RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
24 
La Chine dans le collimateur de « chercheurs » dilettantes et bellicistes.

Le « rapport » de l’IRSEM. Cagade bâclée et plaidoyer pour une guerre chaude.

Dans un rapport à caractère scientifique, ou bien l’on sait et on affirme (avec des verbes au présent, au passé, au futur… ), ou bien on ne sait pas et on « ferme sa gueule » (pour parodier Jean-Pierre Chevènement, ministre des Armées conseillant ses confrères du gouvernement).

Las ! Dans son rapport de 646 pages, « LES OPÉRATIONS D’INFLUENCE CHINOISES. Un moment machiavélien » et pour la seule conjugaison du verbe « être » l’IRSEM (Institut de cherche stratégique de l’école militaire) a recours plus de cent fois au conditionnel (serait, seraient). Idem pour le verbe « pouvoir » (pourrait, pourraient). Plus encore pour le verbe avoir (aurait, auraient). Si on ajoute d’autres verbes au conditionnel dans ce tract antichinois et antipatriotes Français (moi, 44 fois cité), on comptabilise plus de trois cents fois l’usage d’un conditionnel qui insinue. C’est l’arme des malveillants, des roublards, des flemmards à qui deux petites années de recherches étaient trop courtes pour vérifier leurs accusations, même si un clic suffisait parfois.

Et puis, les soixante chercheurs de l’IRSEM n’étaient pas tous sur le dossier, pas plus que leur collègue « associé », officier supérieur de l’armée des EU, qui d’ailleurs, ne savait même ce qui se tramait depuis deux ans, dixit le directeur de l’IRSEM :« Il n’a évidemment jamais été associé, de près ou de loin, à la préparation du présent rapport, dont il ignorait même l’existence avant sa parution ».

Oui, oui, oui, les autres chercheurs posaient leur main sur leur feuille et mettaient une épaule en biais quand il se montrait. « Pet ! Pet ! v’la l’Ricain ! »
Pendant deux ans.

Deux ans à se souvenir à tout instant que prononcer devant lui le mot « rapport » était aussi irresponsable que de dire « lapin » sur un navire ou « corde » dans un théâtre.

Le directeur de l’IRSEM, toujours : « Vivas déduit d’une simple corrélation (la présence d’un chercheur américain dans l’équipe) un lien causal (c’est donc lui qui « communique au Monde des matériaux pour articles anti-chinois »), sans aucune preuve bien sûr, par le seul travail de l’imagination, dans une construction qui peut sembler conspirationniste ».

Mais je n’ai pas écrit ça. Il faut savoir lire, aussi, quand on cherche la castagne. « Un chercheur associé de l’IRSEM, ORGANISME FRANÇAIS QUI COMMUNIQUE AU MONDE DES MATERIAUX POUR ARTICLE ANTICHINOIS ». En majuscules, on comprend mieux à l’IRSEM ? Non ? Si je raye : « associé de l’IRSEM, ORGANISME FRANÇAIS », ça nous fait : « Un chercheur QUI COMMUNIQUE AU MONDE DES MATERIAUX POUR ARTICLE ANTICHINOIS ». C’est bon là, je crois. Il suffit d’une bonne et crapuleuse troncature.

Exemples de conditionnels avec le verbe être (liste très partielle)  :

Les prisonniers seraient également victimes de prélèvement d’organes... (servant à alimenter un vaste trafic d’organes « halal » à destination des pays du Golfe) [ des organes humains « halal » ça n’existe pas. La fable des prélèvements d’organes est repoussée avec hauteur par le responsable du bureau des prélèvements d’organes de l’OMS (voir mon livre). Les médias français ont abandonné ce bobard. Par exemple, une journaliste citée plusieurs fois dans ce rapport et avec qui j’en ai parlé, Laurence Defranoux, chargée du dossier du Xinjiang à Libération le réfute].

De telles directives seraient décidées par des groupes de cinq à six personnes chaque semaine...
En Australie « près de 95 % des journaux en chinois seraient noyautés par Pékin »...
Les populations africaines ne seraient pas dupes et n’auraient pas plus confiance...

