RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les travailleurs roumains recommencent à chanter l’Internationale


Travailleurs de Dacia lors de la manifestation ou résonna "L’internationale"

La semaine passé les travailleurs de l’usine d’automobile Dacia a Mioveni, ville proche de Bucarest, firent la surprise en protestants face à la fabrique tandis qu’ils chantaient dans leurs portes voix l’hymne des ouvriers du monde, l’Internationale.

Les dix mille ouvriers qui osèrent protester contre la future modification du code du travail et contre l’augmentation des prix des produits de consommation courante et des carburants. La manifestation fut organisée par le syndicat des automobiles Dacia. Les manifestants accompagnés de tambours et de sifflets ne cessèrent de crier "A bas Basascu" et "A bas le gouvernement".

Le motif de la manifestation, selon Marin Anghel, une des dirigeants du syndicat est de "protester contre la modification du code du travail, les lois sur les conventions collectives, la loi des syndicats, la loi sur les conflits professionnels et contre l’augmentation du prix des carburants et de produits de consommation courante. Actuellement nous n’avons aucun problème avec l’entreprise mais nous avons un grave problème avec la politique sociale du gouvernement. Seul les gouvernants sont visé dans cette manifestation et nous demandons leur démission".

Les critiques de la manifestation de Dacia qui n’a pas cessé la production ne se sont pas fait attendre, et les médias de propagande du capital n’ont pas hésité pour accuser d’irresponsable la participation dans une protestation qui n’a rien à voir avec un conflit de travail (qui sont assez bonnes comparé à celle de la majorité des roumains, faisant de Dacia une entreprise privilégiée dans le désastreux panorama salarial de Roumanie)


Maintenant il suffit seulement que les ouvriers roumains perdent la peur et sortent de nouveau le drapeau rouge dans la rue.

Cependant la manifestation des travailleurs de Dacia se fait dans le cadre d’un processus plus complexe : la grave crise économique, les politiques brutales de coupes dans les droits et services publics, l’enchérissement progressif des aliments et combustibles et la réforme du code du travail que tente actuellement le gouvernement (facilitant le licenciement et réduisant les droits, suivant les diktats de l’Union Européenne et en définitive pour mieux servir les intérêts des grands capitalistes).

Ce qui a choqué le plus, et qui n’a pas été beaucoup publié à la télévision et dans la presse, nous supposons que c’est pour ne pas donner l’exemple, c’est que ces travailleurs ont utilisé l’Internationale dans leurs revendications, quand jusqu’à aujourd’hui en Roumanie l’hymne des travailleurs du monde est caché dans le coffre des souvenirs ou réservé pour des actes privés et semi clandestins de ceux qui ont résisté à la campagne de persécution et de satanisation de tout ce qui sent le communisme. Et, beaucoup moins, s’écoutait depuis longtemps comme revendication dans une manifestation ouvrière.

Il semble que les conséquences de la crise changent beaucoup de choses, et bien que pour l’instant la conscience et la dignité ouvrière de tout les travailleurs n’a pas repris les rues pour dire assez à ses gouvernements, mercenaires du grand capital, come en Égypte ou en Tunisie, qui en plus de surprendre beaucoup certains, ont remplit de peur le corps de ceux qui vivent aujourd’hui du travail des autres.

Source : Los trabajadores rumanos vuelven a hacer sonar La Internacional

URL de cet article 12693
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Un autre capitalisme n’est pas possible
Rémy HERRERA
Le capitalisme est en crise. Il pourrait même s’agir d’une des plus graves crises de l’histoire moderne. Et pourtant, à suivre l’actualité au jour le jour, l’opinion publique peut avoir le sentiment que cette crise est déjà derrière nous. Or, le pire est sans doute encore à venir, malgré les propos rassurants tenus et les aménagements envisagés. En effet, la réactivation annoncée de l’intervention étatique a notamment pour objet la négation de la nature de biens publics à la fois gratuits et libres de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Au Salvador, les escadrons de la mort ne tuent pas simplement les gens. On les décapite, on place leurs têtes sur des piques et on garnit ainsi le paysage. La police salvadorienne ne tuait pas seulement les hommes, elle coupait leurs parties génitales et les fourrait dans leurs bouches. Non seulement la Garde nationale violait les femmes salvadoriennes, mais elle arrachait leur utérus et leur en recouvrait le visage. Il ne suffisait pas d’assassiner leurs enfants, on les accrochait à des barbelés jusqu’à ce que la chair se sépare des os, et les parents étaient forcés de garder."

Daniel Santiago,prêtre salvadorien
cité dans "What Uncle Sam Really Wants", Noam Chomsky, 1993

Commandos supervisés par Steve Casteel, ancien fonctionnaire de la DEA qui fut ensuite envoyé en Irak pour recommencer le travail.

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.