RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les sanctions économiques : une nouvelle arme de destruction massive

Le 6 août 1945, les États-Unis ont largué une bombe atomique sur la ville d’Hiroshima, tuant instantanément entre 90.000 et 166.000 civils. Trois jours plus tard, l’Oncle Sam réitéra l’expérience sur Nagasaki, provoquant cette fois-ci la mort de 60.000 à 80.000 victimes innocentes. Aujourd’hui encore, le monde continue de frémir devant la vision d’horreur qu’offrent les images au lendemain des destructions causées par les deux bombes.

L’impact négatif provoqué par cet événement sans précédent a conduit les États-Unis à utiliser une nouvelle arme de destruction massive, bien plus discrète que l’arme atomique mais tout aussi « efficace » : les sanctions économiques. Aucune d’image d’un quelconque massacre, aucune effusion de sang… Un document du conseil économique et social des Nations Unies, en date du 21 juin 2000 (page 16), n’y va pas par quatre chemins : « la question du nombre exact de décès directement imputables à l’embargo irakien suscite de vives controverses, d’autant plus que les données bien attestées sont rares : les estimations vont de 500.000 à 1.500.000 victimes, la majorité d’entre elles étant des enfants. Il convient de souligner que cette controverse autour du nombre de morts occulte le fait essentiel : toute mort causée par le régime des sanctions montre bien qu’il y a eu des violations graves du droit humanitaire et est en soi inacceptable ». Les États-Unis continuent ainsi d’assassiner en masse.

Quelques voix s’élevèrent malgré tout pour s’opposer à cette politique inique, comme en 1999 lorsque soixante-dix membres du Congrès firent appel au président Clinton pour qu’il abandonne les sanctions contre l’Irak et mette fin à ce qu’ils appelaient déjà à l’époque un « infanticide déguisé en politique ». Mais la position des États-Unis ne varia pas d’un iota. Au contraire, l’Oncle Sam se fit le héraut des valeurs démocratiques en faisant croire au monde entier que le système des sanctions était de loin préférable à une intervention armée. C’est, indéniablement, une des grandes victoires diplomatiques de l’Empire.

En fait, l’idée selon laquelle les sanctions économiques sont moralement préférables à l’utilisation de la force militaire a été remise en cause par Albert C. Pierce, professeur d’éthique et de sécurité nationale à l’université nationale de la défense. Son analyse a montré que les sanctions économiques pouvaient infliger beaucoup de souffrance à des civils innocents et que des opérations militaires sur une petite échelle pouvaient parfois être une solution moins coûteuse en vies humaines (just war principles and economic sanctions - Albert C. Pierce).

Mais les États-Unis préfèrent de loin ne pas s’impliquer dans une guerre. Une confrontation militaire risque en effet de provoquer une condamnation mondiale, mais surtout, l’histoire a montré que, même s’ils pouvaient toujours gagner des batailles, ils ne peuvent plus gagner les guerres (Vietnam, Irak, Afghanistan ...). En recourant à des sanctions économiques, ils espèrent ainsi renverser tous les régimes qui s’opposent à leur hégémonie… en s’attaquant à des civils, femmes et des enfants compris.

En cette année électorale aux États-Unis, comme par le passé, la satisfaction des lobbies pro-israéliens est plus importante que la nature humaine et la sécurité de la communauté mondiale. Rien d’étonnant dans ce contexte-là à ce que les sanctions contre la République islamique d’Iran soient renforcées. Mais croire que ce pays soit la seule cible de ces sanctions est aussi naïf que de croire que ces dernières s’inscrivent dans un cadre démocratique destiné à apporter la paix à l’échelle mondiale. Bien au contraire, cette nouvelle arme létale que cachent les sanctions économiques est devenue un levier diplomatique implacable. L’impérialisme, la guerre et les États-Unis forment plus que jamais les éléments de la nouvelle Trinité.

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/article-les-sanctions-economiques-u...

URL de cet article 17453
  

Même Thème
Etat de siège. Les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba
Salim LAMRANI
Début du chapitre IV Les citoyens étasuniens sont autorisés à se rendre à Cuba mais il leur est strictement interdit d’y dépenser le moindre centime, ce qui rend quasiment impossible tout séjour dans l’île. Le Département du Trésor considère donc tout voyage dans l’île comme une violation de la législation sur les sanctions économiques, à moins que les personnes ayant visité Cuba puissent démontrer qu’elles n’y ont effectué aucun achat. La justice étasunienne poursuit sans relâche les contrevenants à la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’une des choses les plus étonnantes dans le coup monté contre Assange, c’est son audace. Ils savent qu’ils peuvent s’en tirer parce que les grands médias refusent d’en parler.

Matt Kennard

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.