Le comportement chinois serait une…
Une institution qui serait composée…
Son budget serait…
Une influence possible serait…
Ces directives ont un statut qui serait …
serait également, selon certaines sources…
elle centraliserait tous les travaux de guerre…
C’est cette base, notamment, qui serait derrière la campagne…
mais la source initiale serait un média japonais….
Yue Lei ne serait resté en poste que trois ans…
VTS serait une unité…
On sait du moins que la base 311 se serait vu
[on ne sait pas, donc] attribuer le rôle de…
Selon eux, l’unité 61023 superviserait des départements d’édition…
Auquel l’unité 61590 de l’APL serait affiliée…
un conflit qui les opposerait à l’APL, qui leur serait bien supérieure…
Serait également impliquée dans des activités …
Elle serait peut-être affiliée au bureau de traduction de…
la base 311 serait soutenue par le centre de formation…

En gras dans leur rapport, cette perle  : le centre de formation Huaxin n’est probablement pas ce qu’il semble être, car il serait en réalité
Le centre de formation Huaxin serait affilié à l’ancienne société…
Les services belges se seraient inquiétés...
Parce qu’ils seraient payés 50centimes (0,06 €) le message – une fausse rumeur
[sic]...
Elle centraliserait tout le travail de guerre psychologique…
Se constituer en modèle de bienveillance serait donc…
Pour certains diplomates, dont les propos ont été rapportés par Foreign Policy, le DAES ne serait …
Ce « diplomate », qui ne serait autre que l’ambassadeur lui-même…
...Par les médias qui seraient sous l’influence de Chang An-le...
... qu’ils ne chercheraient pas à se déclarer dans le cas où ils seraient porteurs du coronavirus, et mettraient donc le reste de la population en danger...
Ils seraient formés par l’APL...
Les pages qu’il gère sur Facebook seraient suivies par un total de quelque 300 000 abonnés...
Qui, affirment plusieurs spécialistes, serait un repaire extraordinaire d’officiers de renseignement…
...et se seraient intensifiées en 2019, année durant laquelle le gouvernement chinois a étendu...
...ses Hommes d’affaires ou étudiants – dont les
activités seraient concentrées essentiellement sur Vancouver et Toronto...
Le CSSA de l’Université catholique flamande de Louvain (KUL) serait impliqué dans un « réseau multinational de renseignement…
Quand bien même le centre ne serait pas une organisation de front des services chinois, il pourrait être utilisé comme point d’entrée…
Un certain Evan Lee, qui serait basé en Malaisie….
Il serait également associé au réseau « Qiqi », dont il gérerait quelques pages Facebook…
Le produit phare de Nothing Tech serait la plateforme…
Qui se serait imposée comme la plus importante plateforme…
Elle serait visitée quotidiennement plus de 6 millions de fois…
Et qui se serait imposée comme la plus importante…
Son PDG, Li Lei, serait un ancien du…
… Le site serait visité près de 12 millions de fois quotidiennement d’après les sources chinoises, ce qui ferait de HelloTaiwan l’une des principales plateformes…
Selon Zhong, le soldat taïwanais ordinaire serait préoccupé… et aurait un esprit patriotique « flou »…
Qui serait gérée par un photographe de presse chinois…


Avec ce type de services de renseignements, nos armées sont fin prêtes pour perdre la prochaine guerre que nous aurons contribué à déclencher.


Et le bouquet est cette accusation martelée quatre fois selon laquelle la Chine est experte en ingérence dans les élections de pays étrangers.
« Au cours de la dernière décennie, la Chine se serait ingérée dans au moins 10 scrutins dans 7 pays » (Page 19).
Selon un rapport de l’ASPI, au cours de la dernière décennie, la Chine se serait ingérée dans 10 élections dans 7 pays… » (Page 267).
Au cours de la dernière décennie, la Chine se serait ingérée dans au moins 10 élections dans 7 pays) (Page 411).
Comme on l’a vu (→ p. 265), la Chine s’est ingérée dans au moins une dizaine d’élections en Asie, en Australasie et en Amérique du Nord. (Page 621).

Les « chercheurs » (sic, MDR, LOL) n’ont même pas pris la peine de se relire ni, surtout, n’ont pas remarqué la transformation de leurs trois premières suppositions en une affirmation péremptoire dont ils nous disent qu’on a vérifié ensemble la véracité (« comme on l’a vu ») puisque leur source (en page 267, en fait) est l’ASPI.

Or, l’Aspi, si on lit bien l’IRSEM, a usé du conditionnel, le temps qui dit les hypothèses, les suppositions, les incertitudes ( la Chine se serait ingérée ») . C’est l’IRSEM qui affirme : « la Chine s’est ingérée » en faisant semblant de citer l’ASPI.
On constate là le manque de rigueur de nos chercheurs qui forcent une déclaration de l’ASPI, en tout cas, telle qu’ils la rapportent.

Or, qu’est ce que l’ASPI ?

