RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Syrie : les USA s’inquiètent du jeu des terroristes qu’ils aident

Les Étatsuniens doivent accepter leur défaite, sinon ...

Le Président étatsunien Barak Obama s’est empressé ...d’appeler son homologue russe, Vladimir Poutine, dès la publication, par l’ambassadeur de Russie, au Conseil de sécurité, d’un communiqué faisant assumer à la Conférence de Rome et à son parrain, le secrétaire d’Etat John Kerry, la responsabilité de la poursuite du soutien aux extrémistes et aux terroristes, en Syrie.

Il a été convenu, lors de cette conversation, d’organiser une réunion urgente entre les chefs des diplomaties des deux pays, pour élaborer un nouveau plan, au sujet de la crise syrienne.

Le message ferme de la Russie sous-tend une position encore plus ferme, communiquée, récemment, par le commandement syrien, à Moscou. Les dirigeants syriens avaient fait preuve d’une grande flexibilité et avaient multiplié les déclarations positives, depuis le discours du président Bachar al-Assad, le 7 janvier. Dans ce discours, le chef de l’Etat syrien avait proposé un plan de sortie de crise, après des concertations avec la Russie, la Chine et l’Iran, qui en avaient, auparavant, discuté avec certaines composantes des oppositions syriennes. Celles-ci avaient organisé une réunion, à Genève, pour choisir la voie du dialogue et rejeter les actes terroristes et les interventions étrangères.

Cependant, les dernières mesures américaines, qui consistent à envoyer de nouvelles cargaisons d’armes aux rebelles syriens et la tenue de propos conciliants envers les parties syriennes et régionales les plus extrémistes, sont en contradiction avec le climat positif, récemment, répandu par la diplomatie russe. Ces aspects positifs, imposés par des rapports de forces politiques et militaires, s’étaient traduits par le retrait de la condition à tout dialogue consistant au départ préalable du Président Assad.

Le commandement syrien mesure les positions étatsuniennes, sur le terrain. Il sait, pertinemment, que la Turquie, l’Arabie saoudite, le Qatar, la Jordanie, la France, la Grande-Bretagne et les parties libanaises impliquées en Syrie, se répartissent les rôles. Damas sait que les chambres d’opérations installées, en Turquie, sous la supervision directe d’officiers étatsuniens sont plus actives que jamais. De même, les chambres d’opérations médiatiques, à Dubaï, au Caire et à Beyrouth, poursuivent leurs campagnes acharnées contre la Syrie.

Les dirigeants syriens testent, à ces niveaux, les véritables intentions des étatsuniens, et celles-ci sont plus belliqueuses que jamais.

La première clause du plan du Président Assad, concernant le mécanisme de l’arrêt de la violence, qui repose sur la fin du financement, de l’armement et de l’entraînement des terroristes, qui sévissent, en Syrie, est l’examen de passage, pour les intentions de Washington. L’opportunité de la solution politique accordée par la Syrie ne durera pas longtemps et l’Armée arabe syrienne ne donnera pas aux agresseurs plus de temps.

Limiter les pertes, dans les rangs militaires et civils, est une des priorités du commandement syrien, qui a privilégié, dès le début, la solution politique à la crise. Mais si les États-Unis ont décidé de jouer la politique du bord du gouffre et d’adopter un double langage, l’armée et le peuple syrien sont disposés à payer le prix qu’il faut pour détruire les agresseurs et imposer le fait accompli à l’empire américain sur le déclin.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, informera son homologue étatsunien que Washington doit cesser de tergiverser et doit payer le prix politique et moral pour obliger ses auxiliaires arabes, européens et régionaux, impliqués dans la guerre universelle contre la Syrie à faire marche arrière. Surtout, que Washington a préparé la voie à ce retournement, en mettant en garde contre le danger que représentent les groupes terroristes, qu’ils ont, eux-mêmes, créés et alimentés, en Syrie.

URL de cet article 19609
  

Même Thème
Impérialisme humanitaire. Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ?
Jean BRICMONT
Jean Bricmont est professeur de physique théorique à l’Université de Louvain (Belgique). Il a notamment publié « Impostures intellectuelles », avec Alan Sokal, (Odile Jacob, 1997 / LGF, 1999) et « A l’ombre des Lumières », avec Régis Debray, (Odile Jacob, 2003). Présentation de l’ouvrage Une des caractéristiques du discours politique, de la droite à la gauche, est qu’il est aujourd’hui entièrement dominé par ce qu’on pourrait appeler l’impératif d’ingérence. Nous sommes constamment appelés à défendre les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si les lois de Nuremberg étaient appliquées, chaque président des Etats-Unis de l’après-guerre aurait été pendu.

Noam Chomsky

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.