RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le soulier de Lola ou lettre ouverte à une femme très bien

Après les avoir initialement inclus dans le programme de sa prochaine édition, le prestigieux festival « La Mer de la musique » de Carthagena vient d’exclure Nadia Yassine, porte parole du mouvement Justice et spiritualité, et le journaliste exilé en Espagne Ali Lmrabet, emprisonné en 2003 pour outrage à la personne du roi. Ils ne participeront donc pas aux débats qui auront lieu à cette occasion autour du Maroc et de ses productions littéraires et intellectuelles. Suite à cette censure inacceptable et incompréhensible, Lola Lopez Mondéjar, l’organisatrice de ces débats, a démissionné du festival. Elle a dénoncé, par sa démission, l’ingérence, la censure et l’atteinte inacceptable à la liberté d’expression des autorités marocaines. Ces derniers ont exigé que Nadia Yassine et Ali Lmrabet ne soient pas inclus dans le programme des actes, et discussions prévues pour Juillet. Et c’est pour saluer son geste de solidarité courageux, que Nadia Yassine lui a écrit une lettre ouverte. Zhor

Chère Lola,

Nous sommes à un tournant de l’Histoire où tout se mêle et s’entremêle ; une tour de Babel où l’on ne se perçoit plus qu’à travers un brouillard de données qui donne envie parfois de baisser les bras et de laisser les choses pourrir doucement au gré des jours. Qu’il est difficile de contrer cet embouteillage de l’histoire humaine où le mensonge se déguise en vérité, le bourreau en victime, la victime en bourreau, l’autocratie en démocratie et la démocratie en autoritarisme. La visibilité est nulle.

Non Lola, l’Histoire n’est pas finie, l’histoire continue de plus belle, ou plutôt de plus moche si je peux me permettre l’expression !!!

L’homme est encore un loup pour l’homme et la raison d’Etat est encore au dessus de toutes les considérations.

L’histoire continue et les fissures sont de plus en plus grandes entre les discours à l’eau de rose et les politiques à l’odeur de souffre qui peuvent, pour des raisons toujours inacceptables, laisser tout un peuple mourir comme des rats ou encore une voix être éteinte dans une complicité révoltante. Il est vrai que mon cas et celui de Ali L’mrabet ne sont pas comparables au drame des gens de Gaza, mais la logique est la même : la violence contre le droit.

Il est vrai que si le génocide de Gaza conjugue la violence pure, brutale, triviale, à la violence symbolique, cette interdiction me concernant reste une violence purement symbolique.

Le lien dialectique entre ces deux formes de violence est, de toute façon, vite établi puisque la violence appelle la violence et l’humiliation appelle le fanatisme (selon la formule de Tzvetan Todorov) ; et on ne sait plus quand la violence symbolique provoque la violence tout court et quand la violence tout court enfante la riposte symbolique ! Va savoir !

Ce qui est sûr chère Lola, c’est que nous assistons à une vraie révolution qui permet de contrer le fait politique ou guerrier par le fait médiatique et la violence par le symbole.

L’esprit citoyen consistait au temps de la démocratie nouvellement née de l’utérus sanglant de l’Europe à prendre les armes afin de la défendre. L’esprit citoyen moderne consiste à faire des gestes qui parfois deviennent tellement spectaculaires et tellement forts qu’ils arrivent à bousculer l’Histoire à défaut de la finir.

Rappelle toi Lola, il n’y a pas si longtemps de cela, cet Irakien au prénom symbolique qui a osé se mettre en colère devant un discours sirupeux qui dénote avec la réalité sanglante. Il s’appelle Montazir, ce qui veut dire en arabe « celui qui attend ». Il attend peut-être que l’on comprenne que parfois il faut briser le silence complice par des gestes parlants !!!

Il est vrai, chère et précieuse Lola, que la ligne était limitrophe entre la violence tout court et la violence symbolique. La tête de Bush en aurait su quelque chose si ses cours de tennis ne lui avaient pas permis des reins assez souples pour esquiver le coup. J’ai longtemps imaginé l’horreur si c’a avait été un gouvernant oriental qui ne gouvernerait pas si bien ses reflexes et qui serait fidèle à la charge pondérale de rigueur dans les hautes sphères du pouvoir dans ces contrées !

