RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


On le sait maintenant...

Dans cette émission, Pascale Clark reçoit le rappeur Disiz. Ils abordent divers sujets dont celui de Charlie. Tout est dit.

France inter

Mardi 26 mai 2015

Emission : A’ live De Pascale Clark (PC)

Invité : Disiz (D)

Ci-dessous, de 1h35 à 1h37, sur le lien, j’ai retranscrit l’extrait : http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=1101583

PC : « Est-ce que vous êtes descendu marcher dans les rues le 11 janvier ? »

D : « Non. »

PC : « Pourquoi pas ? »

D : « Parce que je ne voulais pas me sentir hypocrite. »

PC : « C’est-à-dire ? »

D : « Hé bien, hem…Quand j’ai vu qu’il y avait une récupération politique- qu’il y avait des chefs d’état quasi accusés de crime contre l’humanité des gens qui sont eux-mêmes des barrières à la liberté d’expression dans leur propre pays, je voulais tout simplement pas participer à ça. »

PC : « C’était ça la seule raison, parce que on… »

D : « Non, c’était pas la seule raison. »

PC : « …pouvait marcher parallèlement sans les voir. »

D : « Ah mais non, non, non, non. Non, parce que aussi dans la manière dont –on l’a bien vu- la manière dont cela a été filmé, après on voulait faire croire qu’ils faisaient partie du cortège alors que … pas du tout.
Déjà, ça aussi, c’est un truc que je ne comprends pas – bah, c’est-à-dire que l’angle de... donc, de celui qui décide de filmer dans ce sens là pour faire croire qu’ils font partie de ... Tout ça pour moi, ce sont les responsabilités, tout ça. »

PC : « Oui, c’est, c’est une coproduction puisque tout ça est défini…mais... »

D : « Donc tout ça, ça fait partie du truc… »

PC : « mais… »

D : « Mais aussi…. »

PC : « Mais on le sait maintenant, on est grand, on le sait… »

D : « Pourquoi on le montre… »

PC : « On est obligé de tomber dans tous les panneaux ?... »

D : « Pourquoi si on sait, pourquoi on le montre, pourquoi il y a des gens, des… le directeur d’antenne, ou je ne sais pas qui, qui dit : bah, on va continuer à faire croire que…aujourd’hui pourquoi ? »

PC : « C’est pas ‘faire croire que’, c’est un angle, ça s’appelle un angle. .. »

D : « Mmm… »

PC : « Donc un angle, c’est pas la vérité, c’est juste un angle, alors cet… »

D : « Mmm… »

PC : « …angle là est calculé comme tous les autres… »

D : « Mais vous, là, vous me parlez d’angle… »

PC : « Oui… »

D : « C’est votre métier, vous savez ça. Ma mère elle sait pas que c’est un angle. Ma mère, elle croit que c’est vrai, que les gens, ils faisaient partie du truc. Vous voyez ce que je veux dire ? Donc, c’est comme un délit d’initiés, en fait, Vous voyez ce que je veux dire. »

PC : « Non, mais ce que je vous disais tout à l’heure, Disiz, il me semble, hein… »

D : « Oui, oui… »

PC : « Donc, euh… voilà, Internet, a apporté ça, c’est que tout le monde peut aller chercher son information et je crois que c’est qu’il faut être actif, non ? »

D : « Ben, non, Ma mère, ma mère… »

PC : « Faut pas rester… »

D : « Ma mère, elle est pas forcément, elle est… »

PC : « D’accord. »

D : « …à l’aise avec internet. »

PC : « Ouais, ouais, ouais… »

D : « Pourtant ma mère elle vote ! »

PC : « Mmm… »

D : « Vous voyez ce que je veux dire, donc, euh, non, non, non, c’est pas tout le monde. »

PC : « Mais elle sait que la télé, c’est pas la vérité, vous le lui avez dit quand même, on sait… »

D : « Bah oui oui… »
« Mais, quand on est dans sa vie de tous les jours, qu’on travaille et tout ça et tout, oui, on sait que c’est pas la vérité mais on se fait quand même sont avis par rapport à ça.
Et j’y suis pas allé aussi parce que euh…pour ne pas me sentir hypocrite parce que … j’étais pas Charlie avant, j’étais pas Charlie avant, euh, mais ne pas être Charlie, ça veut pas dire que je suis contre et que j’interdis à Charlie de faire ce qu’il fait. Juste que je n’étais pas Charlie avant donc voilà. »

Retranscription par Pascal Sébire

URL de cet article 28728
   

Même Thème
La face cachée de Reporters sans frontières - de la CIA aux faucons du Pentagone.
Maxime VIVAS
Des années de travail et d’investigations (menées ici et sur le continent américain) portant sur 5 ans de fonctionnement de RSF (2002 à novembre 2007) et le livre est là . Le 6 avril 2006, parce que j’avais, au détour d’une phrase, évoqué ses sources de financements US, RSF m’avait menacé dans le journal Métro : " Reporters sans frontières se réserve le droit de poursuivre Maxime Vivas en justice". Au nom de la liberté d’expression ? m’étonné-je. Quoi qu’il en soit, j’offre aujourd’hui au libre débat (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« LIBERTE. »

George W. Bush - Janvier 2005
mot prononcé 40 fois lors de son discours d’investiture qui a duré 20 minutes,
soit une moyenne d’une fois toutes les 30 secondes...

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.