RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Mon beau navire ô ma mémoire

Le journal Le Monde du 26 juillet 2012 titrait, dans sa rubrique économie :

L'industrie du luxe affiche une croissance rutilante

Tout le monde le sait, nul ne le conteste et chacun est appelé à s’en réjouir.

L’annonce du fabuleux contrat de un milliard d’euros passé avec le STX France pour la construction d’un paquebot géant qui sauve les Chantiers de Saint-Nazaire de la faillite, est reprise en choeur par la Presse, même si maintenant s’y ajoute le petit bémol des protestations de la Finlande.

La question sera cependant à revoir dans quatre ans pour ceux dont le travail est assuré dans l’immédiat.

Il y a fort à parier que les bénéficiaires des croisières "offertes" sur ce genre d’unité d’un luxe inouï paraît-il pour les meilleures classes, ne sont pas destinées à la masse des travailleurs des Chantiers et de leurs sous-traitants.

A quoi certains objectent :

Le gros des troupes qui s’offrent une croisière sur ces luxueux navires est constitué de consommateurs de la classe stabilisante financée sur les revenus du capital : classes moyennes, petite bourgeoisie, fonctionnaires (les enfants des prolétaires des trente Glorieuses), bref l’électorat de gauche socialiste et Fdg.
Aux États-Unis on peut faire une croisière d’une semaine entre Los Angeles, Catalina, Baja, California pour à peine 200 dollars.

Néanmoins, il est possible de s’appuyer sur ce cas particulier éclatant pour dessiner à grands traits l’avenir social-libéral tel qu’il se prépare et les pieuses pensées qui l’accompagnent.

Les voici : Il faut souhaiter avec le pouvoir la consolidation de l’ordre social actuel dans lequel tout le monde devrait être heureux, à la fin de l’année 2013, au plus tard en 2017, parce que tout le monde y trouve son compte, l’ordre social du gagnant-gagnant.

- Les salariés qui travaillent à la production de produits de luxe pour les exploiteurs et leur clientèle électorale pendant que, les moyens des premiers se restreignant par une volonté politique la conséquence immédiate est que la production des produits de première nécessité périclite .

- Leurs exploiteurs : d’abord parce qu’ils récupèrent grâce aux croisières une partie de ce qu’ils ont avancé pour l’entretien de la classe des petits-bourgeois, mais aussi parce qu’ils jouissent eux-mêmes du produit du travail de leurs salariés en faisant des croisières haut de gamme, sur d’autres bateaux peut-être, ou sur leurs yachts, montre Rolex au poignet, valise Vuitton dans la cabine, Champagne Dom Perignon millésimé sur la table et Lamborghini ramenée au garage par le chauffeur, pendant que les besoins des salariés doivent se restreindre.

Création ou maintien d’emplois, quand ce n’est pas le chômage, pour l’entretien d’une vie rabougrie à un pôle, et consommation effrénée des produits haut de gamme sués par les travailleurs à l’autre.

Mon beau navire ô ma mémoire, avons-nous assez navigué sur une mer mauvaise à boire.

Laissons donc la parole... au poète :

Travail pour les uns, luxe pour d’autres... et volupté pour tout le monde.

URL de cet article 18810
  

RÉSISTANCES AU TRAVAIL
Stephen BOUQUIN
Stephen Bouquin (coordination) Louis-Marie Barnier, José Calderón, Pascal Depoorter, Isabelle Farcy, Djordje Kuzmanovic, Emmanuelle Lada, Thomas Rothé, Mélanie Roussel, Bruno Scacciatelli, Paul Stewart Rares sont les romans, même de science-fiction, fondés sur l’invraisemblance. Il en est de même avec les enquêtes en sciences sociales. Il existe néanmoins des vraisemblances négligées. Les résistances au travail en font partie. Le management contemporain a beau exalter l’individualisme, il exige en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Un écrivain doit désormais être un homme d’action... Un homme qui a consacré un an de sa vie aux grèves dans la métallurgie, ou aux chômeurs, ou aux problèmes du racisme, ou qui n’a pas perdu son temps. Un homme qui sait où est sa place. Si vous survivez à une telle expérience, ce que vous raconterez ensuite sera la vérité, la nécessité et la réalité, et perdurera.

Martha Gellhorn, 1935

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.