RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
12 

Maria Zakharova remet à sa place le straussien Blinken et ses ultimatums

Oui, les temps ont changé, pas toujours en mal d’ailleurs.

La Russie et la Chine occupent lentement mais avec justesse le Goban face à une écurie occidentale, celles des mondialistes, qui persévère toujours et encore à vouloir avancer sur les cases de son jeu de dadas.

De toute évidence, c’est le jeu de Go qui se développe en faveur du camp multipolaire, soit le camp complexe parce qu’humain aux variables infinies et ajustables. Alors que pour les Étasuniens, les Britanniques, les Macron et les Scholz, le scénario devient complexe avec trois points de surchauffe, surchauffés précisément grâce à ces joueurs, la Syrie, l’Ukraine et maintenant Israël et le territoire palestinien, sur le Golan, de nouveaux pions s’associent et se solidifient, réduisant en cela dramatiquement les avancées géopolitiques euro-américaines des cinq derniers siècles qui se sont faites principalement au détriment des populations locales (colonialisme).

Cela se passe en Amérique du Sud et en Amérique centrale. Ce n’est pas le résultat d’une colère passagère de quelques pays mais bien l’avancée de politiques internationales très bien pensées depuis longtemps, mesurées, adaptées et partagées sur le terrain.

Cela se traduit le 30 octobre par une réponse claire et nette de Maria Zakharova, Directrice du Département de l’information et de la presse du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, au straussien Blinken, secrétaire d’État, qui lançait de nouveau un ultimatum à la Russie, justement par rapport à l’Amérique latine.

Il semblerait qu’au moins les straussiens d’origine ukrainienne tels que Blinken et Victoria Nuland doivent filer doux avec la Russie.

Personnellement, ces mouvements sur le Golan me plaisent.

Vous en pensez quoi ?

Le bon augure du Nouvel Ordre Mondial ?

Une nouvelle crise de Cuba de plus grande échelle encore ?

Qu’en est-il plus précisément ?

Bertrand Hédouin

*
Les États-Unis ont adressé un nouvel ultimatum à la Russie.

La réponse ne s’est pas fait longtemps attendre et a été gracieuse.

Les États-Unis ont encore une fois, à leur manière, exigé de la Russie sous forme d’ultimatum qu’elle annule sa décision de regrouper des pays d’Amérique latine pour former un bloc militaire sous son commandement sous le nez des États-Unis.

Néanmoins, la Russie a clairement fait savoir qu’elle ne permettait pas que l’on s’adresse à elle de la sorte, que tout ultimatum prodigué à son égard n’était qu’acte stupide qui ne mènerait à rien. Cette fois, c’est la représentante du ministère des Affaires étrangères de la Russie, Maria Zakharova, à qui est échu l’honneur de répondre en toute grâce.

Sa réponse a été extrêmement forte et a provoqué une véritable hystérie au sein du département d’État (le ministère des Affaire étrangères des États-Unis – NdT) où l’on n’est absolument pas accoutumé à ce qu’on leur parle sur un tel ton.

« Vous n’avez pas le droit. Les États-Unis ne vous autorisent pas ! » (©Energofiksik)

Les Étasuniens sentent le souffle des Russes pas loin.

Les événements dans le monde se développent aujourd’hui très rapidement. Ils se sont encore accélérés quand le président vénézuélien Nicolás Maduro a déclaré qu’allait être formé en Amérique latine un bloc militaire pour lequel allait jouer un rôle-clef précisément Moscou.

Sont censés être membres du bloc en formation le Venezuela, le Brésil, Cuba, l’Uruguay et le Nicaragua. Cette nouvelle a semé la panique au département d’État.

La réaction de Washington ne s’est pas fait longtemps attendre. Voilà ce qu’a déclaré à ce propos Antony Blinken :

« Moscou doit mettre un terme au projet de bloc militaire sur le continent américain. Aucune alliance militaire sans la participation et le commandement des États-Unis n’est ici tolérable. La déclaration que nous faisons aujourd’hui est un ultimatum. Si Moscou ne l’entend pas ainsi, Washington passera à des mesures plus sévères. C’est notre dernier avertissement. Nous conseillons vivement à tous les membres du projet de bloc militaire de renoncer à la réalisation du projet ».

