RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le rapporteur général de l’APCE exprime sa vive inquiétude face aux informations selon lesquelles des responsables américains auraient envisagé d’assassiner Julian Assange

À la suite d’informations crédibles selon lesquelles des agents de la CIA auraient envisagé d’assassiner le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, Pieter Omtzigt (Pays-Bas, PPE/DC), rapporteur général de l’Assemblée parlementaire sur la protection des lanceurs d’alerte, a exprimé sa vive inquiétude quant à la possibilité d’un assassinat extrajudiciaire ou d’un enlèvement de lanceurs d’alerte.

"Si ces rapports sont vrais, je suis horrifié", a déclaré M. Omtzigt. "L’enlèvement ou le meurtre d’un civil qui a publié des documents ayant fait l’objet d’une fuite constituerait une violation flagrante des principes fondamentaux du Conseil de l’Europe en matière de droits de l’homme - et serait, on l’espère, impensable dans la démocratie la plus puissante du monde. Les informations selon lesquelles de hauts responsables américains auraient envisagé une telle option sont profondément inquiétantes".

M. Omtzigt a rappelé la résolution adoptée par l’Assemblée en 2020, qui demandait que l’extradition de M. Assange vers les États-Unis soit interdite et que sa libération soit rapide. "L’Assemblée a déjà clairement indiqué que la détention et les poursuites pénales à l’encontre de M. Assange constituent un dangereux précédent pour les journalistes. Ces rapports ne font que renforcer notre inquiétude quant au fait que M. Assange pourrait être traité de manière très injuste."

Il a ajouté : "Je suis convaincu que les tribunaux britanniques prendront ces rapports en considération lorsqu’ils statueront sur l’extradition de M. Assange, et j’appelle les autorités américaines à préciser si des "options" aussi épouvantables ont réellement été envisagées, et si oui, comment éviter que cela ne se reproduise."

»» https://pace.coe.int/en/news/8446/pace-general-rapporteur-expresses-se...
URL de cet article 37412
  

Même Thème
L’affaire WikiLeaks - Médias indépendants, censure et crime d’État
Stefania MAURIZI
Dès 2008, deux ans après le lancement de la plateforme WikiLeaks, Stefania Maurizi commence à s’intéresser au travail de l’équipe qui entoure Julian Assange. Elle a passé plus d’une décennie à enquêter les crimes d’État, sur la répression journalistique, sur les bavures militaires, et sur la destruction méthodique d’une organisation qui se bat pour la transparence et la liberté de l’information. Une liberté mise à mal après la diffusion de centaines de milliers de documents classifiés. Les "Wars logs", ces (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce n’est pas nous qui aidons Cuba mais Cuba qui nous aide. A comprendre, à rêver, à espérer, à tout ce que vous voulez. Nous, nous ne sommes que solidaires.

Viktor Dedaj

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.