RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les Zindigné(e)s, décembre 2015

Paul Ariès se lance à juste titre dans un éloge de l’athéisme « face au terrorisme et à la destruction de la planète » : Notre résistance au terrorisme et à la barbarie doit nous porter toujours plus du côté du vivant, de tout ce qui permet de fonder une société ouverte, libre, égalitaire et fraternelle, ce qui suppose de défendre la laïcité et l’athéisme. »

Philippe Godard se demande si le numérique sert à la lutte contre les terroristes ou contre les populations, avec le constat que la surveillance informatique n’a strictement pas empêché les massacres que nous avons connus depuis 2001. L’antiterrorisme, avance-t-il, est « avant tout un modèle de profilage des populations. »

Dans “ Culture de masse et narcissismes numériques ”, le même Philippe Godard propose l’analyse suivante : « Dans un monde global comme le nôtre, ce que l’on appelle la “ culture numérique ” jour un rôle crucial. Elle doit, comme toute culture dans toute société, donner des cadres intellectuels au monde, esquisser des ouvertures éthiques, politiques ou esthétiques, penser les événements, être le ciment de la collectivité. »

Godard poursuit avec “ La mégamachine à l’âge digital » : « Le modèle que Lewis Mumford a proposé de notre système économique et social en tant que Mégamachine fonctionne à l’évidence dns le monde numérique qui se met en place sous nos yeux. »

Pour Thierry Brugvin, “ Les élites n’ont pas besoin de réguler le climat ” : « les élites ne trouvent pas véritablement d’intérêt à la régulation des émissions de CO2. […] Les plus riches estiment que le réchauffement climatique ne les empêchera pas de vivre. »

Jean-Marc Sérékian pousse un cri : « Paix au charbon ! Face à la supercherie de la COP 21, il faut briser le faux consensus » et admettre qu’il y a pire que le charbon dans les « entreprises climaticides : les gaz de schistes, les TIC et la voiture électrique. »

Pour Moins, journal roman d’écologie politique, le parlement suisse et l’écologie dans le pays, se sont droitisés. La droite dure et populiste représente 30% de l’électorat. Les verts ont perdu 10 sièges. La Suisse est à l’image de l’Europe.

Marion Baralles s’entretient avec Taslima Nasreen, écrivaine et féministe bengalaise, à l’occasion de sa traduction de French Lover, dernier roman de l’autrice publié aux éditions Utopia. Où l’on découvre, par exemple que les Indiens ne veulent pas se marier avec des femmes à la peau foncée. Ou alors contre une dot considérable. Mais, comme d’habitude, dans Les Zindigné(e)s, ce genre de petite horreur qui fait diantrement avancer la cause des femmes : « tou-tes les lecteurs/trices, même les moins instruit-es. »

Jacques Leclercq auteur de De la droite décomplexée à la droite subversive. Dictionnaire 2010-2012 et Néo-nazis et ultra-droite, « décrypte » (comme on dit maintenant) le phénomène des Rouges-Bruns. Ce courant est né dans l’Allemagne des années trente, avec des scissions de “ gauche ” au sein du parti nazi. Certains dissidents rejoindront le parti communiste. Des flux inverses se produiront. Lors des élections législatives de 1932, Walter Ulbricht se vantera d’avoir constitué « un front unique de classe avec les prolétaires nazis ».

Jean-Claude Olivier (membre de la Confédération paysanne) explique pourquoi « il faut préférer le veau et le bœuf au porc et à la volaille » : « Les ruminants, grâce à leur système de digestion, transforment les aliments grossiers à base d’herbe en protéines intéressantes pour les humains, sur des surfaces où il n’est pas possible de réaliser du maraîchage ou des cultures de céréales destinées à l’alimentation humaine. […] Les ruminants sont des alliés des couches populaires. »

Le même Jean-Claude Olivier explique dans un autre article que « la graine est un enjeu de domination mondiale de l’humanité. » Les paysans ont interdiction de semer ce qu’ils veulent, en particulier les semences de ferme ou des variétés non inscrites au catalogue. Six sociétés multinationales se partagent le marché mondial. Lorsque les semences étaient simplement prélevées sur la récolte précédente, il n’existait pas de marché. Ça n’allait pas…

