RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

On se calme, le nouveau F-35 veille sur notre avenir (Il Manifesto)

En Italie, la crise économique a frappé surtout les jeunes, dont un million ont perdu leur travail dans les trois dernières années. Les préoccupations concernant l’avenir augmentent donc. Pas de panique, Lockheed Martin pense à eux et à leurs enfants : « Protéger les générations de demain -assure-t-on dans sa publicité- signifie s’engager pour la cinquième génération d’aujourd’hui ». On fait ici référence au F-35 Lightning II, « l’unique aéroplane de cinquième génération en mesure de garantir la sécurité des nouvelles générations ».

Ils ont donc été clairvoyants ces gouvernements qui ont décidé de faire participer l’Italie à la réalisation de ce chasseur (d’abord dénommé Joint Strike Fighter) de la firme étasunienne Lockheed Martin. Avec le soutien d’une union bipartisane, le premier mémorandum d’accord fut signé au Pentagone en 1998 par le gouvernement D’Alema ; le second, en 2002, par le gouvernement Berlusconi ; le troisième, en 2007, par le gouvernement Prodi. Et en 2009, c’est de nouveau un gouvernement Berlusconi qui a délibéré l’achat de 131 chasseurs qui, à dire la vérité, avait déjà été décidé par le gouvernement Prodi. L’Italie participe au programme du F-35 en tant que partenaire de second niveau, en contribuant au développement et à la construction du chasseur.

Plus de vingt industries italiennes y sont impliquées : Alenia Aeronautica, Galileo Avionica, Datamat et Otomelara de Finmeccanica et autres parmi lesquelles Piaggio. Dans les établissements Alenia seront produites plus de mille ailes du F-35. Près de l’aéroport militaire de Cameri (Novara) sera réalisée une chaîne d’assemblage et d’essai des chasseurs pour les pays européens, qui sera ensuite transformée en centre de manutention, révision, réparation et modification. Dans ce but plus de 600 millions d’euros ont été alloués, en présentant cela comme une grande affaire pour l’Italie. Mais on ne dit pas combien vont coûter les rares postes de travail créés dans cette industrie guerrière. On ne dit pas que, tandis que les milliards des contrats pour le F-35 entreront dans les caisses d’entreprises privées, les milliards pour l’achat des chasseurs sortiront des caisses publiques.

Pour participer au programme, l’Italie s’est engagée à verser un milliard d’euros, à quoi s’ajoutera la dépense pour l’achat des 131 chasseurs. En l’état actuel des choses, cette dépense peut être évaluée à environ 15 milliards d’euros. On devra en outre considérer que l’aéronautique est en train de faire aussi l’acquisition d’une centaine de chasseurs Eurofighter Typhoon, construits par un consortium européen, dont le coût actuel est quantifiable à plus de 10 milliards d’euros. Et, comme il advient pour tous les systèmes d’armes, le F-35 finira par coûter plus que prévu.

Le prix des premiers chasseurs produits -informe la Cour des comptes USA- s’est avéré être quasiment le double de celui prévu. Le coût total du programme, prévu à 382 milliards de dollars pour 2.443 chasseurs qui seront achetés par les USA et par huit partenaires internationaux, sera donc beaucoup plus haut. Même le sénateur John McCain, réputé « faucon », a qualifié de « honteux » le fait que le prix des 28 premiers avions dépasse de 800 millions de dollars celui initialement prévu. Personne ne sait avec exactitude combien va coûter le F-35. Lockheed Martin avait parlé d’un prix moyen de 65 millions par avion, selon la valeur 2010 du dollar, mais il a ensuite été précisé que le prix ne comprenait ni le moteur ni les très coûteux systèmes électroniques et à infrarouge (ce qui équivaut à aller acheter une voiture, en découvrant que ni le moteur ni les instruments électroniques ne sont inclus dans le prix).

L’Italie s’est donc engagée à acheter 131 chasseurs F-35 sans savoir quel en sera le prix final. Parce que, aussi, il varie selon les variantes : à décollage/atterrissage conventionnel, pour les porte-avions, et à décollage court/atterrissage vertical. L’Italie en achètera 69 de la première variété et 62 de la troisième, qui seront aussi utilisés pour le porte-avions Cavour. Et, une fois achetés, elle devra payer d’autres milliards pour les moderniser avec les systèmes que Lockheed produira. Un puits sans fond, qui va engloutir un autre argent public, en faisant croître la dépense militaire, qui se monte déjà à 25 milliards d’euros annuels.

On ne peut pas avoir l’illusion que le gouvernement Monti change de cap, en larguant l’Italie de ce très coûteux programme. L’amiral Di Paola, aujourd’hui ministre de la défense, est le plus grand souteneur du F-35 : ce fut lui qui, en habit de directeur national des armements, signa au Pentagone, le 24 juin 2002, le mémorandum d’entente qui engageait l’Italie à participer au programme comme partenaire de second niveau. Et le F-35 Lightning (Foudre) -qui, assure Lockheed, « comme la foudre frappe l’ennemi avec sa force de destruction et de façon inattendue »- est le système d’arme idéale pour la stratégie énoncée par Di Paola quand il était chef d’état-major de la défense : transformer les forces armées en un « instrument projetable », doté d’une capacité « expeditionary » prononcée, cohérente avec le « niveau d’ambition nationale ». Que le F-35 garantira avec la « sécurité des nouvelles générations ».

Manlio Dinucci

Edition de samedi 3 décembre de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20111203/m...

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

URL de cet article 15331
  

Même Thème
Roberto Saviano. Gomorra. Dans l’empire de la camorra. Gallimard, 2007.
Bernard GENSANE
Il n’est pas inutile, dans le contexte de la crise du capitalisme qui affecte les peuples aujourd’hui, de revenir sur le livre de Roberto Saviano. Napolitain lui-même, Saviano, dont on sait qu’il fait désormais l’objet d’un contrat de mort, a trouvé dans son ouvrage la bonne distance pour parler de la mafia napolitaine. Il l’observe quasiment de l’intérieur pour décrire ses méfaits (je ne reviendrai pas ici sur la violence inouïe des moeurs mafieuses, des impensables tortures corporelles, véritable (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quelqu’un qui a avalé la propagande sur la Libye, la Syrie et le Venezuela est bête, du genre avec tête dans le cul. Quelqu’un qui a rejeté la propagande sur la Libye et la Syrie mais avale celle sur le Venezuela est encore plus bête, comme quelqu’un qui aurait sorti sa tête du cul pour ensuite la remettre volontairement.

Caitlin Johnstone

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.