RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

On nous appelle les conteurs

Nous sommes accueillis dans des festivals, mais aussi dans des associations au coeur des quartiers, dans des villages, le plus souvent dans des lieux atypiques, parfois même confidentiels : des hôpitaux, des prisons.

Le public qui vient à notre rencontre n’est pas toujours facile à situer mais ce qui est sûr, c’est que les plus timides des spectateurs sont encourragés par cette proximité, et les plus modestes, par la gratuité qui est souvent de mise lors des soirées de contes organisées par les médiathèques ou les foyers ruraux. Sans avoir une porte trop impressionnante à franchir, on peut venir simplement s’asseoir pour entendre un conte, une légende, une épopée, une fable.

Dans certaines circonstances, ces spectateurs sont invités à raconter les histoires dont ils sont héritiers ou bien le récit de leur vie, ou la chronique de leur quartier, de leur métier, de leur épreuve - On écoute, on trace avec eux les lignes de mémoire. A travers cette écoute, ils découvrent que leur parole est précieuse.

Nous sommes conteurs pour donner vie aux mémoires collectives de toutes les cultures, pour faire résonner ensemble tous les imaginaires de la planète Terre.

Nous sommes conteurs aussi pour magnifier les paroles et les mémoires de nos contemporains, en faire miroiter le sens, tisser des liens avec les mythes, les mettre en relation avec un imaginaire plus vaste, plus intemporel. Au cours de ces rencontres, celles et ceux qui s’engagent avec nous dans cette aventure humaine de partage des mémoires nous déclarent souvent qu’ils se sentent devenir plus libres, plus dignes.

Pourtant ces lumières ne sont perçues que de proche en proche. Notre travail est invisible à l’oeil nu . Nous sommes des acteurs dans l’ombre, un petit peuple affairé à allumer des chandelles, à ajouter un grain de sel là où la vie est la plus sombre, la plus affadie.

../

Le changement de régime qui nous est imposé par le MEDEF à travers cette soi-disant réforme de l’intermittence du spectacle s’attaque de plein fouet à notre mode de travail : les longues périodes de quête, de maturation et d’appropriation des contes, le temps passé auprès des gens dont nous écoutons la parole, tout le processus d’élaboration de récits, de projets ne pourra plus être pris en compte puisque ne donnant lieu ni à contrat ni à rémunération.

La pression exercée par l’urgence de réaliser un quota d’heures rémunérées est inconciliable avec toute la part de recherche et de réflexion requise dans notre art et à terme, peut aller jusqu’à stériliser le contenu même de ce que nous avons à transmettre.

Imaginez un chef-cuisinier à qui l’on ne donnerait pas le temps d’aller chez ses producteurs voir, toucher et sentir les ingrédients dont il fera ses spécialités. Imaginez le, condamné à cuisiner toujours les mêmes plats faute de pouvoir en imaginer de nouveaux, perdant ainsi sa clientèle au moment même où il lui est demandé de produire et reproduire pour prouver en permanence que son art est rentable.

Cette courte vue participe de la logique financière et de la dérive gestionnaire d’une politique ulcérée par les artistes, par les chercheurs scientifiques et au delà , par tous ceux qui sont étrangers au critère de profit visible immédiat et garanti.

Il s’agirait donc d’étouffer une certaine richesse pour en économiser l’entretien. De tuer une poule vorace et bruyante pour économiser le grain et manger les oeufs en silence.

Non, nous ne garantissons rien, rien de notre recherche n’est visible à l’oeil nu et pourtant par ce petit rien nous pouvons un jour illuminer la vie de quelqu’un.

Cette lumière n’a pas de prix.

C’est par colère contre ce qui nous menace et par ferveur pour ce qui nous anime que nous continuons cette lutte qui est à la hauteur du risque encouru et de la détermination de notre engagement d’artistes.

25 Juillet 2003

Fabienne Thiéry conteuse

La Parole Fertile

Contact

Source : Indy Paris

URL de cet article 908
  

Chroniques bolivariennes : Un voyage dans la révolution vénézuelienne
Daniel Hérard, Cécile Raimbeau
Après la mort d’Hugo Chávez, que reste-t-il de la révolution vénézuélienne, de ce « socialisme du XXIe siècle » ? Ses obsèques grandioses, pleurées par des foules pendant plusieurs jours et honorées par de nombreux chefs d’État, ont contrasté avec les critiques virulentes dont il avait fait l’objet dans les médias occidentaux. Cécile Raimbeau et Daniel Hérard nous entraînent au cœur de cette révolution pacifique, à la rencontre de la base, des supporters de Chávez. Ils les écoutent et les photographient, en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Honte à tous ceux à gauche qui ont tourné le dos à Assange. J’ai vu ce que vous avez fait, bande d’enfoirés.

Daniel Fooks

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.