RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Lettre à la France (par des étudiants de Sciences Po)

Le monde est en constante évolution. Notre peuple, vivant autrefois dans la violence et l’isolement, a muté jusqu’à devenir une civilisation consciente et solidaire. Cette transformation s’est effectuée par spasmes brusques et contractions spectaculaires. Cependant, à mesure qu’approche une telle avancée, des forces profondément enracinées surgissent, tentant d’étouffer le mouvement. Ces forces sont attractives, car elles rassurent : rester dans le monde ancien et familier, préférer la stagnation voire le retour en arrière semble plus raisonnable. Ces forces sont puissantes, car majoritaires, elles nous confinent dans une bulle de monotonie, de rituels inconscients, et c’est alors que l’humanité se sclérose, se meurt dans sa vieille peau sans avoir tenté la moindre éclosion.

Ces forces, nous devons les combattre. D’abord, il s’agit de les cerner, en élargissant son champ de vision dans le temps et l’espace. Comment a-t-on mis dans les esprits que travailler plus pour gagner davantage pouvait être un progrès, quand la tendance historique admet une réduction du temps de travail, ceci pour atteindre l’objectif premier, depuis longtemps oublié : le bonheur commun ? Comment peut-on brandir les valeurs d’égalité et de liberté, quand les autorités s’efforcent d’interdire nos rassemblements et en finissent avec l’égalité du temps de parole lors des élections ? Le dictat de la pensée est total : nul n’a aujourd’hui le droit de remettre en cause les termes vides de sens que sont démocratie, république, sécurité, que l’on nous brandit au nez à chaque occasion. Le système occidental, capitaliste, démocratique, est aussi arrogant, inégalitaire, impérialiste.

Comment le pouvoir en place peut-il fustiger les casseurs, quand bien même c’est lui, et non notre mouvement, qui les a créés ? Ces casseurs, ce sont des jeunes que les gouvernements successifs ont brisés, et les voilà seuls, armés de leur désespoir, de leur ennui et de leur haine, prêts à lutter contre les 150 000 fantassins déshumanisés (police, CRS, BAC...) envoyés par l’Etat pour assurer sa propre survie. Ces hommes ne sont pas nos ennemis. Ils ont des femmes, des amis, des frères, parfois des enfants qui se joignent chaque jour et par milliers à notre avancée : le jour venu, ils ne pourront les frapper. Ces débordements, dont on entend parler chaque jour, sont du fait des politiques, ils sont la preuve de leur échec, et le signe de leur fin proche.

Car voilà le peuple de France, peuple révolutionnaire, prêt à reprendre sa juste place. Les réformes seront lourdes mais fermes, ambitieuses mais efficaces, elles demanderont du courage, car nous nous retrouverons dans une position avant-gardiste que la France n’a plus l’habitude d’occuper. Mais nous nous retrousserons les manches, fiers et solidaires. C’est dans la difficulté que l’on obtient les plus belles victoires, c’est dans la souffrance que l’on écrit l’histoire.

Un Conseil Populaire sera érigé, dont les membres, tirés au sort, auront un droit de veto et de proposition envers l’Assemblée. Le Président doit être élu pour un mandat non reconductible de sept ans. La démocratie numérique, l’essor de propositions et de votes en ligne, doit être encouragé. Enfin, les politiciens en fonction ne pourront plus intervenir dans les médias : ils seront jugés sur leurs résultats plutôt que sur leurs paroles, se concentrant sur leur travail, et laisseront aux experts le soin de commenter leurs décisions et d’éduquer la population. Ces mesures permettront une déprofessionnalisation de la politique, et une épuration de la démocratie, depuis longtemps trahie par les hypocrites et les opportunistes.

Enfin, la société devra réaffirmer son souhait de diriger ses citoyens vers le bonheur commun. La semaine de quatre jours permettrait une réduction évidente du chômage, une augmentation de la consommation et des loisirs, et surtout une meilleure qualité de vie. Des mesures écologiques drastiques seront enfin mises en place. Des excuses seront faites aux banlieues, créées pour soutenir la France industrielle d’une main d’œuvre bon marché puis laissées à l’abandon, excuses accompagnées de réelles mesures d’assainissement et de développement économique.

Ils nous pensent faibles et apathiques, recroquevillés toute la journée devant nos écrans d’ordinateur, incapable de lever le poing. Rappelons-leur la puissance du peuple souverain et indomptable, laissons-nous rêver et tenter l’impossible. Regardons-nous dans la rue comme des frères, les larmes aux yeux devant la beauté de cette aventure. Car ensemble, tout est possible. La seule difficulté, l’unique, c’est d’y croire. Alors croyons-y, bordel !

Ils nous disaient : Soyez esclaves !
Nous avons dit : Soyons soldats !

URL de cet article 30299
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Michel Boujut : Le jour où Gary Cooper est mort.
Bernard GENSANE
Le jour de la mort de Gary Cooper, Michel Boujut est entré en insoumission comme il est entré dans les films, en devenant un cinéphile authentique, juste avant que naisse sa vocation de critique de cinéma. Chez qui d’autre que lui ces deux états ont-ils pu à ce point s’interpénétrer, se modeler de concert ? Cinéma et dissidence furent, dès lors, à jamais inséparables pour lui. Il s’abreuva d’images « libératrices », alors qu’on sait bien qu’aujourd’hui les images auraient plutôt tendance à nous « cerner ». (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La contribution la plus importante d’Obama a été d’embellir, de vendre à l’opinion publique et de prolonger les guerres, et non de les terminer. Ils l’ont bien vu pour ce que sont réellement les présidents américains : des instruments permettant de créer une marque et une image du rôle des États-Unis dans le monde qui puissent être efficacement colportées à la fois auprès de la population américaine et sur la scène internationale, et plus précisément de prétendre que les guerres barbares sans fin des États-Unis sont en réalité des projets humanitaires conçus avec bienveillance pour aider les gens - le prétexte utilisé pour justifier chaque guerre par chaque pays de l’histoire.

Glenn Greenwald

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.