RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Noam Chomsky : Tout lecteur d’Orwell reconnait bien les manœuvres des Etats-Unis

Noam Chomsky, philosophe et professeur de linguistique au Massachusetts Institute of Technology a partagé son opinion sur l’agissement des grands médias américains au cours d’une interview accordée à la chaîne RT.

Les principaux médias étasuniens répètent inlassablement que les responsables politiques veulent que le public sache tout au sujet des affaires globales, a dit l’historien Noam Chomsky à RT. Pour les dirigeants étasuniens, les sources d’informations « qui ne relaient pas la propagande étasunienne ne sont pas acceptables », a-t-il dit.

La culpabilité de l’Occident – pour ne pas citer les Etats-Unis – vis à vis des affaires internationales, telles que le conflit ukrainien ou les tensions avec l’Iran, c’est encore un concept qui n’est pas concevable pour les grands médias américains, a expliqué Chomsky en ajoutant que l’opinion mondial importe peu si cette opinion va à l’encontre de la stratégie américaine.

« L’Occident, c’est les Etats-Unis et tous les pays suiveurs », a-t-il indiqué. « Ce qu’on appelle la communauté internationale aux Etats-Unis, c’est le gouvernement étasunien et tous ceux qui sont d’accord avec sa politique. Prenons exemple la question de l’Iran et de son droit de mettre en œuvre ses politiques nucléaires, quelles qu’elles soient. La ligne communément tenue par la communauté internationale c’est d’être contre. Qu’est-ce que c’est la communauté internationale ? C’est ce que Washington décide ».

« Tout lecteur de George Orwell connaître parfaitement tout ceci. Mais cela se passe de commentaire », a souligné Chomsky.

Les remarques de Chomsky ont été publiées une semaine avant une audience du Congrès appelée officiellement « Confronter la militarisation russe de l’information ». Après la réunion, le président de la commission des affaires étrangères de la Chambre américaine Ed Royce a dit « les médias russes divisent les sociétés à l’étranger, cela représente une militarisation de l’information ».

Le philosophe et professeur émérite de linguistique au Massachusetts Institute of Technology a souligné « si ils étaient éventuellement capables d’honnêteté », M. Royce aurait tout aussi bien pu parler des médias étasuniens. Le professeur Chomsky a pris l’exemple récent de l’article du New York Times qui a énuméré les raisons de ne pas faire confiance à l’Iran en ce qui concerne l’accord de principe sur son programme nucléaire.

« L’exemple le plus intéressant, ce sont les allégations selon lesquelles l’Iran déstabilise le Moyen-Orient parce qu’il soutient des milices qui ont tué des soldats étasuniens en Irak », a expliqué Chomsky dans une interview au correspondant de RT Alexeï Yaroshevsky.

« C’est un peu comme si, en 1943, la presse nazie avait accusé le Royaume-Uni de déstabiliser l’Europe parce qu’elle avait soutenu des partisans ayant tué des soldats allemands. Autrement dit, quand les Etats-Unis envahissent l’Irak, assassinent une partie de son peuple, détruisent le pays, provoquent des conflits sectaires qui sont maintenant en train de déchirer toute cette région, c’est ce qu’on appelle stabilisation. Si quelqu’un résiste c’est de la déstabilisation.

Chomsky a également qualifié de propagande médiatique les récentes tractations du président américain Barack Obama sur Cuba, après avoir considéré le pays comme un état terroriste pendant de longues années, et lui avoir imposé un blocus draconien.

« Les faits sont très clairs. Nous vivons dans une société ouverte et libre, nous avons facilement accès à de nombreux documents internes. Nous savons ce qui est arrivé. L’administration Kennedy a lancé une grave guerre terroriste contre Cuba. C’est un des facteurs qui a conduit le pays vers la crise des missiles. Une invasion du pays était prévue en octobre 1962, mais rien ne mentionnant ceci n’est permis [aux Etats-Unis]. La seule chose qui peut être mentionnée c’est les tentatives d’assassinat sur Fidel Castro. Et celles-ci peuvent être taxées par la CIA de fantaisies. Mais la guerre terroriste en elle-même était très sérieuse ».

Barack Obama n’a pas changé de cap sur la politique de Cuba en vertu de la liberté et de la démocratie, comme il l’affirme aux médias étasuniens, a-t-il dit.

« Il n’y a rien de noble dans tout ça, juste la reconnaissance par Obama que les Etats-Unis se sont mis à la marge de la scène internationale sur ce sujet », a-t-il dit. « Mais vous ne pouvez pas en parler aux Etats-Unis. C’est de l’information publique, il n’y a rien de secret, tout est accessible au public, mais on n’en parle pas. Quand Washington envahit un autre pays et que l’autre pays résiste, ce n’est pas celui qui résiste qui commet le crime, mais bien l’envahisseur ».

Quant à la loi internationale, Chomsky a indiqué qu’elle « peut marcher uniquement dans les limites admises par les grandes puissances ». Au-delà, elle est inutile. Ainsi, la loi internationale n’est donc qu’une illusion si le gouvernement américain choisit en fonction de ce qui l’arrange les règles qui doivent normalement s’appliquer à tous ?

« La loi internationale ne peut pas être appliquée à l’encontre des grandes puissances », a expliqué l’historien. Aucun mécanisme d’application n’existe. Regardez comment la Cour pénale internationale a mené une enquête et a condamné les dirigeants africains que les Etats-Unis n’aimaient pas. Le principal crime de ce nouveau millénaire est sans aucun doute l’invasion étasunienne de l’Irak. Est-ce que la Cour peut entamer une procédure à ce sujet ? C’est au-delà de l’inconcevable.

L’historien a expliqué que ce qu’on appelle le rêve américain et la démocratie étasunienne sont en « sérieuse régression », l’ascenseur social étant parmi les plus grippés des nations les plus riches. Il a aussi indiqué qu’officiellement, le gouvernement américain continue d’appliquer un vernis de démocratie, mais les réelles manifestations de démocratie, elles, déclinent.

« Essentiellement, la majorité de la population est privée de droit de vote », a souligné Noam Chomsky en faisant référence à un récent sondage. « Les représentants ne font pas grand cas des préoccupations de leur base. Pour être entendu il faut avoir de l’argent, plus on est haut sur l’échelle des revenus, plus on a d’influence. En haut se prennent l’essentiel des décisions. C’est plutôt de la ploutocratie que de la démocratie ».

»» http://francais.rt.com/opinions/1804-noam-chomsky-tout-lecteur#.VTKvo0...
URL de cet article 28454
  

Même Auteur
Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus troublant pour moi était la soif de meurtre témoignée par les membres de l’US Air Force. Ils déshumanisaient les personnes qu’ils abattaient et dont la vie ne semblait avoir aucune valeur. Ils les appelaient "dead bastards" et se félicitaient pour leur habilité à les tuer en masse.

Chelsea (Bradley) Manning

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.