Le geste n’en fut pas moins une signature qui disait toute l’exaspération que peuvent créer des gouvernants liberticides dans la nébuleuse des citoyens du monde. On n’en finira pas de parler de ce lancement de soulier à la figure du Gouvernant par excellence …

Je crois, chère Lola, que ton geste fait partie de ces gestes citoyens qui meubleront désormais les cases désespérément vides de la démocratie, et combleront ses vides afin de rassurer l’humanité sur une expérience qui mérite de faire école mais qui subit les turbulences d’un monde devenu fou.

Les sociétés civiles ont tellement besoin de cette solidarité pour faire de l’avenir un monde viable.

Il est impératif de jeter nos souliers, chacun à sa manière, à la figure d’une dictature rampante qui risque de plus en plus de contaminer les politiques, qu’elles soient nationales ou internationales. Je te remercie donc, chère Lola, pour ton lancer de chaussure à la figure des sphères décisionnelles de ton pays.

Je voudrais profiter de ma lettre ouverte pour toi Lola afin de dire à tous les esprits libres et courageux, à toutes les sociétés civiles aussi, que ces petits gestes sont de grands moyens pour opérer de vraies révolutions.

Je me suis permis toutefois de visiter ton site pour m’assurer de la qualité de ton soulier car ton courage m’a fait penser à ces personnages entiers que Pedro Almodovar dépeint si bien.

J’ai craint que si tu portes des talons aiguilles comme Rebecca, le personnage essentiel dans le film du même nom, je ne sois accusée d’incitation au meurtre, moi que mon voile met directement sur la liste des suspects et des violents naturellement.

J’ai été rassurée de trouver sur ta page d’accueil une photo où tu portes de bons souliers de randonnée aux angles bien ronds. J’ai remarqué aussi les ruines athéniennes derrière ta pause déterminée ; et toi qui es psychanalyste et artiste, signifies-tu la décomposition des restes d’une histoire athénienne forcement démocratique !!! Ca m’a laissé rêveuse un moment, sans divan ; mais revenons à nos souliers !

Leur angle est inoffensif ; il n’y a donc aucun danger et ceux qui voudront me prendre au mot ne verront pas d’inconvénient à ce que tu envoies ta godasse à la figure de ceux qui cherchent à tuer la force de la pensée par le bâillon.

Il y a d’autant moins de danger que ton visage intelligent me dit que tu comprendras très bien le message qui se cache derrière mon maniement d’image. Le soulier auquel je fais allusion te concernant est ta démission qui fera encore plus mal qu’un talon aiguille transformé en projectile. A chacun son arme, et je dis à toute conscience citoyenne non-violente « à vos armes citoyens !!! », partez pour mieux rester, démissionnez, rouspétez, parlez, écrivez, manifestez, votez, criez ; en gros faites honneur à votre humanité.

Lola, garde ton soulier, continue à faire des randonnées à Athènes et à méditer sur les vestiges d’une ère révolue mais envoie ta démission ; l’Histoire la recevra !

Nadia Yassine

URL de cet article 8128
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Vive le Che !
Jean ORTIZ
Comment expliquer en 2017 le prestige têtu de Che Guevarra, la fascination qu’il exerce encore et toujours ? Le nouvel ouvrage de Jean Ortiz propose une analyse et un point de vue fournis et argumentés, à contre-courant des poncifs et des contre-vérités qui ne manqueront pas de ressurgir en ce cinquantième anniversaire de son assassinat. Il est évident que se joue sur cette figure du combat anticapitaliste comme dans son legs au mouvement pour l’émancipation humaine, une bataille toujours aussi (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Acheter un journaliste coute moins cher qu’une bonne call-girl, à peine deux cents dollars par mois"

un agent de la CIA en discussion avec Philip Graham, du Washington Post, au sujet de la possibilité et du prix à payer pour trouver des journalistes disposés à travailler pour la CIA. dans "Katherine The Great," par Deborah Davis (New York : Sheridan Square Press, 1991)

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.