RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
68 

Le régime électocratique a vécu

Il n’est pas toujours aisé d’identifier la seconde exacte où un régime politique finit et laisse la place à quelque chose de nouveau. La chute d’une lame sur la nuque de Louis XVI le 21 janvier 1793 a-t-elle marqué le passage de l’ancien régime aristocratique au nouveau régime aristocratique, ci-devant régime électocratique ? Difficile à dire. Par contre, nous sommes quelque part des privilégiés car le 15 décembre 2018 nous avons pu être témoins, à dix-neuf heures, quatre minutes et sept secondes, du moment précis ou l’électocratie a basculé en électocrature.

« Retour au calme à Paris »

RT France, le média accusé par Macron de diffuser des fausses nouvelles et, de ce fait, interdit d’accès à l’Élysée, nous raconte la mésaventure, somme toute cocasse, des auteurs intellectuels du journal télévisé 19/20 émis par la chaîne publique France 3 au soir de l’acte V de la révolte des gilets jaunes. Parmi les images que défilaient comme toile de fond derrière la présentatrice on a pu voir un cliché pris devant l’Opéra par Geoffroy Van der Hasselt, photographe de l’AFP. Or il y a avait une pancarte vraiment étrange, avec MACRON écrit en grandes lettres sur la moitié supérieure et la moitié inférieure en blanc.

« Une personne opérationnelle est intervenue »

Il se trouve qu’une personne, à ce qu’il parait une personne opérationnelle, avait pris soin d’effacer le mot DÉGAGE écrit sur la moitié inférieure de ladite pancarte. On conviendra sans effort que ladite personne, toute opérationnelle qu’elle est, n’est pas très maligne, mais elle a sans doute d’autres mérites, comme par exemple celui non négligeable d’être encartée dès la première heure à La République En Marche. En somme, une petite main du système LREM, une petite frappe, mais qui faisait bien partie de la rédaction de France 3 et qui nous permet de jeter un coup d’œil sur l’état animique des troupes macroniennes.

« Aucune volonté de masquer cette pancarte »

Redresser la jambe en recevant un petit coup sous la rotule relève de l’involontaire, tandis que l’édition d’images requiert d’un enchaînement de plusieurs commandes informatiques à travers l’interface appropriée ainsi qu’une manipulation fine de la souris, actions indubitablement volontaires. Qui a fait cela avait une volonté très claire : celle de masquer la pancarte, justement. Qu’une telle idée ait pu seulement traverser l’esprit du plus abruti des stagiaires atteste du climat au sein de la rédaction : branle-bras de combat, tout se vaut et il n’y a pas de mensonge trop gros pour embobiner les auditeurs.

« Cela ne se renouvellera pas »

Ce moment exceptionnel ne se renouvellera pas. La ficelle était trop grosse. La prochaine fois, ils mettront d’autres mots à la place, au lieu de laisser un si grand espace blanc. On ira embaucher un graphiste plus doué et il écrira, par exemple, Macron on t’aime ou Macron tiens bon. En tout cas, ce régime aux abois continuera à nous mentir de la façon la plus éhontée. Tout est question de temps : ils ont compris que tous ceux qui ont ouvert les yeux et percé au clair leurs entourloupes sont irrécupérables ; il s’agit donc de faire durer si longtemps que possible la fraction toujours décroissante de la population qui va encore se désinformer dans les médias aux ordres.

L’électocrature, phase terminale de l’électocratie

Nous n’avons jamais été en démocratie, comme toute le monde le sait, mais au moins nous étions en électocratie, un régime où le peuple est invité, ou plutôt forcé car on ne lui laisse aucune autre alternative, à jouer le jeu de se donner des maîtres et d’en changer tous les cinq ans. Avec cela, il y avait un peu de retenue, un semblant de dignité, pour faire croire au peuple qu’on le prenait au sérieux et qu’il y était pour quelque chose. Plus de ça maintenant. Volé en éclats. Si le peuple, ayant compris qu’à ce jeu-là il est perdant à tous les coups, n’y croit même plus, à quoi bon s’embarrasser de maintenir la fiction ? Bas les masques, et bienvenus en électocrature.

Heureusement, ce sera bientôt fini.

Un gilet jaune tiré au sort

URL de cet article 34256
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
La télécratie contre la démocratie, de Bernard Stiegler.
Bernard GENSANE
Bernard Stiegler est un penseur original (voir son parcours personnel atypique). Ses opinions politiques personnelles sont parfois un peu déroutantes, comme lorsqu’il montre sa sympathie pour Christian Blanc, un personnage qui, quels qu’aient été ses ralliements successifs, s’est toujours fort bien accommodé du système dénoncé par lui. J’ajoute qu’il y a un grand absent dans ce livre : le capitalisme financier. Cet ouvrage a pour but de montrer comment et pourquoi la relation politique elle-même est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est amusant comme le commun des mortels s’imagine que nous sommes sans cesse affairés à leur mettre des idées dans la tête, alors que c’est en empêchant certaines pensées d’y pénétrer que nous faisons le mieux notre travail.

C.S. Lewis, 1942

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.