Dans “ De la différence à l’indifférence, vices et vertus du libéralisme ”, Florent Bussy expose que « Le libéralisme est au cœur de notre temps. Il étend son ombre (ou sa lumière) sur l’ensemble des activités humaines. Il fait de la liberté un principe indiscutable. Mais il la réduit à la propriété d’un individu autonome, ne devant rien à personne. De force progressiste qui secoue le joug de tous les conservatismes sclérosants, il s’est mué en une nouvelle puissance inégalitaire sans complexe. Doit-on choisir entre liberté et égalité et le libéralisme constitue-t-il aujourd’hui l’ennemi de tout combat pour l’égalité ? »

Laurent Paillard l’affirme en se moquant : « L’Europe et l’écologie ne sont ni de gauche ni de droite ! ». La question européenne « serait un combat entre de gentils progressistes et de méchants réactionnaires – comme l’a rappelé Daniel Cohn-Bendit le 5 novembre sur Francfe Inter ».

Arnaud Parienty (auteur de School Business. Comment l’argent dynamite le système éducation. Éditions La Découverte) nous met en garde contre le “ School business : l’éducation face au danger de l’argent roi ” : « La formation des élites coûtent cher. Un sociologue a calculé que la formation d’un brillant diplômé comme Laurent Wauquiez avait coûté autour de 300 000 euros à la collectivité. […] Les étudiants des grandes écoles qui ne respectent pas l’obligation de servir l’Etat pendant dix ans ne sont plus tenus de rembourser ce qu’ils ont touché (cas de l’école Polytechnique).

Yann Fiévet dénonce la nouvelle lubie des projets pharaoniques : « Face à l’emballement climatique sur lequel « la communauté internationale » n’aura probablement pas la volonté de peser vraiment comme la preuve en sera bientôt dramatiquement administrée à Paris/Le Bourget, un autre emballement – largement responsable du premier – déroule ses effets désastreux : la frénétique mise en chantier de projets pharaoniques d’aménagement. Ces chantiers sont impulsés par des élus nationaux et/ou locaux incapables d’imaginer les moyens de contenir les effets dévastateurs du « modèle » productiviste de la croissance sans fin. Leur réalisation est souvent confiée aux mastodontes du BTP. Ainsi, à la Réunion, deux firmes de « taille mondiale » sont unies pour la réalisation de la Nouvelle Route du Littoral […]. Là comme ailleurs en métropole, le dossier est entaché d’irrégularités administratives et juridiques. »

URL de cet article 29826
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Auteur
Thomas Frank. Pourquoi les pauvres votent à droite ? Marseille : Agone, 2008.
Bernard GENSANE
Rien que pour la préface de Serge Halimi (quel mec, cet Halimi !), ce livre vaut le déplacement. Le titre d’origine est " Qu’est-ce qui cloche avec le Kansas ? Comment les Conservateurs ont gagné le coeur de l’Amérique. " Ceci pour dire que nous sommes en présence d’un fort volume qui dissèque les réflexes politiques, non pas des pauvres en général, mais uniquement de ceux du Kansas, dont l’auteur est originaire. Cela dit, dans sa préface, Halimi a eu pleinement raison d’élargir le débat et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

En transformant les violences de l’extrême droite vénézuélienne en "révolte populaire", en rhabillant en "combattants de la liberté" des jeunes issus des classes aisées et nostalgiques de l’apartheid des années 90, c’est d’abord contre les citoyens européens que l’uniformisation médiatique a sévi : la majorité des auditeurs, lecteurs et téléspectateurs ont accepté sans le savoir une agression visant à annuler le choix des électeurs et à renverser un gouvernement démocratiquement élu. Sans démocratisation en profondeur de la propriété des médias occidentaux, la prophétie orwellienne devient timide. L’Amérique Latine est assez forte et solidaire pour empêcher un coup d’État comme celui qui mit fin à l’Unité Populaire de Salvador Allende mais la coupure croissante de la population occidentale avec le monde risque un jour de se retourner contre elle-même.

Thierry Deronne, mars 2014

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.