il « offre » d’envoyer ses soldats empêcher les terroristes d’Al-Qaïda de les envahir.

Mais les Druzes ne sont pas idiots. Ils savent qu’Israël soutient les djihadistes depuis longtemps. Des soldats israéliens ont été filmés en train d’échanger des produits avec les terroristes de Nusra. Des djihadistes blessés ont été accueillis dans les hôpitaux militaires israéliens. L’artillerie israélienne a soutenu des attaques de « rebelles » syriens, dont Al-Qaïda fait partie, contre les soldats syriens.

L’armée syrienne protège les Druzes de Syrie contre les attaques des djihadistes de Jabhat al-Nusra et d‘autres terroristes. Désormais, après être restée longtemps à l’écart, la milice druze a rejoint l’armée syrienne pour se battre à ses côtés :

L’armée syrienne qui n’en peut plus de se battre sur trop de fronts, se trouve ici un allié d’une importance capitale, à savoir les membres de la secte druze, une branche dissidente de l’Islam qui a des adeptes en Syrie, au Liban et en Israël. D’après ce qu’on sait, des milliers d’hommes de la province se seraient engagés pour protéger Suwayda, le cœur du territoire druze. On pense que la Syrie abrite environ la moitié des quelque 1,5 million de Druzes existants.

« Nous, les fils de Suwayda, préférons mourir en martyrs sur le seuil de notre porte, plutôt que de les laisser entrer », a affirmé Maj. William Abu Fakher, un milicien pro-gouvernemental qui montait, sous un soleil torride, la garde à un checkpoint, avec d’autres bénévoles druzes dont plusieurs avaient la cinquantaine.
...
« Nous n’avons pas le choix ; nous devons repousser les groupes terroristes pour les empêcher de pénétrer dans le secteur de Suwayda », a déclaré Sheikh Yusef Jarboo, un haut dignitaire druze de Syrie, à la chaîne libanaise Al Mayadeen dans une interview, ce mois-ci. « Nous allons résister de toutes nos forces ».

Selon lui, environ 27 000 combattants druzes se battent maintenant « sous l’égide de » l’armée syrienne qui se monte peut-être à 200 000 hommes, sans compter des dizaines de milliers de miliciens pro-gouvernementaux et des alliés venant du Liban et d’au-delà.

Le bruit court aussi que les combattants et les entraineurs du Hezbollah vont apporter leur soutien à la milice druze. Tout cela ne donne pas l’impression que ces Druzes aient vraiment besoin de la « protection » israélienne. Les Druzes ont la réputation d’être méfiants. Cela fait partie de la stratégie de survie de leur secte. Ils ne se laissent pas berner par les manigances des Israéliens.

Il y a environ 100 000 Druzes en Israël et certains d’entre eux servent dans l’armée israélienne. 20 000 Druzes supplémentaires vivent du côté du plateau du Golan occupé par Israël. Ils ont refusé la citoyenneté israélienne et ne servent pas dans l’armée.

Mais le fait qu’Israël soutienne les djihadistes qui attaquent les Druzes de Syrie ne plaît pas non plus aux Druze israéliens qui servent dans l’armée :

Un officier druze de l’armée israélienne, qui patrouillait le long de la frontière, a déclaré : « Si Israël continue à soigner les blessés des unités rebelles, les Druzes seront obligés d’enlever leurs uniformes. »
...
Il a dit que cela le mettait en colère que les soldats druzes israéliens soient contraints, selon ses propres mots, d’évacuer des Syriens blessés qui combattaient sous un commandement rebelle qui menaçait leurs frères syriens.

Les Druzes qui vivent sur le côté du plateau du Golan occupé par Israël ont de la famille de l’autre côté de la frontière. Comme les terroristes attaquent désormais leurs familles du côté syrien, ils ont attaqué à deux reprises des ambulances israéliennes qui transportaient des djihadistes, blessés en Syrie, vers un hôpital militaire israélien :

Un rebelle syrien a été battu à mort et un autre s’est retrouvé dans un état critique après que des manifestants druzes ont attaqué, au nord d’Israël, lundi soir, une ambulance des Forces de défense israéliennes qui transportait des membres des milices armées syriennes blessés au cours de la guerre civile. Deux soldats israéliens ont été légèrement blessés.
...
C’est la deuxième fois en 24 heures que des manifestants attaquent une ambulance transportant des blessés syriens.

Le gouvernement israélien soutient qu’il ne soigne pas les terroristes de Syrie, mais seulement des syriens normaux blessés qui ne font aucun mal aux Druzes. Cela semble peu crédible, et pas seulement aux Druzes, parce que les terroristes blessés eux-mêmes affirment le contraire :

Sheikh Muafiq Tarif, le chef spirituel des Druzes d’Israël, a déclaré mardi sur la radio de l’armée que la colère de la communauté a atteint son comble suite à la diffusion d’une interview sur Channel 2 de l’un des Syriens blessés traités en Israël. Selon Tarif, le patient était un rebelle syrien qui a dit qu’il était prêt à retourner faire la guerre civile et combattre les Druzes.

« Cette émission a suscité l’émotion de la communauté druze toute entière », a déclaré Tarif. "Le blessé a dit qu’il allait retourner en Syrie pour tuer des Druzes. A bon entendeur, salut ! ».

Si Israël persévère dans son intention de « protéger » les Druzes en Syrie et d’occuper leurs terres, il aura encore plus d’ennuis. Il lui faudra commencer par demander à Jabhat al-Nusra d’attaquer l’armée syrienne et les Druzes qui protègent leurs villes. Une telle attaque devra être suffisamment couronnée de succès pour pourvoir faire croire que « l’aide » d’Israël est bien nécessaire. Israël devra alors "attaquer" Jabhat al-Nusra ou au moins faire semblant. Mais l’armée syrienne et les milices druzes du côté syrien seront toujours là pour résister à l’invasion israélienne. Les 20 000 Druzes qui vivent sur la partie occupée du Golan vont, de leur côté, tout faire pour empêcher tout mouvement israélien, et les Druzes qui servent dans l’armée israélienne pourraient bien décider de faire échouer l’opération.

Le projet d’Israël d’utiliser les djihadistes en Syrie qu’il soutient comme prétexte pour « protéger les Druzes syriens » et s’approprier plus de terres syriennes ne semble plus tout à fait aussi simple à réaliser.

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2015/06/israel-plan-to-steal-more-syrian-...
URL de cet article 28848
   
Boycott d’Israel. Pourquoi ? Comment ?
Nous avons le plaisir de vous proposer cette nouvelle brochure, conçue pour répondre aux questions que l’on peut se poser sur les moyens de mettre fin à l’impunité d’Israël, est à votre disposition. Elle aborde l’ensemble des problèmes qui se posent aux militants, aux sympathisants, et à l’ensemble du public, car les enjeux de la question palestinienne vont bien au-delà de ce que les médias dominants appellent le "conflit israélo-palestinien". Dans le cadre de la campagne internationale BDS (Boycott (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.