RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Menace Insolite (correo del orinoco)

“…La lutte pour la reconnaissance est donc à la vie ou à la mort…” (Hegel)

Ce n’est pas ordinaire, elle ne se produit pas souvent et ne fait pas partie des nombreuses menaces potentielles qui nous entoure. A-t-il fallu 15 ans pour que les Etats-Unis se rendent compte que le Venezuela était une menace inhabituelle ? Pourquoi le Service d’Intelligence « gringo » ne l’a pas remarqué avant ? Pourquoi les services de sécurité de ce pays n’ont-ils pas répondu aux « intérêts nationaux » des années plus tôt ?

Avoir établi l’égalité dans les relations entre les Etats-Unis et le Venezuela serait-il l’élément déclencheur de cette absurdité nord-américaine ? Peut-être est-il « inhabituel » qu’un pays du "Nouveau Monde" enjoigne les États-Unis à respecter la Convention de Vienne. Il ne doit pas être très ordinaire pour la Maison Blanche de se trouver face à un gouvernement dont la vocation souveraine émet des réponses à la hauteur de celles émises par Washington.

J’imagine que dans le manuel du renseignement américain, le cas de la Révolution Bolivarienne est un cas "habituel", dont l’infiltration d’agents et le financement de groupes d’opposition subversifs n’étaient qu’une « procédure classique ».

Le président Barack Obama, avec son action « inhabituelle » nous montre qu’il a perdu la raison, et la froideur qui définit souvent le Département d’Etat nord-américain, se déplace désormais à un rythme « inhabituel ».

La perte de leur leadership dans « Notre Amérique » est une variable qui a précipité la décision du prix Nobel. L’unilatéralisme nord-américain caractérise son isolement dans le monde par rapport au Venezuela. Pourquoi ne pas discuter de la situation du Venezuela au Conseil de Sécurité ?

Obama brouille les possibilités américaines de gagner les élections dans les pays du « Nouveau Monde » au cours des années à venir. Le Département d’Etat est sur le point de générer un front anti-impérialiste aux dimensions destructives pour l’empire lui-même, et qui pourrait même commencer au sein des forces armées américaines.

L’unité du Venezuela est tout ce qui peut nous guider en ce moment. Le Président Nicolas Maduro fait ce qu’il faut, il lutte comme David, contre un empire qui cherche notre disparition en tant que nation bolivarienne.

César Gabriel Trómpiz

Vice-ministre de l’Agenda et du Conseil Présidentiel du Venezuela et Président (E) de Fundayacucho

»» http://www.correodelorinoco.gob.ve/nacionales/amenaza-inusual-opinion/...
URL de cet article 28212
  

Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

En 2001, on nous a dit que la guerre en Afghanistan était une opération féministe. Les soldats US libéraient les femmes afghanes des talibans. Peut-on réellement faire entrer le féminisme dans un pays à coups de bombes ?

Arundhati Roy

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.