RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les derniers seront les premiers (à mourir), ou le nazisme à visage découvert

Rappelons qu'au Brésil, le réseau privé compte 15.898 lits d'unités de soins intensifs, dont 50% sont inutilisés, et que le réseau public en compte 14.876 et est à deux doigts de s'effondrer. Les autorités restent sourdes aux appels à la file d'attente unique pour les hôpitaux publics et privés. Jeudi (30/4), à Rio de Janeiro, plus d'un millier de patients ayant des cas suspects ou confirmés de ce nouveau coronavirus attendaient une place dans une unité de soins intensifs ou un service de l'État. Sur ce total, 361 étaient dans un état grave.

Protocole de sélection des patients pour les unités de soins intensifs (à l’étude) :

(...) les conditions de six organes seront analysées et des notes seront attribuées pour leur fonctionnement, de 0 (bon) à 24 (mauvais). Plus la note est faible, plus le patient aura de chances d’obtenir un lit.

Le premier élément analysé sera le fonctionnement de six organes, tels que les poumons, les reins et le cœur. Les médecins attribueront une note au patient selon qu’il existe ou non des maladies préexistantes. Quiconque présente un problème qui peut être fatal dans un délai maximum d’un an, sans relation avec le Covid-19, prendra 4 points et sera placé après celui qui n’a aucun dommage (0 point) ou à celui qui a une comorbidité qui permet une survie supérieure à un an (2 points).

Critères de sélection en cas de scores identiques : la première sélection s’effectuera si le patient est déjà sous ventilation mécanique, relié à un respirateur. La seconde est l’âge du patient. Les plus jeunes, jusqu’à 60 ans, gagneront une place avant ceux qui ont entre 61 et 80 ans. Les plus de 80 ans arriveront en dernier dans la course au lit d’unité de soins intensifs.

(Journal Extra 01/05/2020 *)

C’est franc du collier, précis, pratique, ça se passe à Rio de Janeiro au Brésil mais la majorité des dirigeants occidentaux auraient bien aimé oser le faire également. Pourtant n’en doutez pas : ça viendra.

Avant, on appelait ça eugénisme. Aujourd’hui, ça s’appelle tout simplement capitalisme.

*https://extra.globo.com/noticias/rio/rio-faz-protocolo-para-definir-quem-tera-leito-respirador-para-medico-escolha-marcara-vida-dos-que-estao-na-linha-de-frente-24404919.html

»» https://extra.globo.com/noticias/rio/rio-faz-protocolo-para-definir-qu...
URL de cet article 36088
  

Éric Dupont-Moretti : "Condamné à plaider"
Bernard GENSANE
Il a un physique de videur de boîte de nuit. Un visage triste. De mains trop fines pour un corps de déménageur. Il est toujours mal rasé. Il sera bientôt chauve. Parce que ce ch’ti d’origine italienne est profondément humain, il est une des figures les plus attachantes du barreau français. Il ne cache pas sa tendance à la déprime. Il rame, il souffre. Comme les comédiens de boulevard en tournée, des villes de France il ne connaît que les hôtels et ses lieux de travail. Il a décidé de devenir avocat le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Dans toute idée, il faut chercher à qui elle s’adresse et de qui elle vient ; alors seulement on comprend son efficacité.

Bertolt Brecht

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.