Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Vivent les minorités agissantes : elles préparent les majorités d’un avenir meilleur

Maréchal, les r’voila !

N’en déplaise à Macron et à ses porte-flingues de LREM (BFM-TF1-LCI-TOUS-POURRIS et COMPAGNIE), la règle de la majorité vaut pour les urnes et pas ailleurs.

L’esclavage a été aboli par des minorités agissantes observées avec stupeur par des êtres soumis et abêtis. La Révolution française, qui continue à émerveiller les peuples, n’a pas entraîné 50 % (+1) des citoyens. Quant aux Résistants, dans le Vercors, dans les maquis de Corrèze ou ailleurs, ils étaient une poignée à dire que les nazis devaient quitter la France, contredits par le gouvernement légal de Vichy, par les collabos respectueux de la loi, par les masses amorphes vivant de combines et de marché noir en attendant de se ranger du côté des vainqueurs.

Tout ce qui fait de la France un pays à part est le fruit de luttes, grandes ou grandioses, mais qui jamais n’entraînèrent des majorités. Pas même mai 68.
Macron, ses affidés, fustigent les minorités qui, dans les entreprises, les gares, les facs, prétendent s’affranchir des contraintes sorties des édicules à rideaux où Candide se dissimule pour glisser dans une enveloppe le nom choisi par les médias : celui du plus menteur, du plus disposé à se dédire, à le trahir, à le spolier, à le matraquer.

La place des néo-pétainistes et de leurs supplétifs de salles de rédaction est-elle à l’île-d’Yeu ?
Si les travailleurs ne sont plus esclaves et bénéficient de congés payés, de la sécurité sociale, d’une retraite, de la garantie d’un salaire minimum, si l’école est laïque, gratuite et obligatoire, si les femmes peuvent signer des chèques et enfin voter, si le travail des enfants est interdit, si les syndicats vivent dans les entreprises, si le droit de grève est inscrit dans la Constitution, si la France ne parle pas allemand, s’il reste dans l’Hexagone des juifs, des communistes, des homosexuels, nous le devons à des minorités, des pionniers, des militants éclairés, une avant-garde.

Les « preneurs d’otages » éclairant les troupeaux sont le progrès. Ils sont la liberté qui guide le peuple en refusant d’être confinés 5 ans dans un isoloir sans écarter le rideau. Ils professent qu’il y a de la vie entre deux élections, surtout quand ils se sont trompés (aidés en cela par la clique médiatico-politique médéfienne). Le droit à l’erreur, Monsieur le président !

Les « preneurs d’otages » sont la France qui bouge, qui va de l’avant, qui trace de nouveaux chemins. Ils sont ceux que Pétain et le patronat pro-hitlérien n’ont pas su voir. Ceux devant lesquels Macron et le patronat dressent des rangées de CRS, des barricades de désinformations, des collines dures et sèches de certitudes comptables, des montagnes de préjugés des siècles passés, des Himalaya de morgue mal camouflée des castes structurellement supérieures, des rigidités de cadavres déguisés en vivants.

Les « preneurs d’otages » sont l’avenir de ce pays. Ils sont les restaurateurs de son prestige. Ils sont la France des réformes. Oui, des réformes !

SPARTACUS

EN COMPLEMENT

« Un jour, un jour » (Aragon)

Tout ce que l’homme fut de grand et de sublime
Sa protestation ses chants et ses héros
Au dessus de ce corps et contre ses bourreaux
A Grenade aujourd’hui surgit devant le crime

Et cette bouche absente et Lorca qui s’est tu
Emplissant tout à coup l’univers de silence
Contre les violents tourne la violence
Dieu le fracas que fait un poète qu’on tue

Un jour pourtant un jour viendra couleur d’orange
Un jour de palme un jour de feuillages au front
Un jour d’épaule nue où les gens s’aimeront
Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche

Ah je désespérais de mes frères sauvages
Je voyais je voyais l’avenir à genoux
La Bête triomphante et la pierre sur nous
Et le feu des soldats porté sur nos rivages

Quoi toujours ce serait par atroce marché
Un partage incessant que se font de la terre
Entre eux ces assassins que craignent les panthères
Et dont tremble un poignard quand leur main l’a touché

Un jour pourtant un jour viendra couleur d’orange
Un jour de palme un jour de feuillages au front
Un jour d’épaule nue où les gens s’aimeront
Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche

Quoi toujours ce serait la guerre la querelle
Des manières de rois et des fronts prosternés
Et l’enfant de la femme inutilement né
Les blés déchiquetés toujours des sauterelles

Quoi les bagnes toujours et la chair sous la roue
Le massacre toujours justifié d’idoles
Aux cadavres jeté ce manteau de paroles
Le bâillon pour la bouche et pour la main le clou

Un jour pourtant un jour viendra couleur d’orange
Un jour de palme un jour de feuillages au front
Un jour d’épaule nue où les gens s’aimeront
Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche.

ARAGON

Par jean Ferrat : https://www.youtube.com/watch?v=rvWu5cEIMg8

URL de cet article 33236
   
AGENDA
jeudi 14 novembre 2019
vendredi 15 novembre 2019
vendredi 15 novembre 2019
samedi 16 novembre 2019
lundi 18 novembre 2019
lundi 18 novembre 2019
mardi 19 novembre 2019
jeudi 21 novembre 2019
vendredi 22 novembre 2019
samedi 23 novembre 2019
dimanche 24 novembre 2019
samedi 30 novembre 2019
samedi 14 décembre 2019
Même Thème
Maurice Tournier. Les mots de mai 68.
Bernard GENSANE
« Les révolutionnaires de Mai ont pris la parole comme on a pris la Bastille en 1789 » (Michel de Certeau). A la base, la génération de mai 68 est peut-être la première génération qui, en masse, a pris conscience du pouvoir des mots, a senti que les mots n’étaient jamais neutres, qu’ils n’avaient pas forcément le même sens selon l’endroit géographique, social ou métaphorique où ils étaient prononcés, que nommer c’était tenir le monde dans sa main. Une chanson d’amour des Beatles, en fin de compte très (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Lorsque la vérité est remplacée par le silence, le silence devient un mensonge. »

Yevgeny Yevtushenko


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.