Le rapport la cite 79 fois à la manière d’un chercheur qui se réfèrerait à Landru pour un rapport sur les droits des femmes ou à Marc Dutroux sur l’art d’élever les enfants.

L’ASPI

Pour nos duettistes c’est une référence. L’Australian Strategic Policy Institute (ASPI) a « développé ces dernières années une véritable expertise et une production régulière sur le sujet. »

Si, au lieu de fouiller dans « ma-vie-mon-œuvre » en remontant jusqu’aux années 60, ils avaient lu mon livre comme ils font semblant de l’avoir fait en le citant 3 fois avec un extrait du quatrième de couverture ( !), ils y auraient trouvé des informations sur l’ASPI.

Chercheur solitaire et rapide, j’ai trouvé.

Mon livre : « Pour en finir avec les fake news » Extrait :

L’ASPI (Institut australien de politique stratégique) est un think tank qui affirme que 80 000 Ouïghours (au moins) ont été transférés entre 2017 et 2019, en Chine, hors du Xinjiang pour un « travail forcé » dans des usines de sous-traitants des grandes marques internationales.

En février 2020, sur le site australien Financial Review on pouvait lire : « Mardi, au Sénat
australien, Kim Carr, du Parti travailliste, s’est levé, tonnant sur "les faucons résolus à mener une nouvelle guerre froide".
Dans sa ligne de mire se trouvait l’Australian Strategic Policy Institute qui, selon lui, prenait près de 450 000 dollars au Département d’État américain (l’ASPI dit que le vrai chiffre est inférieur à la moitié de ce montant) ».

D’autres précisions sur l’ASPI sont données par John Menadue, qui a travaillé pour le parti travailliste australien et pour plusieurs ministres. Il a été pendant quatre ans ambassadeur au Japon. D’après lui, l’ASPI n’est pas un groupe de réflexion indépendant. Il est subventionné par le gouvernement australien et il est « lié au complexe américain de défense, armement et renseignement et il est un partisan enthousiaste de presque tout ce qui est américain. Il est hostile à la Chine et il est devenu l’organisation de référence antichinoise ».

Bref, voici ce qu’est l’Aspi, source principale de l’IRSEM pour un rapport bourré d’erreurs, d’insinuations infondées, d’accusations calomnieuses, d’attaques ad hominem, de mensonges, purs, de fouilles policières, contre moi, contradicteur dont l’IRSEM signale trois fois mes liens avec la CGT (liens qui ne peuvent que déplaire aux lecteurs de l’OTAN et à l’officier supérieur de l’US Army qui campe à l’IRSEM).

Ou bien les « chercheurs » de l’IRSEM n’ont pas cherché à voir ce qu’est l’ASPI et ils sont nuls, ou bien ils l’ont fait et ils emberlificotent sciemment leurs lecteurs, qui sont d’abord l’Armée, l’OTAN et les médias.

Il faut espérer que nos généraux, tous les officiers, les militaires de tous grades, tous ceux qui n’ont pas renié en bloc toute la politique étrangère du Général De Gaulle, tous ceux qui sont attachés à l’indépendance de la France, à son refus des aventures guerrières à plus de 8000 kilomètres de Paris, comme celle qui se dessine, apprécieront ce rapport de l’IRSEM comme il doit l’être : une cagade bâclée, bourrée d’erreurs, suintant une détestation viscérale de la Chine, un pas vers une guerre chaude.

Donc, classement vertical : poubelle

Il n’est pas nécessaire en effet de faire savoir à la Chine (sauf à la désigner officiellement comme pays ennemi) que ce qu’on lit dans ce rapport reflète la doctrine officielle de la France dont l’armée, jusqu’à plus ample informé, ne manoeuvre pas encore et n’ouvre pas le feu sur ordre de Washington.

Maxime VIVAS (auteur pacifiste)

En prime, cette chanson où l’on raconte comment le directeur de l’IRSEM conduit la troupe pour franchir la frontière chinoise.

URL de cet article 37416
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Auteur
Chicharra et les vautours
Maxime VIVAS
Le nouveau roman de Maxime Vivas Ce livre est la simple histoire d’une idole internationale (proche d’un Manu Chao) dont on exploite l’image et de jeunes ambitieux qui cherchent fortune sans penser à mal. Mais en rapprochant l’art et l’argent, ce roman intègre en filigrane l’ombre de Michael Jackson et de bien d’autres idoles qui furent cernées par des profiteurs avides jusqu’à se moquer de la vie de la poule aux oeufs d’or. Pierre souffre de solitude dans sa grange transformée en habitation, à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Une idée devient une force lorsqu’elle s’empare des masses.

Karl Marx

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.