Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

31 

Pour des négociations publiques et filmées... (qui sera pour, qui sera contre ?)

Je rebondis sur un incident récent autour d’un « représentant » des Gilets Jaunes, convié à Matignon, et qui est aussitôt reparti faute d’avoir obtenu que l’entretien soit « retransmis en direct à la télévision ». En voilà une idée qu’elle est bonne. En effet, depuis quelques temps déjà, il m’arrive d’animer des ateliers pour – en particulier – des syndicalistes. Ces ateliers portent plus précisément sur la bataille des idées et les médias en général. Et parmi les modestes suggestions que j’offre à des militants généralement plus aguerris que moi, est celle de refuser de participer à des négociations à huis-clos. Ceci pour plusieurs raisons.

La première est le constat que la « base » n’a le plus souvent aucune idée précise de ce qui se passe lors de ces mythiques « négociations ». Encore moins des rapports que les « négociateurs » d’en face, qu’ils représentent le gouvernement ou le patronat, tentent d’instaurer lors de ces séances loin des yeux et des oreilles de la population. Des séances qui feront ensuite l’objet de « comptes-rendus » présentés par les participants et répercutés par les médias. Des médias par ailleurs très majoritairement acquis au(x) pouvoir(s), lorsqu’ils n’en sont pas la propriété.

Car, dans les coulisses de ces pièces de théâtre sur-jouées avec toutes les variations, la réalité est plus crue.

Prenez par exemple une grande entreprise. Un conflit social éclate. Les représentants du personnel et les représentants de la direction se retrouvent face-à-face pour des « négociations ». Derrière ce terme de « négociation » se cache un ballet chorégraphié d’avance. Vous avez d’un côté des travailleurs engagés, le plus souvent avec des cœurs « gros comme ça », avec plusieurs années d’ancienneté et une représentativité - et donc légitimité - certaines, qui se retrouvent face à... quoi, exactement ? Pas compliqué (et corrigez moi si je me trompe) : en face d’eux, on trouvera des « connards de HEC (ou l’équivalent) », fraîchement débarqués, entre deux promotions, sans pouvoir de décision et pour qui l’enjeu réel n’est qu’une ligne de plus sur leur CV. Ils ne sont pas là pour faire avancer quoi que ce soit mais pour faire de la figuration.

Ils ont aussi eu tout le temps et moyens nécessaires pour préparer leur dossier. Ils usent et abusent de codes de langage et de techniques de communication apprises dans leurs écoles ou lors de séminaires. Ils savent faire semblant d’écouter. Ils savent comment faire enliser une réunion. Ils savent comment faire se dresser le représentant de telle organisation contre celui de telle autre.

Le déséquilibre dans ce face-à-face est flagrant. Le non-sens aussi. La réalité crue est qu’il ne s’agit que très rarement de « négociations », au sens où vous et moi l’entendons. Alors pourquoi se fatiguer à faire semblant ?

La deuxième est que l’écrasante majorité des travailleurs n’ont pas vraiment une idée de ce qui se passe en coulisses, ni de ce que subissent leurs représentants lors de ces réunions, sans parler de l’attitude de ceux d’en face. Présenté autrement : on ne sait à qui on a réellement affaire que lorsqu’on le voit réellement à l’oeuvre.

Et c’est suite à ces constats que l’idée a germé : exiger que les séances soient filmées et accessibles au public (réseaux sociaux ou autre). Les travailleurs n’ont rien à perdre et tout à gagner.

On verra bien qui s’opposera à une telle mesure, et en quels termes. Il est à parier que d’aucuns crieront à la démagogie, voire au populisme.

Et c’est à leurs protestations contre la transparence que l’on reconnaîtra ceux qui ont quelque chose à (nous) cacher.

Viktor DEDAJ
"allumez les projecteurs"

URL de cet article 34168
   
Communication aux lecteurs
N’extradez pas Julian Assange ! #FreeAssange #Unity4J
Via Wikileaks, Julian Assange a rendu un fier service au monde entier, en rendant compte des crimes de guerre américains, de l’espionnage de leurs alliés, et d’autres secrets peu reluisants des organisations, entreprises et régimes les plus puissants de la planète. Cela n’a pas fait de lui l’ami de l’État profond américain. Tant Obama que Clinton ou Trump ont déclaré que son arrestation devrait être une priorité. Récemment, nous avons reçu la confirmation [1] qu’il a été inculpé en secret de manière à le faire extrader vers les USA aussitôt qu’il aura pu être arrêté.

suite : https://internal.diem25.org/fr/petitions/1


Vous avez une minute ?

Même Auteur
200 citations pour comprendre le monde - passé présent et à venir.
Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Viktor Dedaj et Maxime Vivas présentent 200 citations pour comprendre le monde passé, présent et à venir suivies du programme du Conseil National de la Résistance préface de Jean-Luc Mélenchon Voici un petit livre de 75 pages avec en complément le programme du CNR. Un exercice qui réactive nos méninges, Jean-Luc Mélenchon apportant sa plume afin d’interroger dans la préface, et de belle manière, la fonction des citations. Si votre libraire a la négligence de ne pas disposer de cet ouvrage et la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Nous avons abattu un nombre incroyable de personnes, mais à ma connaissance, aucune ne s’est jamais avérée être une menace"

Stanley McChrystal,
ex Commandant des forces armées U.S en Afganistan
(Propos rapportés par le New York Times, 27/3/2010).


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.