RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
« les types comme moi qui ont bâti ce grand pays sont devenus inutiles »

Pédaler dans une Dépression

Vous voulez savoir qui je suis ? Laissez-moi d’abord vous dire qui j’étais.

Je suis entré dans les «  marines » à l’age de 18 ans, je suis allé au Vietnam à 19, je maniais une mitrailleuse, j’ai survécu à la chaleur et à l’humidité des montagnes du Nord Vietnam prés de la zone démilitarisée. Ma base arrière, Rockpile, était le poste le plus isolé au Vietnam à l’époque, c’est du moins ce qu’ils nous ont raconté. J’ai survécu à la guerre et une fois rentré j’ai profité des mesures de réinsertion pour les vétérans pour entrer dans l’école d’architecture de Boston, pour des cours du soir. J’ai travaillé quelques années comme ouvrier dans le bâtiment puis comme employé de bureau dans un cabinet d’architectes. Je me suis marié, je suis entré dans l’Université de l’Oregon et j’ai obtenu mon diplôme d’architecte en 1977. J’ai travaillé, déménagé plusieurs fois (pour cause des récessions), j’ai eu deux magnifiques filles, fondé un foyer, etc.

Après le Vietnam, je me suis rangé comme on dit, et j’ai suivi un parcours plutôt rectiligne, même lorsque les eaux de l’économie étaient agitées. Nous avons eu des hauts et des bas, connue des récessions, perdu notre maison et construit une autre, pour finalement nous installer à Knoxville, Tennessee, où j’ai monté mon propre cabinet d’architecte surtout parce que j’étais incapable de travailler dans un cube à côté de 400 autres architectes.

Mais en 2009 tout a changé. Voici qui je suis.

Je suis un ancien «  marine », un vétéran de la guerre du Vietnam, fou de rage et sur le point de perdre encore une fois sa maison. Vu d’ici, tout notre système financier s’est écroulé. Je veux dire par là que vous pouvez prendre les derniers quarante ou cinquante ans de «  progrès économiques » et les jeter aux orties. C’est ce qui vient de se passer. Beaucoup s’accrochent encore, en espérant une reprise. Quelque chose en sortira mais ce quelque chose n’aura rien à voir avec ce qu’il y avait avant. En 2009 ils ont changé les règles du jeu. Les emplois ont disparu, pour aller en Chine ou en Inde. Des types comme moi et ceux avant nous qui ont bâti ce grand pays sont devenus inutiles. Les ponts, les gratte-ciels, les centres industriels, les maisons, les routes, les barrages, tout ce que nous avons construit, a été balancé pour être remplacé par un «  système financier » qui n’a plus besoin de nous. Ils nous ont remplacé par des choses appelées «  produits dérivés ». L’industrie automobile était au fond du trou, les banques faisaient faillite, le chaos régnait à Wall Street, et des millions de gens n’avaient d’autre avenir que le chômage ou, pour les plus chanceux, un emploi sous payé.

Alors j’ai décidé de suivre le chemin que j’ai toujours suivi. Sans travail et fou de rage devant ce que je considérais comme le vol de mon avenir et celui de mon pays, j’ai décidé de suivre une voie alternative. Je n’avais pas échoué, c’est le système qui m’avait laissé tomber et j’étais déterminé à ne pas m’avouer vaincu mais aussi à ne pas faire une bêtise. J’avais 60 ans et d’une manière ou d’une autre le temps ferait son oeuvre sur moi. Fallait-il continuer à jouer le jeu selon les règles fluctuantes de cette insanité financière que l’on m’imposait ? Fallait-il accepter le premier emploi venu pour tenter de garder la maison que j’avais passé ma vie à rembourser ? En bref, fallait-il repartir pour un tour, aller là où on me disait d’aller et tout recommencer à 60 ans et fermer ma gueule et me pointer au travail et continuer ainsi jusqu’à ma mort ?

Merde alors, je préférerais encore me lancer à l’assaut d’une colline et tout donner pour sauver mon «  esprit », parce que c’est ce que nous avons de plus précieux. Pensez à «  Géronimo » et vous aurez une idée de pourquoi je fais ça. Une dernière goulée d’air, un dernier assaut, une dernière mission jusqu’à ce que mes forces m’abandonnent. Allais-je mourir au cours de ma tentative ? Si cela devait être le cas, je suis prêt à l’accepter. Est-ce que cela me sauvera ? Je n’en ai aucune idée. Vraiment aucune. Tout a commencé par une blague que j’ai raconté à ma femme. A force de la raconter, elle a finit par s’imposer comme une idée finalement plus sensée que tout ce qui m’entourait.

Les inégalités de la vie submergent nos existences. Au fond, nous prenons tous des décisions selon les cartes que la vie nous a distribuées. A 60 ans, j’ai décidé de défier ces cartes une dernière fois pour me libérer l’esprit.

Alors je pédale vers Whitehorse (Yukon, Canada), sur un vélo avec un paquetage de 35 kilos, pour un voyage de 5000 km. On se verra là -bas. Si j’y arrive.

John Mele
Son blog http://journeytowhitehorse.posterous.com/

via
http://www.informationclearinghouse.info/article26267.htm

Traduction VD pour le Grand Soir

URL de cet article 11351
  

Même Thème
Les enfants cachés du général Pinochet - Précis de coups d’Etat modernes et autres tentatives de déstabilisation
Maurice LEMOINE
Le 15 septembre 1970, onze jours après l’élection de Salvador Allende, le président Richard Nixon, en 15 minutes lors d’une réunion avec Henry Kissinger, ordonne à la CIA de « faire crier » l’économie chilienne. Le 11 septembre 1973, Allende est renversé… En 1985, Ronald Reagan déclare que le Nicaragua sandiniste « est une menace pour les Etats-Unis » et, le 1er mai, annonce un embargo total, similaire à celui imposé à Cuba. Depuis le Honduras et le Costa Rica, la « contra », organisée et financée par la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous faisons semblant de ne pas comprendre le lien entre notre confortable niveau de vie et les dictatures que nous imposons et protégeons par une présence militaire internationale.

Jerry Fresia

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.