Cependant, ils ne disent pas quelles sont les mesures sévères qu’ils allaient prendre. Certainement parce qu’en fait, ils n’ont plus de levier de pression à appliquer sur la Russie.

Mais la chose la plus remarquable est autre.

Après le discours enflammé de Blinken adressé au bloc sous la direction de la Russie, l’Argentine et le Mexique ont exprimé leur souhait de rejoindre la nouvelle organisation ! Beaucoup se demandent comment Moscou va réagir à toutes ces déclarations très médiatisées.

Cette fois, c’est Maria Zakharova qui a eu l’honneur de répondre à cette attaque. Elle a déclaré ce qui suit :

« La Fédération de Russie ne comprend pas le langage des ultimatums. Washington peu en lancer à ceux qui le permettent, mais pas à nous. À plusieurs reprises, nous avons indiqué aux États-Unis que nous ne pouvions admettre l’organisation de blocs militaires le long des frontières de la Russie, mais les États-Unis en réponse n’ont fait que nous rire à la figure. Aujourd’hui est venu notre tour de rire à la face des États-Unis ».

En outre, Maria Zakharova a également ajouté que ce serait une véritable leçon pour les États-Unis. En effet, parmi les pays dits civilisés, il est de coutume de construire des relations fondées sur le respect des intérêts de chacun.

Il fallait écouter Moscou quand elle expliquait ses propres intérêts. Maintenant, vous ne pouvez plus vous offenser. La Russie va à son tour « prendre les États-Unis au cou ».

Effectivement, ses propos ont été brillants. Cependant, les États-Unis sont incapables de mesurer leur ampleur. Une véritable hystérie a vu le jour dans les médias pro-étasuniens qui affirment que personne n’est autorisé à parler de la sorte avec leur pays.

Après tout, les États-Unis ne font que récolter les fruits de leur politique qui a déjà de longues années. Ça n’est rien de plus.

La suite va être encore plus intéressante.

»» https://reseauinternational.net/maria-zakharova-remet-a-sa-place-le-st...
URL de cet article 39073
  

Même Thème
L’Etat voyou
William BLUM
Quatrième de couverture « Si j’étais président, j’arrêterais en quelques jours les attaques terroristes contre les États-Unis. Définitivement. D’abord, je présenterais mes excuses à toutes les veuves, aux orphelins, aux personnes torturées, à celles tombées dans la misère, aux millions d’autres victimes de l’impérialisme américain. Ensuite, j’annoncerais aux quatre coins du monde que les interventions américaines dans le monde sont définitivement terminées, et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51e (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"L’un des grands arguments de la guerre israélienne de l’information consiste à demander pourquoi le monde entier s’émeut davantage du sort des Palestiniens que de celui des Tchétchènes ou des Algériens - insinuant par-là que la raison en serait un fonds incurable d’antisémitisme. Au-delà de ce qu’il y a d’odieux dans cette manière de nous ordonner de regarder ailleurs, on peut assez facilement répondre à cette question. On s’en émeut davantage (et ce n’est qu’un supplément d’indignation très relatif, d’ailleurs) parce que, avant que les Etats-Unis n’envahissent l’Irak, c’était le dernier conflit colonial de la planète - même si ce colonisateur-là a pour caractéristique particulière d’avoir sa métropole à un jet de pierre des territoires occupés -, et qu’il y a quelque chose d’insupportable dans le fait de voir des êtres humains subir encore l’arrogance coloniale. Parce que la Palestine est le front principal de cette guerre que l’Occident désoeuvré a choisi de déclarer au monde musulman pour ne pas s’ennuyer quand les Rouges n’ont plus voulu jouer. Parce que l’impunité dont jouit depuis des décennies l’occupant israélien, l’instrumentalisation du génocide pour oblitérer inexorablement les spoliations et les injustices subies par les Palestiniens, l’impression persistante qu’ils en sont victimes en tant qu’Arabes, nourrit un sentiment minant d’injustice."

Mona Chollet

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.