RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Huxley et Orwell maintenant réunis

Les "Latinos" de l’Occident se sont réunis en Argentine

Du 8 au 12 avril, les serviteurs de l’occident se sont congratulés à Rosario et Buenos Aires. Le plaisir de réciter les mêmes slogans est certainement redoublé lorsqu’on reçoit pour cela des prébendes, gratifications et autres soultes...

Tous les stipendiés qui glapissent contre Cuba, la Bolivie, le Venezuela, contre les tentatives d’union du continent sud-américain, contre les régimes au service de leur peuple et non de la caste financière constituant la nouvelle classe mondiale, tous étaient venus.

Les deux plus connus étaient José Maria Aznar et le publiciste nobélisé Vargas Llosa.

Vargas Llosa

Les locomotives poussives de la kleptocratie

De José Maria Aznar, les européens ont eu l’occasion d’apprécier les mensonges au moment des attentats de Madrid, qui suivaient son alignement sur la politique de Bush lors de son invasion de l’Irak. Sans oublier que Aznar a cautionné les putchistes de 2002, contre le Président du Venezuela, feu Hugo Chavez.

L’autre locomotive, Vargas Llosa a été bien décrit, dans les années 2000, par Leopoldo de Trazegnies, d’origine péruvienne et vivant à Séville, responsable d’une encyclopédie de la littérature. De son livre « Conjeturas y otras cojudeces de un sudaca » nous avons tiré l’extrait suivant : « Les Vargas Llosa, soudain, sans aucune pudeur, ont mis leur plume (et l’aile entière) au service de l’antique oligarchie péruvienne et des nouveaux intérêts globaux des USA : quelle famille d’écrivassiers assidus. »

Une collection de monstres a donc souillé la cité de Buenos Aires. A côté des deux professionnels mentionnés ci-dessus, on y observait deux chiliens, dont Joaquín Lavín - dauphin de Pinochet-, l’ex-Président de Bolivie, Jorge Quiroga ( accusé de trafic de drogue, d’atteinte aux droits humains et hostile à Evo Morales ), un chef Vénézuélien de l’industrie, Marcel Granier (président du groupe médiatique RCTV, centre de l’incitation au coup d’État contre H.Chavez en 2002) ; deux cubains de Miami, gens à tout faire du pouvoir Étatsunien, Carlos A.Montaner (“écrivain”) et Yoani Sanchez. Plus quelques autres…

La méthode Huxley-Orwell

La tyrannie ne se limite pas à abrutir les nouvelles générations par l’enseignement dispensé dans les “business school”. Grâce aux dollars créés pour la circonstance, la finance mondialiste a installé des centres d’endoctrinement appelés « fondations en faveur de la liberté », appliquant à visage découvert les principes expliqués par G.Orwell : « L’esclavage c’est la liberté ». Tout naturellement, ces ONG, dotées d’une façade à la Huxley, parlent d’un monde abstrait à travers les miasmes de penseurs à gage. Elles réunissent des « trafiquants » qui distillent une morale à double fond, car les leurs, (leurs espèces sonnantes et trébuchantes) sont déposées dans les paradis fiscaux.

La Fondation Libertad, créé il y a 25 ans, à l’époque où Huxley avait raison, continue à vouloir faire croire que la tyrannie mondialiste est le paradis sur terre. Le thème bidon qui sert de justification à sa propagande porte sur les défis et opportunités de l’Amérique latine. Aucun des stipendiés ne viendra démontrer que le danger réside dans le pillage par les multinationales, l’esclavage organisé par les banquiers, l’abrutissement programmé par les médias.

Huxley l’avait expliqué. Ces fondations représentent la partie spectacle de l’horreur globalitaire. Sur le modèle de milliers d’autres, à travers le monde, la Fondation Libertad sert tout d’abord à éviter que les entreprises paient des impôts. Car les dons sont déductibles. Puis, elle bombarde par tous les moyens possibles que le secteur public doit disparaître, que les entreprises privées doivent s’occuper des politiques publiques ; selon les exemples de l’Angleterre, des États-Unis, de l’Europe continentale. Tout aux voyous, rien au peuple. Cela est appelé “la liberté”.

Mais l’époque anticipée par Orwell accompagne désormais le spectacle qu’avait décrit Huxley. La peur doit régner partout. La surveillance de tous est normale car le pouvoir des trafiquants est d’essence divine. Ainsi, les nouvelles élections au Venezuela ont donné lieu à des incidents orchestrés par l’industrie de la haine qui s’active derrière son agent Capriles, alors que « dans le domaine politique, on observe une augmentation et un approfondissement de la participation du peuple vénézuélien, notamment par l’introduction dans la Constitution, ratifiée par un référendum populaire, d’un dispositif d’une grande importance : le référendum révocatoire.

Chavez s’y est soumis lui-même et a remporté ce scrutin. On n’observe pas un tel degré de démocratie dans les autres pays. Dans la plupart d’entre eux, une fois élus, les hommes politiques sont libres de faire ce qu’ils veulent, pendant toute la durée de leur mandat.
Alors qu’ici, avec ce système, la population est en mesure de révoquer le mandat de l’exécutif, d’un président, d’un gouverneur, d’un maire etc…

Ces transformations ont conduit à une participation populaire plus grande que dans les autres pays d’Amérique Latine » (cf. le diplomate et professeur universitaire brésilien Samuel Pinheiro Guimarães).

Plus la démocratie réelle cherche à percer, plus lui est opposée la démocratie formelle. Les ONG-fondations à l’anglo-saxonne sont le centre de la haine contre les peuples. Elles expriment le contrôle social en manipulant simultanément la séduction à la Huxley et l’oppression à la Orwell. Le mensonge et la délation sont leur métier.

Il est difficile d’être un “homme” au milieu du néant développé par la globalisation. Et cela peut empirer. Les services de l’inhumanité occidentale semblent accélérer leurs horreurs. Sale temps pour l’humanité. Où sont les résistants ? Pas à la Fondation Libertad….

»» http://www.metamag.fr/metamag-1297-LES++cs_TIR++-LATINOS++cs_TIR++-DE-L%E2%80%99OCCIDE...
URL de cet article 20380
  

Abrégé du Capital de Karl Marx
Carlo CAFIERO
« Le capitalisme n’est et ne sera pas là de toute éternité. » Cet Abrégé, rédigé en 1878, nous livre l’essentiel de l’analyse contenue dans le Livre I du Capital de Karl Marx. Ce compendium de la critique du système capitaliste - « où ce ne sont pas les moyens de production qui sont au service du travailleur, mais bien le travailleur qui se trouve au service des moyens de production » - a été rédigé à destination d’un public populaire. Écrit dans un style simple et sans l’appareil scientifique qui rend (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Ce n’est pas de Wikileaks que les Etats-Unis ont peur. Ce n’est pas de Julian Assange qu’ils ont peur. Qu’importe ce que je sais ? Qu’importe ce que Wikileaks sait ? Ce qui importe, c’est ce que VOUS savez." — Julian Assange

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.