RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Que s’est-il passé le 7 octobre au Proche-Orient ?

On en sait un peu plus sur la tuerie qui a ému le monde entier et qui a donné un bon prétexte au gouvernement israélien pour bombarder Gaza.

Le quotidien Israélien Haaretz a affirmé que presque la moitié des Israéliens tués appartenaient en fait à l’armée ou à la police. Selon les sources officielles israéliennes et les médias occidentaux, 1 400 civils israéliens, dont des bébés, des enfants et des femmes, auraient été tués le 7 octobre.

Le 23 octobre, Haaretz a publié une liste de 683 Israéliens tués, dont 331 soldats et officiers, 13 membres des services de secours et 339 civils.

Officiellement, aucun enfant de moins de trois ans n’a péri dans l’attentat. En revanche, six enfants de quatre à sept ans et neuf âgés de dix à dix-sept ans sont morts ce jour-là.

En représailles, à ce jour, 5 791 Palestiniens, dont 2 360 enfants et 1 292 femmes ont été tués. On compte par ailleurs 18 000 blessés.

1 500 combattants palestiniens, sous les couleurs du Hamas, ont franchi la frontière Gaza-Israël. Sans oublier des combattants appartenant au Jihad Islamique Palestinien (PIJ) et des combattants n’appartenant à aucune milice organisée.

Aviva Klompas, précédemment membre de la délégation israélienne à l’ONU, fut la première à évoquer, le 7 octobre, des viols commis sur des filles israéliennes. Le 8 octobre, Newsweek ne mentionnait aucune violence sexuelle. Cela n’empêcha pas le président Biden de parler de « femmes violées, agressées et exhibées comme des trophées ».

Lorsque l’armée israélienne a mentionné des décapitations, des amputations de membre et des viols, l’agence Reuters a indiqué qu’aucune preuve de ce type de forfait n’avait été apportée. Le président Biden lui-même déclara qu’aucune preuve de la décapitation de 40 bébés n’avait été fournie.

L’opération du Hamas visait, selon les dires de l’organisation, à faire un maximum de prisonniers israéliens afin de les échanger contre les 5 300 prisonniers palestiniens – dont de nombreuses femmes et enfants – détenus en Israël. Á ce jour, 38 prisonniers ont été échangés.

L’histoire dira si l’armée israélienne a tué des prisonniers, si elle a bombardé à l’aveugle, si elle a pris des Israéliens pour des Palestiniens. Comme à Ascalon le 8 octobre quand des soldats de Tsahal ont proféré des insultes contre le cadavre d’un « combattant du Hamas » qui n’était autre qu’un de leurs compatriotes…

Pendant ce temps, les populations civiles de Gaza sont bombardées continument et de manière indiscriminée par une des cinq meilleures armées au monde. Á ce jour, au moins 200 000 civils ont dû quitter leurs habitations, de manière peut-être irréversible. Au nom des « atrocités » commises par le Hamas.

Source.

URL de cet article 39074
  

Même Auteur
Thomas Frank. Pourquoi les pauvres votent à droite ? Marseille : Agone, 2008.
Bernard GENSANE
Rien que pour la préface de Serge Halimi (quel mec, cet Halimi !), ce livre vaut le déplacement. Le titre d’origine est " Qu’est-ce qui cloche avec le Kansas ? Comment les Conservateurs ont gagné le coeur de l’Amérique. " Ceci pour dire que nous sommes en présence d’un fort volume qui dissèque les réflexes politiques, non pas des pauvres en général, mais uniquement de ceux du Kansas, dont l’auteur est originaire. Cela dit, dans sa préface, Halimi a eu pleinement raison d’élargir le débat et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’athéisme est une négation de Dieu, et par cette négation, il pose l’existence de l’homme.

Karl Marx

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.